PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

samedi 22 mars 2014

JOUR INTERNATIONAL DU DROIT À LA VÉRITÉ







« Le 21 décembre 2010, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 24 mars Journée internationale pour le droit à la vérité en ce qui concerne les violations flagrantes des droits de l’homme et pour la dignité des victimes. »
Cette reconnaissance du droit à la vérité constitue un pas important quant à l’obligation des États et de leurs organisations affiliées d’assurer la plus grande transparence relative aux violations flagrantes des droits de l’homme. Il s’agit d’une première reconnaissance du droit à la vérité dont les grands médias se gardent bien d’en faire une frontière à l’information qu’ils transmettent à leurs auditeurs et auditrices, à leurs lecteurs et lectrices. L’ampleur des technologies modernes ainsi que leur mondialisation font que les propriétaires de ces grands médias en arrivent à imposer comme vérité, la vérité qui leur convient le mieux de transmettre des évènements, des personnes, des conflits et des guerres, sans se soucier du droit des personnes à la vérité. Toute intervention de l’État visant à les dénoncer et à les obliger au respect de ce droit sera interprétée comme une attaque au droit à la liberté expression.
Les exemples ne manquent évidemment pas de ces abus de pouvoir pour mentir et manipuler. Ce fut le cas pour vendre l’intervention militaire en Irak tant en 1990 qu’en 2003. Ce fut le cas pour justifier l’intervention militaire en Lybie, puis en Syrie et tout récemment en Ukraine et au Venezuela. Dans ce dernier cas, cette manipulation est d’autant plus criante que l’information alternative la confronte quotidiennement à la vérité des faits, la laissant avec ses photos truquées, ses articles diffamatoires sans fondements, etc. En somme, le mensonge dans sa nudité.  
Tant et aussi longtemps que des législations ne viendront pas encadrer ce droit à la vérité et à contraindre les médias et les journalistes à le respecter, le mensonge et la manipulation continueront à contaminer les esprits et à fausser le jugement. Pour le moment, les grands médias se permettent à peu près tout au nom de la liberté d’expression dont ils sont  les seuls à disposer à l’échelle régionale, nationale et internationale, ayant à leur disposition le contrôle des moyens de communication. On ne peut comparer la liberté d’expression de celui qui crie dans le désert à celle du magnat de la presse qui parle dans un micro et devant une caméra, portant son message et son image aux quatre coins du monde. Il est évident que le droit à la liberté d’expression n’est pas partagé également et, de ce fait, que le droit à la vérité en est profondément affecté.
Deux gouvernements, l’Équateur et l’Argentine ont légiféré sur ce droit à la libre expression en démocratisant la propriété des fréquences de radio et de télévision en trois tiers : 33 % pour les entreprises privées, 33 % pour le service public et 34 % pour les médias communautaires. Au Venezuela, la majorité des ondes radio et télévision sont entre les mains des grands conglomérats privés et tout mouvement pour en modifier les composantes déchaîne une campagne contre l’État qu’on accuse d’atteinte à la liberté de presse. Qu’on se souvienne de la guerre médiatique qu’avait suscitée, en 2009, la suppression de 34 médias audiovisuels. À croire tout ce qu’on racontait alors dans la presse meanstream, Chavez aurait muselé tous les médias critiques à son endroit alors que la part des chaînes privées était toujours, en 2010, 61,42 % par rapport à 5.4 % pour les chaînes publiques, les 33,14 % restants étant pour la télévision à péage.

Ce droit à la vérité doit être évoqué beaucoup plus souvent par les diverses instances politiques et sociales. Une législation plus élaborée et contraignante doit en confirmer l’importance. Les conseils de presse et leurs composantes doivent être repensés de manière à leur assurer une plus grande indépendance des médias. Des ressources et des moyens appropriés doivent être mis à leur disposition pour qu’ils puissent intervenir plus fermement et plus rapidement dans les cas portés à leur attention.

Ce matin, 22 mars, sur un site espagnol, on rapportait une intervention du pape François qui s’en prenait aux médias de communication, qualifiant la désinformation comme étant son pire péché. Il ajoute que dans les moyens de communication il y a actuellement beaucoup de contamination.


Oscar Fortin
Québec, le 22 mars 2014




Aucun commentaire: