PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

lundi 17 janvier 2011

LE DICTATEUR "REPENTI" DE RETOUR EN HAÏTI

SERAIT-IL L’ÉLU DE LA FRANCE ET DE WASHINGTON?

Les grands stratèges des puissances qui veulent le bien du peuple Haïtien n’ont pas dit leurs derniers mots. Il y aura bientôt un Président qui arrivera au terme de son mandat sans qu’il y ait de successeur d’élu. De plus, il est peu probable qu’un second tour puisse être organisé à court terme. Le rapport soumis par l’OEA ne semble pas convaincre le Conseil électoral provisoire, ni le Président Préval. Des troubles sont donc à prévoir, rendant la tenue d’un second tour plutôt problématique.

Nous savons depuis longtemps que Washington et la France ne veulent pas que l’actuel Président prolonge son mandat, pas plus qu’ils ne souhaitent que Jude Célestin, le candidat du Gouvernement, ait quelque chance d’accéder au second tour et à la Présidence. Surtout pas question qu’Aristide revienne au pays. Alors, il faut imaginer un scénario, type hollywoodien, qui pourrait répondre prioritairement aux attendes de la France et de Washington tout en permettant de contrôler les sauts d’humeur du peuple.

Hier soir, est arrivé, comme par surprise, l’ex dictateur Jean-Claude Duvalier, président « à vie » d’Haïti. Déjà nos journaux officiels préparent nos cœurs et nos esprits à voir en ce retour du dictateur sanguinaire, que l’on dit repenti, le commencement d’une ère nouvelle. D’ailleurs, à son arrivée à Port au Prince, il a baisé, comme le font les papes, le sol de sa terre natale, geste plein de dignité et de respect. En somme, s’il a été un dictateur et un fraudeur de la pire espèce, il revient avec l’âme d’un repenti et d’un missionnaire. Déjà, nous rapportent les journaux, certains disent qu’à l’époque de Duvalier le pays avait plus de stabilité et que la sécurité était plus grande. De quoi, évidemment, faire rêver en ce temps de crise mais aussi faire oublier que la stabilité et la sécurité, à cette époque, étaient dues non pas à la satisfaction des besoins du peuple, mais à la machine infernale de répression des tontons macoutes. De cela, les articles ne parlent pas trop.

Des bulletins d’information disent que la secrétaire d’État des États-Unis, Mme Hilary Clinton se rendra en Haïti, ce lundi-ci, ainsi que le secrétaire général de l’OEA, Jose Insulza. Il n’est pas dit s’ils allaient loger au même Hôtel où loge l’ex-dictateur. Cette simultanéité de la présence de ces trois personnages à ce moment-ci, augure quelque chose d’inédit. Quoiqu’il en soit, s’ils sont là, c’est de toute évidence pour le plus grand bien du peuple et de la démocratie. Comment penser un seul instant qu’ils puissent en être autrement ? Ne sont-ils pas « la communauté internationale » et la « conscience des peuples »?

Il m’arrive d’imaginer cet échange sur Haïti entre Obama et Sarkozy lors de leur toute dernière rencontre. (Obama) « Pourquoi pas un dictateur, converti en sauveur du genre Jean-Claude Duvalier? Il a encore des contacts dans le milieu et il pourrait compter sur le soutien de nos deux pays. (Sarkozy) À y regarder de plus près, la démocratie lorsqu’un peuple ne veut pas comprendre, est impossible. Un bon dictateur saura mettre de l’ordre et apporter de la sécurité. (Obama) Les investisseurs pourront travailler à la reconstruction d’Haïti, sachant que l’argent de la reconstruction est toujours là entre les mains de Bill Clinton et qu’ils seront bien payés. (Sarkozy): "Ce n'est pas lui qui va oser réclamer à la France les milliars de dollars réclamés par le gouvernement d'Aristide." (Obama et Sarkozy) « Avec Jean-Claude Duvalier nous aurons une personne sur qui nous pourrons compter pour faire régner la sécurité et la paix dont nous avons besoin. »

Si ce pauvre peuple d’Haïti a déjà été indépendant en 1804, il est temps qu’il réalise que son destin lui a échappé depuis longtemps. Mais jusqu’à quand?

Oscar Fortin
Québec, le 17 janvier 2011
http://humanisme.blogspot.com/

4 commentaires:

code d'einstein a dit...

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-28, BABY DOC ?

COMMENT INSTALLER UN DICTATEUR CHEZ SOI ?

Cordialement

Clovis Simard

Oscar Fortin a dit...

Merci pour votre information. Je suis allé sur votre site y lire quelques références. J'aimerais pouvoir maîtriser autant que vous les symboles et les mathématiques. Je vois que vous leur donnez un sens très pratique dans la lecture des réalités que nous vivons. Nous verrons bien si Baby Doc atteindra son objectif. Ce ne sera certainement pas la France et les Usa qui vont lui faire obstacle.

Bonne chance

Marius MORIN a dit...

"L'ex-dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier, arrivé dimanche en Haïti après 25 ans d'exil, est sous le coup d'une "interdiction de quitter le pays", a indiqué jeudi à l'AFP une source judiciaire.

"Un ordre d'interdiction de départ a été émis contre Duvalier. Il ne pourra pas quitter le pays car il y a une action judiciaire en cours contre lui", a déclaré un juge haïtien qui a souhaité garder l'anonymat.

M. Duvalier a été inculpé mardi de corruption, de détournements de fonds publics et d'association de malfaiteurs, commis sous sa présidence (1971-86), selon l'accusation. Quatre plaintes pour crimes contre l'humanité ont en outre été déposées mercredi."
Source: http://www.romandie.com/ats/news/110121002958.xi623vnt.asp

Oscar Fortin a dit...

Puisse-t-il en être ainsi, mais je doute fort que la justice haïtienne permette de juger, condamner et emprisonner ce criminel. Je ne sais si vous avez écouté ce soior son avocat à R.C. La loi haïtienne ne donne pas beaucoup d'ouverture pour une telle condamnation. S'il se sent sécurisé en Haïti, il peut alors décidé d'y demeurer. Autrement, ses alliés et amis lui trouveront une manière de retourner en France.

Nous verrons bien....