PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 22 décembre 2010

UNE PENSÉE POUR NOËL ET LA VIE

AIMER

Je dédie cette pensée de façon toute particulière à deux femmes extraordinaires dont la vie entière témoigne de cet amour. La première s’appelle Hélène David de Jésus, nom qu’elle a fait inscrire dans les registres civils en remplacement d’Allens, nom orignal de sa famille. Sa vie mystique a les profondeurs du mystère de sa vie terrestre. Depuis 78 ans elle vit dans l’attente de tout sans y perdre son éternel sourire. La seconde, Thérèse, une bénévole auprès des personnes handicapées de la région d’Ottawa et active dans les activités sociales de son milieu, lutte actuellement contre un cancer agressif des poumons qui la place à la frontière de la vie et de la mort. Sa foi est grande et son combat intense. Sur la photo elle célébrait les 77 ans d'Hélène.




Pour aimer, il faut un cœur de pauvre.
Pour recevoir et donner,
Il faut aimer.

Si ton regard est suffisant,
ton comportement hautain,
ton jugement sans appel;

Si tu ne peux reconnaître en l'autre
Ce qu'il y a de bon,
D'aimable;

Si tu ne parviens plus à trouver l'excuse,
À comprendre la misère,
À respecter le mystère;

Si tu es seul à tout savoir,
À tout comprendre,
À tout souffrir;

Alors, c'est que ton cœur
N'a pas encore trouvé la pauvreté
Qui rend capable d'aimer.

Pour aimer, il faut un cœur de pauvre.
Pour recevoir et donner,
Il faut aimer.

Si ta présence élève plus qu'elle n’écrase,
Si ton jugement reconnaît plus qu'il ne nie,
Si l'autre devient plus vie que mort;

Si tu es capable de recevoir la critique
Sans voir le complot,
Sans te sentir diminué;

Si tu es capable de tirer plaisir
De la réussite et du succès de l'autre
Sans te mettre en cause;

Si tu parviens à toucher ta grandeur et ta misère,
À goûter les splendeurs du mystère,
À vivre à cœur ouvert;

Si tu parviens à saisir
Que l'humilité, la Vérité et la solidarité
Ne font qu'un

Alors, c'est que ton cœur peut aimer.



Oscar Fortin

Québec, le 25 décembre 2010

http://humanisme.blogspot.com


1 commentaire:

Marius MORIN a dit...

Ha! Cher Oscar comme tes pensées sont profondes! J'ai retenues celles-ci: "Si tu es seul à tout savoir,à tout comprendre,à tout souffrir" et j'ajouterais à croire sauver le monde à la place de Jésus de Nazareth, tu t'aimes par dessus tout. Oui, il faut être pauvre pour aimer.