PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

jeudi 12 novembre 2009

GANDHI ET LA PROBLÉMATIQUE PALESTINIENNE


Mahatma Gandhi, un des hommes politiques le plus respecté et admiré du siècle dernier, avait été sollicité pour donner son avis sur la question des juifs et des palestiniens. Ce sera en 1938, peu avant la seconde guerre mondiale et la création de l’État d’Israël qu’il le fera. La perspicacité de son regard sur l’histoire ainsi que la sagesse qui en émerge ne sauraient passer inaperçues en ces temps où le conflit palestino-israéliens ne cessent de semer la mort, de bafouer les droits fondamentaux des personnes et du peuple palestinien. Récemment, l’Assemblée générale des Nations Unies a été saisie du Rapport Goldstone qui relève de graves manquements et soulève, dans certains cas, de véritables crimes de l’État d’Israël contre l’Humanité.

Je vous propose donc de lire cette réflexion de Ghandi qui ne peut être soupçonné d’un parti pris antisémite.

Oscar Fortin
Québec, 12 novembre 2009

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Oscar, le lien à la réflexion de Gandhi n'aboutit pas à la bonne adresse.

Claude

Oscar Fortin a dit...

Merci pour la remarque relative au lien sur le texte de Ghandi. La correction a été apportée et bonne lecture à tous et à toutes.