PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

dimanche 2 janvier 2011

UN PREMIER JANVIER 2011 EN PHOTOS

L’AMÉRIQUE LATINE S’IMPOSE DE PLUS EN PLUS AU MONDE

L’Amérique latine et une grande partie du monde ont célébré, en ce 1ier janvier 2011, la prise de pouvoir de Milda Rousseff comme première femme présidente du Brésil. Née le 14 décembre 1947, elle est vite devenue au début des années 1960, une farouche militante contre la dictature qui s’imposait alors au peuple Brésilien.

« Dilma Roussef a intégré le mouvement de résistance à la dictature brésilienne des années 60. Arrêtée en 1970, torturée pendant 22 jours, condamnée par un tribunal militaire, elle a été détenue durant 3 ans jusqu'en 1973. À l'époque de sa détention, elle a été surnommée la Jeanne d'Arc de la guérilla, en raison de son importance idéologique dans le mouvement. En décembre 2006, elle a obtenu une indemnisation ».

Pareil évènement a donné lieu à de nombreuses rencontres dont certaines particulièrement significatives pour l’Amérique latine. Je me permets de relever de façon toute particulière les faits marquants de la présence d’Hugo Chavez, ce Président du Venezuela que la presse en général nous présente comme de plus en plus seul et isolé.

D’abord son accueil chaleureux par l’ex-Président Ignacio Lula. Ceux et celles qui suivent l’actualité latino-américaine savent que les deux hommes se vouent un respect énorme et que l’amitié qui les unit n’est pas étrangère au grand projet d’une Amérique latine dont rêvait Bolilvar. Lula aura été un géant de la politique internationale brésilienne. Il aura permis au Brésil d’occuper une place importante dans les débats internationaux et au sein des pays dits émergents.


Personne n’ignore les tensions qui existent entre l’administration Obama et le gouvernement Vénézuélien. Tout récemment ces tensions se sont accentuées dû au fait que l’ambassadeur désigné par Washington n’a pas été accepté par le Venezuela. La raison en était bien simple et bien connu de Washington : Palmer, le candidat présenté comme futur ambassadeur, s’était révélé par ses propos et commentaires sur le Venezuela, son Président, comme indigne d’occuper ce haut poste ne permettant aucune ingérence dans les affaires internes du pays. Sur ce point Chavez s’est montré très ferme. Washington a répondu en supprimant le Visa de l’Ambassadeur du Venezuela à Washington. Il a rappelé que les relations entre les pays doivent se faire sur la base du respect. C’est donc dans le contexte de cet arrière fond que s’est réalisé cette rencontre improvisée entre Chavez et Hilary Clinton.

Des alliés idéologiques de Washington, Pinera du Chili et Santos de la Colombie, mais aussi des partenaires du Venezuela dans les organismes régionaux comme UNASUR, MERCOSUR, OEA ont vite rejoint la Secrétaire d’État des États-Unis et le Président du Venezuela, alors en discussion. Cette rencontre improvisée a donné lieu à quelques photos qui parlent beaucoup par elles-mêmes.


Je ne puis terminer ce 1ier janvier 2011 sans mettre en relief le 52ième Anniversaire du renversement de Batista, ce dictateur pour qui les intérêts des oligarchies devaient s’imposer aux intérêts du peuple. Ce fut donc une grande victoire pour le peuple cubain. Enfin, un peuple pouvant mettre l’épaule à la roue pour répondre prioritairement à ses propres intérêts et besoins. Une révolution qui a eu ses heures de gloire, ses ratés, mais aussi d’énormes défis à relever.

Le bilan, après 52 ans sous la gouverne des Castro, comme on a l’habitude de dire dans nos milieux, demeure plus que positif sur biens des aspects. D’abord on ne soulignera jamais assez les bonds énormes réalisés en termes de progrès humains dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la solidarité internationale. Il suffit de regarder les pays voisins, toujours sous l’emprise de pouvoirs oligarchiques qui règnent sous l’œil bienveillant de Washington, tels Haïti, le Honduras, la Colombie et même le Chili toujours au nombre des 10 pays où le décalage entre les revenus les plus élevés et les revenus les plus bas est des plus grands.


Victime, depuis plus de 50 ans d’un blocus économique criminel que condamne année après année l’Assemblée générale des Nations Unies et sans cesse harcelé par des groupes, financés à coup de millions de dollars annuellement par son voisin du nord, dont le seul but est de déstabiliser le gouvernement et de semer le chao, Cuba a su résister et, en dépit de tout, il es parvenu à assurer à son peuple les fondements essentiels à une vie qui inspire le respect. Loin de se reposer sur ses lauriers, la révolution se poursuit en se questionnant avec toujours plus de rigueur pour s’ajuster à l’évolution du monde et aux réalités nouvelles. Loin d’être un acquis d’un jour, elle est un mouvement continuel pour répondre prioritairement aux nécessités fondamentales du Bien commun de son peuple et à celles de la solidarité internationale dont témoigne si bien la brigade médicale cubaine en Haïti.

Que l’année 2011 soit pour tous ces héros et témoins d’un monde nouveau sans cesse à construire source d’inspiration et d’innovation. Longue vie à ceux et celles dont le regard rejoint les plus humbles de la terre.



Oscar Fortin

Québec, 2 janvier 2011

http://humanisme.blogspot.com



http://fr.wikipedia.org/wiki/Dilma_Rousseff


5 commentaires:

gaetanpelletier a dit...

Pouvez-vous me contacter avec une adresse email.
Nous avons une proposition à vous faire.
http://www.centpapiers.com/

Gaëtan Pelletier
gaetanpelletier@hotmail.com

Marius MORIN a dit...

Je me réjouis du réveil politique de l'Amérique Latine, spécialement au Brésil, Cuba, Venezuela, Équateur et la Bolivie. Malheureusement ces pays n'ont pas fini de souffrir: boycott,désinformation, diabolisation, mensonge, accusations de terrorisme, de dictature, d'antidémocratie, de la part des grandes finances mondiales comme l'OMC, FMI, BM, la CIA,l'UE, l'ONU etc.Ils n'ont comme garantie que leur courage, leur ténacité et leur fidélité.

Anonyme a dit...

En voyant votre photo à gauche de votre texte où l'on pouvait lire sous celle-ci "libre penseur" j'ai souri car c'est sous ce vocable qu'on m'a expulsé du séminaire pendant mon cours classique, libre penseur dit avec, à l'époque, beaucoup de mépris. Je me considère toujours libre penseur.
Bravo pour vos textes spécialement sur celui sur Fidel Castro.
Vous avez sans doute lu le bouquin écrit par Ignacio Ramonet: "Fidel Castro, Biographie à deux voies". C'est fait sous forme d'interview, c'est à lire.
Ivan Parent

Anonyme a dit...

(suite au texte d'Anonyme)
PS Je n'aime pas vraiment m'inscrire dans un groupement comme Google. Mon adresse de courriel est parivan07@videotron.ca
Merci
Ivan Parent

Oscar Fortin a dit...

Un très bon article sur Lula que je viens de lire et que mets en lien ici.

http://www.alterinfo.net/Lula-notre-ami_a53360.html?com#com_1770766

Bonne et Heureuse année 2011 à vous tous et toutes