PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

jeudi 6 juin 2013

UN AUTRE MONDE EST-IL POSSIBLE ?





NOAM CHOMSKI, cet intellectuel de réputation internationale, vient de publier un article qui décrit le portrait de l’humanité telle qu’il la voit aujourd’hui. PETER DALE SCOT, dont les écrits révèlent une face cachée de la gouvernance de notre monde, rappelle, dans une conférence récente, comment la drogue et les hydrocarbures financent les guerres de conquêtes et de domination.

Les habitués de ces auteurs et de ceux qui, comme eux, scrutent notre monde avec autant de profondeur et beaucoup de détails ne sont plus surpris par ces révélations, mais pour les autres qui parcourent rapidement les pages de nos médias officiels ou lisent en diagonale certains articles sur internet, ce sera tout un réveil. C’est comme passer d’une vision d’un monde artificiellement embelli à celle d’une autopsie qui en révèle toutes les entrailles et les  horreurs.

Ce monde, celui qui est un enfer pour les deux tiers de l’humanité, est dominé, selon que j’en comprends, par trois grandes puissances : celle des États-Unis qui s’imposent par sa force militaire, celle des banques qui contrôle le capital et les finances, celle d’Israël qui s’impose par ses lobbys et ses services d’espionnage auprès des principales puissances politiques et économiques de la planète. Tous les autres intervenants sont des marionnettes au service de ces puissances ou des opposants à ces dernières. Les premiers sont gratifiés en récompense de diverses natures, les seconds sont pourchassés, diabolisés, arrêtés, torturés, assassinés. C’est l’application de la sentence de G.W. BUSH : «qui n’est pas avec nous est contre nous.» Et qui est contre nous est un terroriste.

Des langues se délient et commencent à nous faire découvrir les dessous des initiatives de nos sympathiques et crédibles dirigeants. Plusieurs auront déjà pris connaissance des confessions de John Perkins : assassin économique. Si ce n’est le cas, il faut prendre quelques minutes pour le faire. Si  c’est le cas, une reprise ne fera que rafraîchir la mémoire. Les choses n’ont guère changées depuis ce temps. Les moyens utilisés sont plus sophistiqués, moins apparents, mais tout aussi criminels. Déjà nous avons quelques exemples d’empoisonnement et d’atteinte mortelle à la santé de certains dirigeants.

Il est évident qu’à nous en tenir qu’à cette vision des choses, limitée aux prédateurs, corrupteurs, hypocrites, menteurs, etc. serait nous condamner à demeurer dans la grande noirceur, sans issus pour nous en sortir.

Il y a toutefois un espoir, un espoir qui n’est pas qu’utopie. Il s’agit de l’éveil des consciences, de l’expression de nouvelles solidarités, de ces peuples qui se prennent en main et de ces leaders qui se mettent au service des véritables intérêts de leurs peuples.

Déjà, j’ai eu l’occasion de parler de ce président exceptionnel d’Uruguay en la personne de Jose Mujica. Il en a d’autres comme Evo Morales, président de la Bolivie, Rafael Correa, président de l’Équateur, Dilma Roussef, présidente du Brésil, Nicolas Maduro, président du Venezuela, Cristina Fernandez, présidente de l’Argentine, Raoul Castro, président de Cuba, etc. pour ne parler que de l’Amérique latine.

Le mouvement des indignés en Europe et aux États-Unis, les soulèvements des étudiants au Chili, au Québec et dans diverses régions du monde, les révoltes non commanditées au Moyen Orient sont autant de signes avant-coureurs de la fin des tricheries, des fraudeurs et prédateurs de tout acabit. Leur pouvoir de corrompre et de manipuler les peuples s’évapore toujours un peu plus chaque jour comme c’est le cas de l’obscurité de la nuit à l’aurore d’un jour nouveau.

Un autre monde est possible. Un monde de vérité, de justice, de solidarité, de compassion, de beauté. Ce n’est pas possible que ce qui nous fait humains dans nos fibres les plus profondes ne puisse survivre à ces fauteurs de troubles, soutenus par le mensonge, l’hypocrisie, la corruption, la manipulation, l’ambition sans limites.

Dans ce réveil des consciences, le rôle joué par l’information alternative et les réseaux sociaux devient fondamental. De quoi nous encourager tous et toutes à poursuivre, selon nos moyens, nos talents et nos connaissances sur cette voie d’une renaissance d’une humanité qui se reprend en main et donne le goût de vivre.


Oscar Fortin
Québec, le 6 juin 2013



N.B. Je dédie cet article à mon petit frère Léon, né le 6 juin 1948 et décédé, cinq ans plus tard, du cancer de leucémie. À cette époque les moyens de contrer une telle maladie n’existaient pratiquement pas. Ce fut un décès qui m’a profondément marqué et par cet article je veux redonner espoir à une humanité qui n’est pas confinée à un destin d’extermination et d'anéantissement.

2 commentaires:

Pierre Girard a dit...

Merci de cet article, M. Fortin.

J'aime votre style simple et facile d'approche.

Votre article ne m'a rien appris car je savais à peu près tout ça, mais il me donne de l'espoir et du courage.

« Trois idéaux ont éclairé ma route et m'ont souvent redonné le courage d'affronter la vie avec optimisme: la bonté, la beauté et la vérité ». (Albert Einstein)

Pierre Girard

Anonyme a dit...

M. Fortin,

Effectivement, je vous encourage à continuer votre excellent travail d'Éveilleur. Il est fort probable que vous auriez de la difficulté à croire l'importance de l'effet "boule de neige" dans l'Éveil de conscience que vos écrits et commentaires suscitent parmi vos lecteurs.

Votre nature respectueuse de toute vie et votre foi dans la capacité des humains à bâtir ensemble un Monde meilleur ou chacun à sa place vous honorent.

Ne pensez-vous pas que ce merveilleux Monde, nous devons d'abord et avant tout le bâtir en chacun de nous pour qu'Il puisse exister à l'extérieur? A mon avis, notre société actuelle manque de Modèles et de Leaders de ce nouveau Monde mais ma Foi me dit que ça s'en vient.