PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 16 février 2005

POURQUOI SOUTENIR BERNARD LANDRY ?

J’ai abandonné depuis maintenant plusieurs années mon militantisme à l’intérieur du Parti Québécois. Je n’en demeure pas moins un indépendantiste qui souhaite ardemment l’avènement d’un Québec souverain ouvert sur le monde et évidemment sur un Canada renouvelé. Le débat actuel sur le leadership au sein du Parti ne me laisse toutefois pas indifférent Pour moi il y a deux Bernard Landry : celui du pouvoir et celui de la cause.

LE BERNARD LANDRY DU POUVOIR

J’ai vu évoluer M. Landry dans les années où ses ambitions le conduisaient à vouloir superviser le commerce international et les relations internationales sans trop d’égard pour ses collègues. À cette époque, j’ai entendu bien des commentaires, pas toujours élogieux, sur ce jeune ministre à la fois intelligent et aux ambitions élevées, peu scrupuleux « du brasse camarade » auquel donnaient lieu ses interventions. Le poste et les fonctions qu’il occupait au sein du Conseil exécutif inspiraient le respect, mais sa personnalité et son exercice du pouvoir en offusquaient plus d’un. Il n’a pas été étranger aux luttes qui s’amorçaient aux changements de leadership : celle de Pierre Marc Johnson en remplacement de René Lévesque, puis celle de Jacques Parizeau en remplacement de Pierre-Marc Johnson. C’est la démission de Lucien Bouchard qui lui aura ouvert toute grande la porte au poste de Premier ministre du Québec.

Il a été un Premier ministre décevant pour plusieurs. Le pouvoir l’a évidemment comblé et les occasions d’en imposer ne lui ont pas manqué. En même temps, il a succombé, lui aussi, au piège des privilèges accordés à des amis, de quoi alimenter les rumeurs de scandales qui ont fait la nouvelle des dernières années. La défaite du Parti Québécois aux dernières élections peut s’expliquer en grande partie par la déception quant à la performance de son gouvernement qui se ramenait au niveau de celui de tout autre parti politique. Le goût du pouvoir de ses ministres, habitués aux avantages qui l’accompagnent, en avait faits des personnages coupés de leur base ainsi que des valeurs de ceux et celles qui les y avaient placés. Un temps d’arrêt s’imposait pour revenir aux réalités de la vie et faire un examen de conscience sur la manière d’exercer le pouvoir au service de leurs commettants. Ce fut la défaite électorale et le retour dans l’opposition.

Avec un tel portrait comment alors vouloir que ce même Bernard Landry demeure à la tête de ce parti et redevienne éventuellement Premier ministre du Québec? N’y a-t-il pas dans cette description tous les ingrédients pour justifier son remplacement ? De quoi lui souhaiter un retour dans ses terres pour y vieillir dans la paix, laissant à d’autres le soin de poursuivre la route?

LE BERNARD LANDRY DE LA CAUSE

Je pense sincèrement que le Bernard Landry d’aujourd’hui n’est plus tout à fait le même que celui décrit plus haut. Il y a en lui quelque chose de changé : un vécu personnel qui l’a ramené à beaucoup plus d’humilité, l’expérience d’une défaite électorale qui lui a donné une plus grande maturité politique, l’acquis d’une certaine indépendance personnelle et professionnelle qui lui assure une plus grande liberté pour agir au-delà des ambitions de carrière. Il a compris un certain nombre de choses qui en font plus que tous les autres un candidat libéré des illusions du pouvoir, mieux prémuni des manipulations de son environnement immédiat, plus disposé à donner le meilleur de lui-même au service de la cause qui réunit tous les indépendantistes du Québec. Son expérience, sa maturité politique et humaine, son intelligence et le leadership, libéré des pressions d’un environnement calculateur, en font maintenant un homme tout désigné pour poursuivre un travail qu’il peut, dans les circonstances, assumer mieux que ceux qui ambitionnent le remplacer. Le Bernard Landry suffisant laisse plus de place à un Bernard Landry attentif et à l’écoute. L’homme de pouvoir devient plus déterminé à servir les objectifs pour lesquels le Parti existe, entre autres, l’indépendance du Québec et la sociale démocratie adaptée à la réalité québécoise.

Cette perception d’un Bernard Landry transformé sera mise à l’épreuve dans sa manière de gérer la présente crise qui secoue la Parti. Il lui faudra se prémunir contre ses vieux démons. Je crois sincèrement qu’il aurait tout à gagner à ouvrir toute grande les portes à une course à la chefferie. Ce serait pour lui une occasion toute spéciale de faire découvrir à tous les membres du parti et aux Québécois dans leur ensemble l’homme nouveau qu’il est devenu. Ce serait également une opportunité unique d’aller chercher la crédibilité indispensable pour mener à bien la prochaine campagne électorale et le référendum sur l’indépendance du Québec. Il ferait taire toutes les rumeurs d’un homme toujours plus attaché à son poste de Chef qu’à la cause elle-même. Une victoire lui assurerait une crédibilité renouvelée pour aller de l’avant.

J’espère que les faits viendront confirmer cette perception d’un Bernard Landry renouvelé et toujours, dans les circonstances, le plus apte à relever les défis des prochaines années.


Oscar Fortin

Aucun commentaire: