PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

jeudi 30 mai 2013

LA FOI DU MAIRE TREMBLAY





Un peu comme tout le monde, j’ai suivi la saga du maire Tremblay dans sa lutte pour maintenir son droit à la prière aux assemblées municipales ainsi que la présence du crucifix comme symbole religieux dans la salle municipale. Déjà, dans une lettre publique que je lui adressais en 2011, je lui exprimais,  en tant que croyant, mon point de vue sur le sujet.

Depuis lors, sa cause a été entendue par la Cour d’appel du Québec et le jugement a été rendu public le 28 mai dernier.

Je laisse à d’autres intervenants le soin d’analyser le jugement rendu. Je retiens toutefois les propos tenus par le maire Tremblay lors de sa conférence de presse, suite au jugement. En plus d’exprimer sa satisfaction pour sa victoire, il a relevé l’importance de la tradition religieuse au Québec et de l’héritage qu’elle a laissé dans la conscience du peuple. À l’écouter, la foi est un produit culturel qui fait partie de nos vies.

Mon opposition aux revendications du maire Tremblay n’a rien à voir avec le combat portant sur la laïcité. Elle repose d’abord et avant tout sur la compréhension qu’il se fait de la foi.

En tant que croyant, je considère que la foi, celle qui transforme les cœurs et conduit à la radicalité de l’engagement au service de la justice, de la vérité, de la compassion, de la solidarité et de la bonté, ne peut être assimilée à quelques expressions culturelles que ce soit. La foi chrétienne n’est ni un folklore, ni un culte, mais un engagement qui prend à son compte les engagements mêmes de Jésus de Nazareth.

Le même jour où le jugement de la Cour d’appel a été émis, le pape François rappelait  à un groupe de fidèles que la foi n’est pas un phénomène culturel rattaché à des cultes, à des traditions, mais à un engagement. Je me permets de paraphraser, de l’espagnole au français, une partie de son intervention.

« On peut suivre Jésus de diverses manières et pour divers motifs.

“Certains suivent Jésus, comme quelque chose de culturel. Ils se disent chrétiens parce qu’ils sont nés et ont grandi dans cette culture. Ils ont une foi culturelle, mais sans l’exigence du véritable engagement qui transforme les vies.

‘Certains autres suivent Jésus comme une proposition culturelle, comme une manière de monter plus haut dans l’échelle sociale et ecclésiale, une manière d’obtenir plus de pouvoir.

L’histoire de l’Église est pleine de ces gens, en commençant par certains empereurs, suivis de beaucoup de gouvernants et de nombreuses autres personnes. Il en va de même pour un certain nombre de prêtres et d’évêques. Plusieurs pensent que suivre Jésus c’est une question de carrière.’

Le combat que mène le maire Tremblay porte sur une foi culturelle, soutenue par des cultes, des liturgies, des prières, des symboles. Cette foi ne rejoint pas toujours celle qui s’enracine dans ce Jésus de l’histoire qui a apporté de nouveaux paradigmes pour la gouvernance du monde. Loin d’éclairer cette dernière, elle en est souvent le voile qui en dissimule la réalité.

‘Que les plus grands se mettent au service des plus petits et que les plus petits soient considérés comme les plus grands. Que les artisans de paix et les persécutés pour la justice soient glorifiés et non condamnés. Que les hypocrites et les manipulateurs soient dénoncés, etc. »

Le véritable combat du croyant et du non-croyant c’est celui qui doit rendre notre humanité plus juste, plus vraie, plus compatissante, plus solidaire, plus libre. Ce fut le combat de Jésus de Nazareth et c’est également le combat de toutes les personnes de bonne volonté. Que chacun et chacune puisent là où les y conduit leur conscience l’inspiration et l’énergie pour mener dans la paix du cœur et de l’esprit ce combat de tous les jours. En cela, nous témoignerons vraiment de nos véritables intentions.

L’ennemi à abattre n’est pas le croyant ou l’incroyant, mais le mensonge, la manipulation, la domination, le sectarisme, le fanatisme sous toutes ses formes, l’individualisme, l’injustice, etc..

Voilà, en quelques mots, ce que je pense de cette saga du maire Tremblay et de son lien avec la foi authentique qui est d’abord et avant tout un engagement de vie.

Oscar Fortin
Québec, le 30 mai 2013


2 commentaires:

Le Gentil Astineux a dit...

Lors de son sermon sur la montagne, Jésus a aussi dit : -Ne jugez point si vous ne voulez pas être jugé.

Oscar Fortin a dit...

Le jugement de l'analyse repose sur les faits et la raison, alors que celui de la morale repose sur les intentions et les engagements. Dans ce second cas, il n'est pas possible de saisir les véritables intentions et de ce fait d'apprécier le sens à donner aux engagements.

Merci pour m'avoir donné l'occasion de préciser ces deux points.