PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

jeudi 29 décembre 2011

DES PRÉSIDENTS ET PRÉSIDENTES LATINOS AMÉRICAINS PARTICULIÈREMENT VULNÉRABLES AU CANCER !




En moins de deux ans, cinq des plus importants chefs d’État en Amérique Latine sont atteints par un cancer, mettant leur vie en danger.

Ce fut d’abord, l’actuel président du Paraguay, Fernando Lugo, vint par la suite l’actuelle présidente du Brésil, Dilma Roussef alors qu’elle se préparait à sa compagne présidentielle. Le troisième cas est celui  d’Hugo Chavez, président du Venezuela, suivi de celui d’Ignacio Lula, ex président du Brésil et toujours très influent en Amérique latine et dans le monde. Le tout dernier cas est celui de la présidente de l’Argentine, Cristina Fernandez, nouvellement élue avec le plus haut pourcentage jamais atteint dans l’histoire du pays.

Qu’ont-elles en commun ces personnes? Quatre d’entre elles assument présentement des responsabilités de chefs d’État et le cinquième, ex chef d’État, Luis Ignacio Lula, est pressenti par plusieurs pour occuper des fonctions importantes dans le processus d’intégration de l’Amérique latine et éventuellement au sein de la Communauté des états latinos américains et des Caraïbes (CELAC), récemment fondée par l’ensemble des 33 chefs d’États de la région. Ils ont également en commun d’œuvrer pour une société plus juste, une démocratie plus participative et une unité régionale plus forte et plus indépendante.

Ils sont tous et toutes de grands démocrates, comptant sur un fort appui populaire. Ils sont tous et toutes de foi chrétienne, ne pouvant, de ce fait, être considérés comme des communistes, athées, n’ayant aucune croyance en Dieu. Les arguments largement utilisés au siècle dernier pour combattre les groupes révolutionnaires et, dans le cas du Chili, un gouvernement démocratique. Forts de leur démocratie et de leur foi, les adversaires doivent trouver d’autres motifs de propagande pour les discréditer et d’autres astuces dont ils ont seuls le secret pour s’en débarrasser. Les assassinats qui se vendaient relativement bien à l’opinion publique dans les années 1960-1980, ne peuvent plus l’être aussi facilement dans les temps que nous vivons. Il faut tout de même sauver l’image d’une certaine morale. Si tuer un communiste était œuvre juste, tuer un croyant l’est beaucoup moins.

Toujours est-il que devant cette épidémie de cancers chez les Présidents et Présidentes, Chavez s’est interrogé de la façon suivante : «Serait-il étrange qu'ils aient développé une technologie pour inoculer le cancer sans que personne n'en soit au courant?» Cette phrase de Chavez, totalement sous forme interrogative et sans identifier qui que ce soit, a fait le tour du monde, enveloppée et coiffée, toutefois, de toutes les insinuations possibles. En somme, Chavez, ce radical, évoque l’existence une technologie américaine visant à inoculer le cancer et les Etats-Unis en seraient les instigateurs. Bien que cela puisse être possible, Chavez prend bien soin de s'en tenir à une interrogation et à n'accuser aucun pays.

Il s’agit d’un évènement rarement vu, touchant dans une même période les principaux leaders d’une Amérique latine en éveil et en transformation profonde. Nous savons que les adversaires de cette mutation profonde ne négligent aucun moyen pour faire échouer pareil projet. Il est certain que si pareille technologie existait, ces adversaires seraient les premiers à en faire usage. Ce ne sont pas des considérations morales ou éthiques qui les  en empêcheraient. S’ils ont été capables, par le passé, d’assassinats les plus atroces (Plan Condor), ils seraient encore mieux disposés pour ce type d’assassinats mieux couverts et comme plus naturels. Un assassinat sans péché et sans mauvaise conscience.

Point n’est besoin d’être extrémiste et radical, comme les médias officiels veulent le suggérer,  pour soulever la question qu’a soulevé  Chavez.

Oscar Fortin
Québec, le 29 décembre, 2011
http://humanisme.blogspot.com



5 commentaires:

Raymond Poulin a dit...

Je partage votre hypothèse. Lorsque seuls les alliés bolivariens importants sont atteints d'un même mal, en un si court laps de temps, la première question qu'il faut se poser est: cui bono? Trop de coïncidences équivaut habituellement à pas de coïncidence du tout.

Oscar Fortin a dit...

Merci M. Poulin pour votre commentaire. Je veux tout simplement vous diriger sur le site de Vigile où le même article est édité et dont plusieurs commentaires sont fort intéressants. J'attire votre attention sur les deux documents suggérés par M. Serge Charbonneau, dans son commentaire sur ces pages....
http://www.vigile.net/Des-Presidents-et-Presidentes

Je profite de l'occasion pour vous souhaiter une Bonne et Heureuse année.

Marius MORIN a dit...

Oui, M. Fortin, les faits que vous rapportez sont troublants et étranges. Il y a plus de questions que de réponses. Je vous souhaite une année 2012 remplie de défis, de santé, sérénité et liberté!
Marius MORIN

Oscar Fortin a dit...

Pour mon ami Marius je veux souhaiter une bonne et heureuse année en compagnie de tous les siens.

Merci pour cette présence à commenter sur ce site et d'autres où sont publiés mes articles.

Oscar

Oscar Fortin a dit...

Chavez s'interrogeant sur cette épidémie ciblant particulièrement les présidents des pays émergents de l'Amérique latine.
http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/chavez-cancers-contagieux-et-33137