PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

lundi 17 juin 2013

LE PRÉSIDENT MADURO AVEC LE PAPE FRANÇOIS





C’est la première photo officielle, à 8h30 de notre heure, de la rencontre du Président du Venezuela avec le pape François. Je fus évidemment heureux de voir cette photo surtout que sur un autre site figurait une autre photo, de toute évidence résultat d’un montage n’ayant rien à voir avec ladite rencontre, coiffant l’article faisant état des échanges entre le pape François et le président Nicolas Maduro. Je suppose que les plaintes ont fait réagir l’éditeur du site, car à peine deux heures plus tard, elle fut remplacée par à une photo officielle. Sans m'en accorder le mérite, j'avais toutefois écrit dès les premiers instants à l'éditeur du site pour lui mentionner la bévue. Au même moment j'ai transmis l'information à http://www.telesurtv.net/ qui m'ont aussitôt répondu. Toujours est-il que les changements ont été faits comme il se devait.









Une photo qui montre un Maduro  plutôt « mauvais garçon et de mauvaise humeur », en chemise, qui ne se jette pas dans les bras du pape François qui lui entrouvre sa porte. les mains tendues comme un père à la rescousse d’un enfant perdu.

La photo qui coiffe le présent article est une photo de vérité qui montre le président, vêtu de son complet foncé, échangeant avec le pape. La seconde en est une de mensonge. Une photo qui vise à tromper le lecteur et la lectrice sur la personnalité du président Maduro et sur la manière dont s’est déroulée cette rencontre. Une photo construite plus pour dénigrer que pour valoriser, plus pour tromper que pour refléter la réalité.

Je me permets de vous transmettre les véritables photos de cette rencontre historique.









On remarque une certaine retenue du pape François, lui habituellement si chaleureux avec ses visiteurs. Qu’on se souvienne de sa rencontre avec le président Correa de l’Équateur ou de celle avec le président d’Uruguay, Jose Mujica. Dans le cas présent, il se comporte comme quelqu’un qui ne doit pas exprimer trop d’enthousiasme à l’endroit de son visiteur. De toute évidence, il a été préparé par l’épiscopat vénézuélien et le nonce apostolique qui ne cachent pas leur sympathie pour l’opposition, en taisant les crimes de cette dernière et en ramenant à la « UNE » des médias qu’au Venezuela il faut qu’il y ait réconciliation et que celle-ci doit se faire à l’initiative du gouvernement, véritable responsable des divisions qui règnent dans le pays.

Un album complet de photos donne à penser que le pape François a passé un bon moment avec la délégation gouvernementale vénézuélienne.

http://www.sibci.gob.ve/2013/06/encuentro-del-presidente-maduro-con-el-papa-francisco-foto/

Demain, mardi et mercredi, ce sera une délégation de l’opposition officielle qui prendra d’assaut le Vatican. Il y aura, mardi, une rencontre avec le responsable des relations extérieures du Vatican et, mercredi, ils participeront, comme d'authentiques apôtres de l'Évangile, à l'audience générale du pape. Voici quelques références de lecture de la presse officielle qui couvre bien les intérêts de cette opposition.






Les vrais défis commencent pour le pape François. Il sait qu’il ne peut servir deux maîtres.

Oscar Fortin
Québec, le 17 juin 2013

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Et pourquoi le pape devrait il choisir ?