PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mardi 7 mars 2006

L'ÉPISCOPAT CANADIEN ET LA GUERRE

L’an dernier, à la même période, nous étions en plein débat sur la définition à donner au mariage. L’ancienne définition qui se retrouvait inscrite dans la loi canadienne faisait du mariage « l’union d’un homme et d’une femme » alors que celle soumise au législateur visait à en faire « l’union de deux personnes » sans égard au sexe. Les opposants à cette modification de la loi ne tardèrent pas à se mobiliser et à faire entendre leur voix.

La Conférence Catholique Canadienne (CCC) avec, à sa tête, le cardinal Ouellet, a été une des première à monter aux barricades et à diriger une offensive sans merci contre ce projet de loi. Toutes les tribunes étaient bonnes pour se faire entendre. Nous nous souviendrons des déclarations dans les journaux, des débats à la télévision, des sermons dans les églises, et des multiples rencontres avec les divers lobbys susceptibles d’influencer les Parlementaires. La rencontre du cardinal Ouellet avec les Sénateurs fut l’une des plus couvertes par les medias. Il fallait empêcher une modification du texte de loi sur le mariage ayant pour effet de le rendre accessible aux personnes de même sexe.

Aujourd’hui un autre débat s’amorce : l’engagement du Canada dans la guerre en Afghanistan et les milliards $ investis en dépenses militaires. Tous les canadiens et canadiennes sont interpellés par ces deux questions qui doivent, en toute démocratie, se fonder d’abord et avant tout sur leur volonté et non sur celle d’autres intervenants extérieurs, si puissants puissent-ils être. Elles ne sont pas sans interpeller également les Églises et de façon particulière la Conférence Catholique Canadienne des évêques (CCC) pour qui les questions d’armement et de guerre vont à l’encontre du message de paix et de non violence des Évangiles. Encore tout récemment Benoît XVI, à l’occasion de la journée mondiale pour la paix, en janvier dernier, ne déclarait-il pas :

« La vérité de la paix appelle tous les hommes à entretenir des relations fécondes et sincères; elle les encourage à rechercher et à parcourir les voies du pardon et de la réconciliation, à être transparents dans les discussions et fidèles à la parole donnée. »

Le Canada s’engage actuellement dans une guerre offensive en Afghanistan. On place cet engagement dans le cadre de la « lutte contre le terrorisme » comme s’il suffisait d’utiliser ce vocable pour justifier toute guerre. N’y a-t-il pas un certain parallèle à faire avec ces nombreux conflits entretenus, particulièrement en Amérique Latine, sous le vocable de la « lutte contre le communisme ». Aujourd’hui, nous savons que des milliers et des centaines de milliers de personnes innocentes ont été arrêtées, torturées, tuées. « Un massacre inutile » tout comme le disait Benoît XV au sujet de la Première guerre mondiale. Avec cet engagement en Afghanistan, le Canada n’est-il pas placé dans l’engrenage d’un processus qui en fera un artisan de guerre et un délinquant du droit international?

Je pense que l’Épiscopat canadien et l’ensemble de ceux et celles qui se réclament de la foi en Jésus de Nazareth ont le devoir d’intervenir de manière à éclairer les canadiens. Leur situation d’indépendance et de liberté face aux forces politiques et économiques, c’est du moins ce qu’il faut espérer, leur donne l’autorité nécessaire pour apporter une réflexion consistante sur les multiples visages du terrorisme qui va de celui du délinquant à celui de l’État en passant par ces multiples groupes organisés clandestinement pour renverser des pouvoirs en place ou encore exiger de leur part le respect de certains droits ou privilèges.
Certains discours peuvent laisser entendre qu’il y aurait deux manières de tuer : une qui serait humaine et une autre qui serait inhumaine. La première serait bonne et la seconde à proscrire. Je ne pense pas qu’il y ait une manière humaine de tuer. Lorsque Benoît XVI, citant Jean-Paul II, déclare que « celui qui tue par des actes terroristes nourrit des sentiments de mépris envers l'humanité, faisant preuve de désespérance face à la vie et à l'avenir: dans cette perspective, tout peut être haï et détruit »(9) il peut laisser entendre qu’il y aurait une manière humaine de tuer qui serait celle réalisée par des armées régulières… Une telle interprétation aurait de quoi alimenter bien des débats et forcer à une réflexion de vérité.

J’espère que nos évêques mettront autant, sinon plus, d’énergie à s’impliquer dans ce nouveau débat qu’ils en ont mis à défendre la définition traditionnelle du mariage. Leur intervention pourrait être inspirée par ces propos de Jean-Paul II, repris par Benoît XVI :

« Prétendre imposer à d'autres par la violence ce que l'on considère comme la vérité signifie violer la dignité de l'être humain et, en définitive, outrager Dieu dont il est l'image ».(10)

Ces propos, adressés initialement aux fondamentalistes, pourraient éventuellement s’appliquer aux canadiens qui cautionneraient une guerre dont l’objectif serait d’imposer par la force une façon de voir la vie en société. Cette guerre les transformerait vite en fondamentalistes et en terroristes opérant à visage découvert.

Le dialogue dans la vérité et non dans sa manipulation pourra seul conduire à humaniser les relations entre les peuples et les États. Il est la voie incontournable de la paix. Dommage que l’offre récente de trêve faite par Ben Laden dans l’escalade de la violence n’ait pas été entendue. Ç’eût été une occasion d’amorcer ce dialogue dont parlait Benoît XVI dans son message de Paix et de faire l’économie de milliards de dollars à consacrer à des causes humanitaires.

Je me porte volontaire pour participer avec nos Évêques à cette offensive contre la guerre et la course aux armements et pour une paix fondée sur le dialogue de vérité et de respect.

Oscar Fortin
7 mars, 2006

3 commentaires:

ursule a dit...

Monsieur Fortin,

J'ai beaucoup apprécié ce texte. Je me suis même permis de le publier sur mon blogue, en mentionnant que vous en êtes l'auteur, cela va de soi!

Bonne journée,

André Tremblay, 8 mars 2006.

ursule a dit...

Monsieur Fortin,

J'ai malencontreusement publié le commentaire qui suit sur mon propre blogue... Par chance, j'y avais aussi publié votre texte.

En fait, grâce à cette maladresse, il est même possible que je passe pour une personne intelligente. Comme quoi le temps, si l'on sait bien l'utiliser,peut nous permettre de réparer bien des erreurs!

André Tremblay, consultant, Québec.

Commentaire:

Monsieur Fortin,

Il s'agit là d'un très bon article, une fois de plus! Par ailleurs, je suis en parfait accord avec les idées et les arguments que vous nous présentez. J'abonde particulièrement aux propos que vous tenez quant à savoir s'il y aurait deux manières de tuer: La manière humaine et celle qui ne l'est pas! Penser de la sorte n'est rien d'autre que de l'aveuglement volontaire.

Moi aussi, monsieur Fortin, j'aimerais bien que le clergé se mobilise pour faire « la Guerre à la guerre ». Mais, hélas, même si nous l'espérons, vous, moi et bien d'autres, il ne la fera pas cette « Guerre », car il n'y trouverait pas ses intérêts, lesquels sont fortements liés à l'argent et au pouvoir qu'il procure...

D'autre part, il ne faut pas oublier la complaisance des médias d'information ( presse écrite et parlée ) et de leurs journalistes à cet égard, comme à bien d'autres, d'ailleurs. Ces derniers, notamment, crient facilement pour la liberté de presse. Mais, lorsqu'ils montent aux barricades, pour quel type de liberté de presse le font-ils? Malheureusement, que ce soit dans le domaine artistique ou politique, il semble bien que l'on préfère de beaucoup vouloir protéger le droit au potinage que celui au respect absolu de la relation objective des faits, en laissant place, toutefois, à l'éditorial et à la libre expression de l'opinion.

Merci, monsieur Fortin, d'avoir créé un site où les idées peuvent être exprimées en toute liberté.

André Tremblay, consultant.

Anonyme a dit...

COMMENTAIRE SUR « L’ÉPISCOPAT CANADIEN ET LA GUERRE ».



Monsieur Fortin,

Il s'agit là d'un très bon article, une fois de plus! Par ailleurs, je suis en parfait accord avec les idées et les arguments que vous nous présentez dans Ce texte. Je souscris particulièrement aux propos que vous tenez concernant la supposée existence de deux manières de tuer: La manière « humaine », soit celle de nos sociétés occidentales, modernes, capitalistes et « civilisées » et la manière « inhumaine », soit celle pratiquée par toute autre société ne faisant pas partite du giron occidental... Penser de la sorte n'est, selon moi, rien d'autre que de l'aveuglement volontaire.

Moi aussi, monsieur Fortin, j'aimerais bien que l'épiscopat canadien, voire l'Église, se mobilise pour faire « la Guerre à la guerre ». Mais, hélas, même si nous l'espérons, vous, moi et tant d'autres, il ne la fera pas cette « Guerre ». Car, il n'y trouverait pas ses intérêts, lesquels sont trop intimement liés à l'argent et au pouvoir qu'il procure...

D'autre part, je crois qu'il ne faut pas oublier la complaisance des médias d'information ( presse écrite et parlée ) et de leurs journalistes à cet égard... comme à bien d'autres égards, d'ailleurs. Ces derniers, notamment, crient facilement pour la liberté de presse. Mais, lorsqu'ils montent aux barricades, pour quel type de liberté de presse le font-ils? Malheureusement, que ce soit dans le domaine artistique ou politique, il semble que l'on préfère bien plus vouloir protéger « le droit au potinage » que celui qui devrait être accordé à l'égard du respect absolu de la relation objective des faits, tout en laissant place à l'éditorial non complaisant et à la libre expression de l'opinion.

Normalement, lorsque les épées se croisent, le sang coule. Mais, contrairement aux épées, lorsque ce sont les idées et les opinions qui s'entrechoquent, l'esprit et la connaissance ont tendance à évoluer positivement et ce, sans besoin de transfusion!

Merci, monsieur Fortin, d'avoir créé un site où les idées peuvent être exprimées en toute liberté.


André Tremblay, consultant, Québec.