PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 16 mai 2012

SYRIE: RELEVÉ DE PRESSE MATINAL




Par les temps qui courent, les nouvelles ne manquent pas au Québec. Le mouvement étudiant poursuit, depuis près de trois mois, sa lutte contre l’augmentation des frais de scolarité. À ce jour, il a su résister aux multiples efforts déployés par le gouvernement et la presse pour le démobiliser et le diviser. L’usage de la force policière, celui des injonctions sans oublier les prises de position des analystes, des commentateurs et commentatrices de la presse officielle ne sont pas parvenus à éteindre la flamme de ce mouvement. La vieille consigne "diviser pour régner" est toujours à l'oeuvre.

Il y a quelque chose de bien particulier qui attire mon attention. Pendant que nos médias y vont à pleine page contre le mouvement étudiant et se font les promoteurs d’une intervention autoritaire du gouvernement pour mettre fin à ces manifestations souvent présentées comme des manifestations anarchistes, ils se révèlent solidaires et complices, sur leurs pages internationales, des groupes de l’opposition armée en Syrie qui font exploser des bombes, tuent d’innocentes victimes et s’attaquent aux institutions gouvernementales.

Pour ceux et celles qui l’ignoreraient, le président actuel Bachar Al-Assad a été confirmé, en juillet 2000, comme président de la Syrie par un référendum national auquel a participé la grande majorité des Syriens. Il a donc une légitimité démocratique. De plus, en février dernier, un projet de nouvelle constitution a été soumis au peuple qui l’a accepté avec une forte majorité. Tout récemment, le 7 mai dernier, des élections législatives ont permis à 9 partis de faire leur entrée au Parlement. En Syrie, existe donc un régime de droit, si imparfait soit-il, qui doit être respecté. La presse qui n'est pas soumise aux diktats de l'Occident nous livre une version des faits qui ne se retrouve pas dans nos journaux et encore moins sous la plume de nos éditorialistes et analystes. Voici donc mon relevé de presse de ce matin.

Vous ne retrouverez pas ces articles dans nos médias officiels.

  1. 1    Gregorios III : « une dictature de la presse sur la crise syrienne »


  1. 2 Sheik Imran Hosein considère les opposants au régime syrien de Bachar el-Assad comme des terroristes payés 

  
  1. 3.    Une situation bien plus nuancée que celle présentée en Occident  

  1. 4.     Historien: Le peuple syrien est à la merci d’escadrons de la mort soutenus par l’OTAN 

  1. 5. La « touche » AFP : hypocrisie & désinformation 

  1. 6.  Les facteurs géopolitiques de la guerre impérialiste contre la Syrie

  1. 7. Vastes exercices militaires US à la frontière jordano-syrienne (12 mille soldats issus de 17 pays) sous la direction d’un général de l’armée états-unienne)


Qu’en pensent Harper, Charest, Obama, nos éditorialistes et nos fameux analystes à la radio et à la télévision et tous les autres ? Que pensent-ils du respect du droit international et de la loi en Syrie? Que disent-ils de ces terroristes que financent nos plus proches alliés? La vérité, c'est que le droit et la loi leur importent peu. Ce qui compte, ce sont les intérêts pour lesquels ils oeuvrent. Le double langage et la double morale font partie des moeurs politiques et éditorialistes de nos sociétés occidentales.

Oscar Fortin
Québec, 16 mai 2012

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Bonjour,

Merci pour votre blog.
Ici en France, il n'y a pas grand bruit sur ce qui se passe au Québec depuis trois mois. La majorité des Français ne sont pas au courant !
Que le Seigneur vous bénisse.