PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 23 octobre 2013

ÉLECTIONS AU HONDURAS







Le 24 novembre prochain, ce sera jour d’élection présidentielle au Honduras, pays d’Amérique centrale de moins de 8 millions d’habitants. On se souviendra qu’en juin 2009, il y eut un coup d’État militaire contre le président légitimement élu d’alors, Manuel Zelaya.

Il faut dire que le rapprochement du gouvernement de ce Président avec l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) et son projet de référendum pour une nouvelle constituante furent les détonateurs de ce coup d’État. L’empire, l’oligarchie nationale et l’Église hiérarchique, ne purent accepter ce rapprochement avec l’ALBA, pas plus que la mise en place d’une constituante de nature à modifier les relations de pouvoir des oligarchies avec l’État.

Inutile de dire que l’élection qui a suivi, en novembre 2009, n’a été qu’une mascarade de démocratie, s’étant abstenus de voter ou ayant annuler leur vote la grande majorité des partisans de Manuel Zelaya et les opposants au coup d’État militaire.

Tout au long des années qui suivirent, la violence s’accentue et les morts se comptent par centaines. Les informations officielles mettent au compte de la mafia et de la contrebande de drogues toute cette violence et ces crimes. Toutefois, sans exclure l’action de ces derniers, les forces gouvernementales, armées et policières, en profitent pour liquider des journalistes, des leaders syndicaux, des dirigeants sociaux et politiques, des étudiants, etc. Amnistie internationale attire l’attention du monde sur ces crimes que nos médias meanstream se gardent bien de mettre en lumière.

Le 24 novembre prochain, ce sera donc un nouveau jour d’élection. Neuf partis politiques convoiteront à la fois la Présidence du pays, les 128 sièges du Congrès, les 298 postes municipaux et les 20 représentants et leurs substituts au Parlement de l’Amérique centrale.

Cette fois-ci, les partisans de Manuel Zelaya, regroupés dans le Front national de résistance populaire (FNRP), et les opposants au coup d’État, se fusionnent pour former un parti politique et voter sous une même bannière, celle de « LIBERTAD Y REFONDACION » (LIBRE). C’est l’épouse de l’ex-président Zelaya, Xiomara Castro, qui est élue pour mener le combat à la présidentielle du pays. Les grandes orientations idéologiques de ce nouveau parti se résument ainsi : pour le socialisme du XXIe siècle, définitivement de  la gauche politique et foncièrement anti-impérialisme.

Son plus proche opposant dans cette lutte vient du Parti national qui a comme candidat officiel Juan Orlando Hernández. Il est celui qui talonne de plus près le parti LIBRE.

Les derniers sondages, septembre 2013, donnent une avance de deux points à la candidate du parti LIBRE sur son  plus proche adversaire du Parti national. C’est dire qu’ils en sont pratiquement à une impasse technique,  la marge d’erreur étant de 2%.

La lutte est donc très serrée et les tentations de fraudes et de chantage sont très élevées dans un pays où la culture politique des oligarchies ne se fait pas de scrupules à tuer, à corrompre, à substituer des votes, etc. Elle sait également faire appel avec grâce aux autorités ecclésiales pour faire la différence par des interventions finement rafistolées. Ils l’ont fait dans un passé récent avec le coup d’État militaire et pourquoi ne pas le refaire maintenant, surtout que leur cardinal a pris du galon au Vatican, en devenant un des principaux conseillers du pape François pour la réforme de la Curie romaine.

Cette intervention est d’autant plus importante que le Parti national de Juan Orlando Hernandez peut théoriquement compter sur 32% de l’électorat qui lui est acquis alors que le parti LIBRE ne peut compter que sur 22% de cet électorat. Le défi du parti National est donc de faire sortir le vote de ses partisans. D’où l’importance de faire entendre une voix écoutée et respectée par ces derniers, les incitant à ne pas avoir peur et d’aller voter. C’est ce que viendra leur dire le cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga.


D’abord un petit rappel

Il s’agit du même cardinal qui s’était réjoui du coup d’État militaire de 2009. Il avait même participé à certaines rencontres préparatoires. Sa partisannerie et ses choix idéologiques se révélèrent pleinement dans l’homélie qu’il prononça, le 3 février 2010, à l’occasion de la messe d’action de grâce en l’honneur du nouveau président, Porfirio Lobo. Voici un extrait de ces mots élogieux qu’il a eu à l’endroit du principal putschiste, Roberto Micheletti :


« Aujourd’hui est un jour spécial pour rendre grâce à Dieu, par la Vierge Marie, pour notre Honduras, pour la liberté, la souveraineté et l’indépendance que Don Roberto Micheletti a su défendre avec les forces armées et aux côtés des milliers de Honduriens qui veulent faire partie des solutions, non des problèmes ».

Le 10 février 2010, il en rajoutait en présence des nouveaux élus :

« Réjouissez-vous, chers frères et chères sœurs, vous qui êtes appelés à diriger ce pays. Dieu vous a choisis, car Dieu bénit le Honduras ».

On ne peut pas dire qu’il prend des détours pour afficher ses solidarités politiques et religieuses lorsqu’il est entre amis. Il est définitivement un acquis des oligarchies et de l’empire. Il sait les conforter en leur disant qu’ils sont les élus de Dieu pour diriger le Honduras.

Quant aux problèmes qui rongent la société hondurienne, problèmes de démocratie, problèmes de violences, problèmes de pauvreté, d’éducation, d’alimentation, d’enfants utilisés comme force de travail, etc. ça ne semble pas l’affecter outre mesure. L’important c’est de faire partie des solutions qui rendent confortable la vie de ceux et de celles qui dominent les pouvoirs politiques et économiques.

Aujourd’hui, 19 octobre 2013, à un mois des élections, notre cardinal  prend de nouveau la parole. Il sait que les sondages donnent pour gagnante, Xiomara Castro, chef du parti « Libertad y Refondacion ». Il sait également qu’avec son intervention il peut faire la différence pour l’un ou l’autre des deux candidats en liste pour l’élection du 24 novembre.

Dans son intervention comme pasteur, il eut pu rappeler le message du pape Jean XXII dans son encyclique Pacem in terris (Paix sur terre). Cette Encyclique précise les grands principes qui doivent guider les hommes et les femmes politiques d’aujourd’hui. Elle fait un devoir aux responsables et dirigeants des États de servir prioritairement les grands impératifs de justice, de vérité, de solidarité, de compassion, etc. Elle rappelle que la santé, l’éducation, l’alimentation, le logement sont parties de ce bien commun et doivent être des objectifs incontournables pour tout dirigeant. Une pensée sociale de l’église qui rejoint en grande partie la pensée sociale des pays émergents de l’Amérique latine.

Inutile de rêver en couleur. L’intervention du cardinal ne se situe surtout pas dans cette direction. Il prend plutôt la parole pour dire aux personnes d’aller voter (on sait à qui il s’adresse), de ne pas avoir peur (on suppose de qui), tout en précisant que le marxisme et le capitalisme avaient failli, sans toutefois s'étendre sur ce dernier. Il a plutôt choisi de s'étendre sur le marxisme dont on ne comprend toutefois pas pourquoi. De fait, aucun parti politique de la présente élection ne se présente sous la bannière du marxisme. Il en profite  tout de même pour dire « que le marxisme, lorsqu’il gouvernait dans certains pays, il provoqua la destruction économique et le milieu ambiant, en plus d’opprimer les âmes de leurs concitoyens. »  Sur le capitalisme, il n’insista pas pour en démontrer jusqu’à quel point il est la source des maux qui rongent le pays. Il ne l’associera pas aux causes principales des grandes injustices sociales, à la violence, à l’exploitation des enfants etc… De cela, il ne dira rien.

Il faut croire qu’en parlant du marxisme, il souhaite que ses ouailles fassent le lien avec le socialisme du XXIe siècle et le confondent avec le marxisme du siècle dernier. C’est ce qu’on appelle faire une pierre deux coups : aux membres du Parti national il dit, allez voter, et aux sympathisants du parti LIBRE, il leur dit "prenez garde c’est du marxisme."

Il s’agit là, à n’en pas douter, d’une intervention entièrement politique sous le couvert d’un pasteur supposément soucieux de la paix et du bienêtre de son peuple. Une hypocrisie consommée qui le place au même niveau que celui de ces grands prêtres et docteurs de la loi qui se méritèrent les invectives de Jésus : Mathieu  ch. 23. La lecture en vaut le détour.

CONCLUSION

Si le Honduras disposait d’un système électoral aussi perfectionné que celui du Venezuela, je miserais sur la victoire de Xiomara Castro. Ce n’est évidemment pas le cas. Il faut comprendre qu’aux déficiences du système électoral s’ajoutent les forces de l’Empire qui choisiront de couper court aux ambitions d’un peuple à vouloir récupérer ses pleins pouvoirs sur ses institutions politiques et économiques. L’argent de la corruption et de bien d’autres subterfuges saura mener à terme cette élection conformément aux attentes des mandarins. Qu’on se souvienne qu’aux dernières élections mexicaines plus de 6 millions de cartes d’achat prépayées avaient été échangées pour des votes auprès des populations les plus vulnérables.

Les 380 observateurs, attendus, confirmeront les résultats. Les dissidents seront, tout simplement, des personnes de mauvaise foi.

Oscar Fortin
Québec, le 20 octobre 2013

4 commentaires:

Anonyme a dit...

Merci monsieur Fortin ! J'en ai plus appris avec ce seul texte et les sources fournies que je n'en apprendrai jamais de la part de nos médias de masse.

Le blog d'Anne Wolff est un autre incontournable pour s'informer de certains événements en Amérique latine, elle nous offre entre autre plusieurs traductions françaises de textes espagnols :

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/

Anne Wolff a dit...

Merci « anonyme », votre commentaire me remonte le moral. Il m’arrive d’être plus affectée par certaines traductions, et la dernière qui est une compilation plutôt, me laisse désemparée. J’ai beau savoir que certaines traductions rebondissent et font écho, je me rends bien compte que ce travail reste dérisoire que la situation terrible du peuple du Honduras reste, tout compte fait ignorée des lecteurs francophones.
Je vais donc me permettre d’apporter certaines précisions à l’article ci-dessus., après un bref rappel des principales causes ayant conduit au coup d’état militaire qui a entraîné le renversement du président Zelaya.
1) Tout d’abord, après que lui soit refusée l’aide financière demandée à Washington pour mener à bien les programmes sociaux que son gouvernement avait initié, il s’était tourné vers l’ALBA. Rappelons que Hugo Chavez, ni Fidel Castro étaient tous deux au départ des patriotes souhaitant la souveraineté et le droit à l’autodétermination pour leur pays et que si tous deux ce sont radicalisés, c’est face à l’intransigeance belliqueuse des USA et des oligarchies locales. Comme l’a dit Zelaya en 2009, ces gens ne supportent pas qu’on prenne un sous de leur poche pour le donner aux plus démunis. Lui aussi donc c’est radicalisé face à l’inhumanité des puissants.
2) Ensuite, le jour du coup d’état était prévue une consultation populaire (non contraignante) pour savoir s’il était opportun lors des élections présidentielles, régionales et municipales d’octobre 2009, il y avait lieu de mettre une quatrième urne, pour un referendum (contraignant) sur l’opportunité d’une assemblée constituante, promouvant une démocratie participative. Le coup d’état a aussi coupé court à cette consultation. Les medias ont titré ici : Zelaya destitué parce qu’il veut un second mandat. Absurde puisque le referendum aurait eu lieu le jour même des présidentielles auquel il n’avait pasle droit de se présenter.
3) Et pour finir, la volonté manifestée par Zelaya de bouter dehors les forces US de Palmerola et de limiter les interventions militaires des USA dans le pays sous prétexte de guerre au narcotrafic, fait partie d’un tout qui ont conduit à le rendre inacceptable pour les investisseurs colonisateurs, et conduit le Département d’Etat US a fomenté avec l’oligarchie locale le coup d’état militaire ayant pour conséquence la situation actuelle : un pays dévasté, dépecé, soumis à la violence des rues et au terrorisme d’état, doté d’une dette démesurée, alors que les programmes sociaux ont été démantelée. Quand à la corruption qui règne, il y a de quoi écrire quelques livres. Palmerola est à présent une des plus grandes parmi les quelques dizaines de bases US répandues à travers toute l’Amérique Latine.

Ensuite, concernant Xiomara Castro et son rôle alors que son mari avait été enlevé à l’aube du 28 juin 2009, par les Opérations Spéciales qui ont criblé de plus de cent impacts de balles le portail de leur maison, avant de s’emparer du Président et de l’emmener vers la base US de Palmerola, d’où il fut emmené et largué, toujours en pyjama, à Costa Rica.
Xiomara et sa famille sont restés au pays et ont été partie prenante de la résistance qui c’est aussitôt levée, des centaines de milliers de personnes sont restées mobilisées pendant plus de cent jours. Nombre d’entre elles, ont rejoint souvent à pied, en marchant de nuit dans la montagne, sans manger, buvant à peine, la frontière avec le Nicaragua, derrière laquelle se trouvait Manuel Zelaya.
J’ai suivi ces événements, grâce aux journalistes de téléSur qui revenus clandestinement dans le pays – après en avoir été expulsés, menacés de mort, gagnant la frontière sous la protection du CIDH – et qui revenus en douce, filmaient avec leurs téléphones portables, l’incroyable mobilisation de ce peuple déterminé. Les principales chaînes gouvernementales et médias populaires avaient été mis à sac par les putschistes.

Anne Wolff a dit...

Xiomara Castro de Zelaya a alors été au premier rang de la résistance, celui qui était directement face à l’armée dont on savait qu’à la moindre provocation, elle déclencherait le massacre. Haranguant la foule à l’arrière de pick-up ou parlant aux soldats pour les rappeler à leur rôle de gardien de l’ordre constitutionnel incarné par son mari, cette grande dame forçait le respect. J’ai écrit alors qu’elle avait, plus que son mari, la trempe d’une présidente.
Descendue de son piédestal de première dame, elle a été parmi le peuple, un ferment de cette résistance qui n’a cessé depuis, on peut dire à la voir aujourd’hui, au sens deleuzien, qu’il y a un devenir peuple de Xiomara Castro. Et que son mandat de candidate présidentielle, n’est pas celui de la femme de Zelaya, mais bien celui de la résistante de la première heure, partageant les risques, et les privations qui furent alors celles du peuple et dévoilant ses capacités de leader.
Je ne m’étendrai pas ici sur l’accélération de la cession accélérée du pays aux transnationales qui se produit dans cette période pré-électorale au Honduras. J’ai regroupé dans la rubrique Honduras élections 2013 les premières traductions concernant la « loi hypothèque », cession du territoire et des ressources naturelles contre finances dans des conditions inacceptables pour le petit peuple et la création des ZEDE (Zone d’emploi et de développement économique), qui sont de véritables enclaves néo-libérales soustraites au territoire du pays.
Ce qui me semble particulièrement inquiétant dans le cadre de cette période préélectorale, c’est que non seulement la répression, les menaces, les harcèlements et les « exécutions ultra judiciaires » contre les membres du parti LIBRE – et d’autres résistants - s’intensifient, mais aussi que le candidat « officiel » Juan Orlando Hernandez, actuel président du Congrès, a crée pour l’occasion une nouvelle police militarisée de 5000 membres, dont il a promis qu’il y en aurait un à chaque coin de rue, et qui circulent d’ores et déjà dans ces rues, cagoulés, et surarmés. Ce qui ne fait qu’ajouter au climat de terreur qui règne actuellement au Honduras et est de très mauvaise augure en ce qui concerne la liberté, le caractère équitable et la transparence des élections qui se préparent.
Trois congressistes républicains étasuniens ont également écrit une lettre à Kerry pour sommer le département d’état de cesser toute ingérence dans les processus électoraux.
Une petite remarque aussi quand aux sondages, j’en ai vu plusieurs au cours de mes recherches, et les chiffres donnés ci-dessus sont les plus pessimistes puisque d’autres vont jusqu’à des écarts de 12 points en faveur de Xiomara.
Autre petite remarque est de voir qu’un de ses plus solide argument de campagne et de promettre de reprendre les programmes et réformes mises en œuvre par son mari et de les mener à bien, mais aussi de mettre fin à la terreur en créant une véritable police de proximité.
Il est clair qu’aujourd’hui Xiomara Castro de Zelaya est une cible privilégiée pour les tueurs à gage de l’Empire. Et il est clair aussi que la prise de conscience de la situation par l’opinion populaire internationale, peut contribuer à sa sauvegarde.
Anne Wolff

Oscar Fortin a dit...

@Anne Wolff: Je suis très heureux de vous avoir lu et ainsi de faire votre connaissance. C'est vraiment avec grand intérêt que j'ai pris connaissance de vos observations que je trouve toutes très pertinentes.

J'ai noté que vous vous faites discrète sur le rôle du cardinal Maradiaga dans le coup d'État militaire. J'aurais aimé vous entendre sur le sujet.

J'aimerais que votre commentaire figure également sur les autres sites où ce texte est publié:

http://www.les7duquebec.com/non-classe/les-elections-au-honduras/

http://centpapiers.com/les-elections-au-honduras/

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/elections-presidentielles-au-142622

À l'avance je vous remercie et je vous assure que je serai un de vos lecteurs.