PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 14 janvier 2011

L’INFORMATION ALTERNATIVE : UNE NÉCESSITÉ

Celui ou celle qui regarde l’humanité sous l’angle des valeurs fondamentales auxquelles elle aspire se rend vite compte que les voies prises par les puissances qui dominent ce monde en sont complètement dépourvues. Les médias, souvent serviles à ces dernières, peuvent utiliser le langage qui s’en réclament, mais ne peuvent plus dissimuler les injustices, les mensonges, les manipulations, la corruption, les guerres et bien d’autres ressources encore, toutes mises au service non pas d’un mieux être pour les humains de la terre, mais d’un mieux être pour ces élites caractérisées par la cupidité, la domination et le prestige.

De quelque côté que nous regardions, que ce soit vers l’Afrique, l’Asie, le Moyen Orient ou l’Amérique latine, les conflits se multiplient et les artisans de ces conflits s’évertuent, par médias interposés, à se gagner les bonnes grâces des peuples qui en assument les coûts humains et financiers. Tous les moyens sont bons et s’il faut créer de toute pièce des guerres de religion, des attentats terroristes, des coups d’État militaires, ils le feront. Comment s’y retrouver? Comment le citoyen ordinaire peut-il s’y retrouver ? Plus que tout, comment ces deux tiers de l’humanité peuvent-il faire entendre leur détresse, crier les injustices et les crimes dont ils sont victimes?

Tout près de nous, le peuple Haïtien n’arrive plus à se reprendre en main, tellement est forte la pression de certaines puissances pour en contrôler l’ensemble de ses pouvoirs : le politique, l’économique et le social. Si le peuple Haïtien, en 1804, a été le premier peuple des Antilles et de toute la région du sud à conquérir son indépendance et à s’affranchir de l’esclavage, il faut dire qu’on lui a fait payé chère cette escapade. Il y a la France qui s’est fait remettre une somme compensatoire dont la valeur, aujourd’hui, irait chercher dans les dizaines de milliards de dollars. D’ailleurs sous le court règne du Président Aristide une requête a été faite pour que la France rembourse Haïti. Ce n’est pas pour rien que la France suit de très près les élections actuelles et qu’il a été un des trois pays désignés par l’OEA pour procéder au recomptage des votes. De toute évidence il y a un candidat que les trois pays désignés (Canada, États-Unis et France) ne veulent pas voir et c’est le candidat gouvernemental, Jude Célestin. Dites-moi où sont, dans tout ça, les intérêts des Haïtiens ? Pourquoi pensez-vous qu’Aristide s’est retrouvé sur un vol de nuit le conduisant loin de son pays? Pourquoi son parti politique n’a pu participer à l’actuelle élection et que son retour a été interdit? Évidemment on nous dira que c’est pour le bien du peuple Haïtien, lui si mal mené et trompé par un Président devenu corrompu. Un article à lire sur l’expulsion du Président Aristide d’Haïti et un autre sur ce candidat que l’on veut absolument au second tour, Michel Martelly en remplacement de Jude Célestin :



Ce qui est vrai pour Haïti se retrouve avec des accents différents dans à peu près tous les conflits. Plus que jamais l’information alternative met en évidence ce que les médias officiels ne disent pas ou déforment subtilement. Pour cette raison elle doit s’étendre le plus possible. Nous vivons une crise de vérité et d’honnêteté dans la transmission de l’information. Les technologies et les sciences de l’information permettent de faire du mensonge une vérité et de la vérité un mensonge. Elles peuvent transformer un saint en diable et le diable en saint. D’où l’importance pour l’information alternative d’occuper toute sa place. Wikileaks fait la démonstration que l’information alternative n’a pas dit son dernier mot et qu’elle peut faire trembler les colonnes du temple de ces puissants du monde. Perdre un combat n’est pas nécessairement perdre la guerre. La guerre pour la vérité doit permettre d’espérer.

Oscar Fortin

Québec, le 14 janvier, 2011-01-14

http://humanisme.blogspot.com

Aucun commentaire: