PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 13 juin 2012

P.K. PÉLADEAU CONTRE AMIR KHADIR


P.K. PÉLADEAU CONTRE AMIR KHADIR



Ce n’est qu’au matin, quelques heures après avoir envoyé ma lettre à Amir Khadir, que j’ai pris connaissance de la première page du Journal de Québec et, je suppose, du Journal de Montréal. Descendre aussi bas dans la diabolisation d’une personne et la manipulation d’une information n’a son pareil que dans les guerres de conquête et dans les luttes pour renverser des régimes qui ne sont pas aux goûts des conquérants. Les histoires de ce type de journalisme ne manquent pas et les conflits en Irak, en Afghanistan, en Libye et maintenant en Syrie en regorgent.

Je me suis demandé pourquoi P.K. PÉLADEAU frappait si fort, ces temps-ci sur AMIR KHADIR. J’ai trouvé la réponse, entre autres et surtout, dans cette lutte menée par le député Khadir contre l’entente de la Ville de Québec avec Pierre Karl Péladeau sur la construction et la gestion du nouvel amphithéâtre à Québec. La question était de savoir pourquoi cette entente avait été signée sans qu’il y ait eu préalablement « appel d’offres » ouvert à tous les intéressés. C’est grâce à l’acharnement du député Khadir qu’une commission parlementaire a été instituée et à laquelle le maire de Québec et le président de Quebecor, P.K. Péladeau, ont été convoqués à cette commission pour répondre aux questions des parlementaires.

À ce moment, le Gouvernement a été à même de reconnaître qu’il y avait un « trou » dans la loi et que, normalement, ce projet de gestion de l’Amphithéâtre aurait dû faire l’objet d’un appel d’offres. D’ailleurs, l’ex-secrétaire général de la Ville de Québec, Denis de Bellevalle, a intenté une procédure judiciaire contre la validité de cette entente.

Le plus important, dans tout cela, ce fut d’abord la révélation du contenu de cette entente dont les avantages vont surtout du côté de QUEBECOR et que les risques se retrouvent davantage du côté des contribuables de la Ville de Québec. Voici quelques titres de journaux :





Mais là ne s’arrêta pas la polémique. L’empire Desmarais entra en action à travers son cheval de bataille médiatique qu’est Gesca. Il trouva dans cette aventure de P.K. Péladeau  une bonne occasion de faire taire les critiques que ce dernier ne manquait pas de formuler à l’encontre de l’Empire Desmarais. Ces prises de bec donnèrent lieu à des révélations qui échappaient au grand public, dont « ces 3.2 milliards $, reçus de la Caisse de dépôts pour acheter Vidéotron; 11 ans plus tard, la Caisse n'a toujours pas récupéré sa mise.»

Pour avoir la tête d’Amir Khadir, tout es permis, pour démolir l’homme aucune morale ne s’impose. Il est vrai, qu’aujourd’hui il a beau jeu et qu’il peut influencer les gens qui ne s’alimentent qu’aux médias de QUEBECOR et de GESCA. Un jour viendra, plus près que lointain, où ces règlements de compte, fondés sur la manipulation de l’information et le besoin de couvrir des privilèges consentis par des gouvernants peu scrupuleux, se retourneront contre leurs auteurs.

Il y a toujours un prix à payer lorsque l’on choisit l’honnêteté et la vérité. M. Khadir le sait, sinon, il a tout ce qu’il faut présentement pour l’apprendre. Qu’il sache que nous sommes plusieurs à l’accompagner, lui et sa famille.


Oscar Fortin
Québec, le 12 juin, 2012
http://humanisme.blogspot.com

Aucun commentaire: