PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 6 septembre 2013

LE DÉBUT D’UN NOUVEAU MONDE




DEUX PERSONNAGES QUI FONT LA DIFFÉRENCE




La fin de l’année 2012 et le début de l’année 2013 ont été marqués par la fin du calendrier maya et la démission du soi-disant dernier pape, Benoît XVI.

De longues études ont été réalisées pour comprendre la signification et le sens à donner à cette fin du calendrier Maya. Il en fut de même pour comprendre les fameuses prédictions de Nostradamus et de Malachie sur cette fin de la papauté. Est-ce l’annonce de la fin du monde ou de la fin d’un monde? S’agit-il de l’avènement de temps nouveaux, d’une humanité nouvelle?

Ces deux hommes se sont rencontrés le 6 septembre au matin dans la bibliothèque du pape François. Ils se sont donné l'accolade de la fraternité le président Morales lui disant, d'entrée de jeux, qu'il était pour lui comme un frère, ce à quoi le pape François lui répondit "ainsi il doit en être".

Évo Morales, de la descendance maya, est le premier amérindien à être élu président de Bolivie et dans l’ensemble de l’Amérique latine. Il est également le premier Président à créer une nouvelle dynamique de gérer le bien commun d’un peuple aux multiples cultures amérindiennes et religieuses. Lorsqu’il fut élu pour la première fois en 2005, la Bolivie était le pays le plus pauvre de l’Amérique du Sud et, mis à part Haïti, de tout le Continent.

Aujourd’hui, après trois victoires présidentielles éclatantes, dont celle de 2010, le visage de la Bolivie a pris la voie de la croissance et du développement. Il a remis au cœur des préoccupations de l’État les intérêts du peuple. La cote à remonter est loin d’être franchie, mais la voie prise suit son élan en dépit des actes de sabotage et de subversion venant des adversaires internes et externes du pays.

Il a doté le pays d’une nouvelle constitution multinationale que le peuple a endossée à l’encontre de ses ennemis qui ont tout fait pour l’en empêcher. Je vous invite à lire ici ce que j’écrivais alors sur cette marche historique d’un peuple en appui à son président.

Il a également innové en faisant élire par le peuple les juges, de manière à leur assurer toute indépendance par rapport aux représentants politiques.

Avec Évo Morales et les autres pays émergents de l’Amérique latine, dont l’Équateur et le Venezuela, un Nouveau Monde surgit à l’aurore d’un jour nouveau.

Le pape François, arrivé du bout du du monde, l’Argentine, surprend les catholiques et les croyants par son arrivée complètement dépourvue de grandeur et de faste. Celui qui se présente à la fenêtre donnant sur la place St-Pierre, gonflée de croyants et de touristes, le fait en demandant à cette foule de le bénir et de prier pour lui, avant de les bénir lui-même. Ici, sur cette photo c’est un jeune brésilien, défiant tous les cordons de sécurité, qui se jette dans les bras du pape François. Selon la légende, il aurait dit au pape qu’il l’aimait et qu’il voulait être comme lui.

D’un monde enveloppé de protocoles, de personnages aux allures royales et impériales, voilà que ce nouveau pape se révèle tout autre, sans ces dispositifs, caractéristiques des royaumes terrestres. Il est dans ce nouveau milieu, qu’est le Vatican, un signe de contradiction. Sa présence n’est pas sans indisposer tous ces personnages qui se plaisent à se confondre avec les rôles qui font de chacun d’eux une autorité importante.

Plutôt conservateur dans sa pensée théologique, il a opté pour le langage de l’Évangile. Ses luttes deviennent celles des laissés pour compte de la société. Sa parole lui est dictée par ce qu’il voit et vit. En ce sens, il devient difficilement contrôlable par ceux qui ont à lui dicter ce qu’il a à dire ou à faire. Il est un homme libre au milieu d’une institution faite davantage pour contrôler que pour libérer.

Son voyage au Brésil a donné le ton de ce qu’il est et sera. Beaucoup en ont fait l’analyse. Je me permets de vous référer à ce que j’en ai dit moi-même dans un article qui a suivi cette rencontre des Journées mondiales des jeunes (JMJ).

Sa dernière grande initiative est celle de la convocation de toutes les personnes de bonne volonté à une journée de prières et de jeûne, le 7 septembre 2013, pour dire non à la guerre en Syrie et partout dans le monde, pour dire non à la violence, pour dénoncer ceux qui ne recherchent que la guerre à des fins de conquête et de domination.

Dans ce cas très précis, il ne s’en tient pas seulement à des paroles de condamnation, mais il met en mouvement toutes les ressources institutionnelles de l’Église pour mobiliser le monde et forcer les décideurs à réviser leurs plans. La paix ne saurait venir des armes, mais du dialogue fondé sur la justice.

CONCLUSION

Avec ces deux personnages, le mur du vieux monde se fissure pour laisser la place à un monde nouveau fondé sur autre chose que l’individualisme, le pouvoir de domination et la suffisance.

Si les États-Unis attaquent la Syrie sans l’accord des Nations Unies, défiant le droit international et la communauté internationale, il cessera d’être une référence crédible et perdra de son pouvoir impérial.

Si Obama décide de suspendre l’attaque du peuple syrien, il reconnaîtra le fait que la communauté internationale et ses diverses composantes sont désormais les arbitres de toute aventure impériale.

Dans un cas comme dans l’autre, l’empire, en plein déclin, touchera les fonds de sa suffisance.

L’Humanité ne saurait être la même au lendemain de cette guerre qui peut s’étendre à tous les peuples de la terre.

Un moment comme jamais est à la porte de notre destin.

Oscar Fortin
Québec, le 7 septembre 2013

3 commentaires:

Anonyme a dit...

Bonjour M Fortin

Le Pape François nous mène vers un monde nouveaux. Vous avez raison aucune personne ne peut le contrôler sa mission se situe au niveau de l'évangile. Il est vrai et il travaille pour la paix dans le monde. Il réussira à rassembler les artisans de paix tout comme vous. Votre force vient de Jésus et de Hélène David de Jésus c'est pour cette raison que vous êtes un homme de paix.

Bonne journée cher ami !


G de la Vallières

Oscar Fortin a dit...

Merci pour votre aimable commentaire. Votre référence à Hélène David de Jesus m'a touché. Cette personne qui a passé sa vie clouée à une chaise roulante a su témoigner d'une grande liberté d'esprit et de coeur. Elle demeure pour moi un grand mystère et une grande inspiration.

Anonyme a dit...

Merci M Fortin
J'ai été inspirer ou pousser à vous écrire et à nommer le nom de Hélène David de Jésus . Probablement que les personnes qui sont décédés et qui ont été proche de nous, se servent des hommes et des femmes pour nous montrer qu'ils sont toujours présent. Une forme d'encouragement à continuer à défendre les plus petits et les exclus.

Bonne semaine cher ami!

G de la Vallières