PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

lundi 14 avril 2014

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie (Jn 14:6)



Celui à qui a été donné le pouvoir de juger le monde dans la justice

La veille de sa passion, au moment de célébrer avec ses disciples son dernier repas, partageant avec eux le sens et la portée de sa mission, Thomas lui demanda « Seigneur nous ne savons même pas où tu vas, comment pourrions-nous en connaître le chemin? Jésus lui dit : “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Personne ne va au Père si ce n’est par moi.» Jn 14,6

Depuis plus de 2000 ans, des hommes, des femmes et des enfants de tous les siècles et de toutes les régions du monde revivent ces instants tragiques qui ont marqué la mort de cet homme sur une croix. Son témoignage tout autant que son message auraient exacerbé les autorités religieuses et politiques de son temps. Il leur était devenu intolérable. Son intervention dans le temple pour en chasser les marchands, ses sorties intempestives contre les pharisiens et ces docteurs de la loi qui mettent sur les épaules des autres des fardeaux qu’ils ne peuvent eux-mêmes portés, l’annonce de l’instauration d’un nouveau royaume, c’en était trop. Il fallait en finir avec ce faiseur de troubles qui, de plus, se prenait pour Dieu.

Comment entendre et comprendre le sens du destin de cet homme, devenu la grande espérance de l’humanité? En quoi est-il pour vous, pour moi, pour nous tous le chemin, la vérité et la vie?

Jésus, chemin de liberté, de solidarité, de justice et d’amour

Le Chemin tracé par Jésus est d’abord celui d’un homme profondément affranchi des grands pouvoirs qui s’imposent à notre monde. Nous les retrouvons résumés dans la symbolique des trois tentations, auxquelles il a été soumis au désert : la tentation de « l’avoir », la tentation du « pouvoir », la tentation du « paraître ». Son véritable pouvoir ne peut pas être fondé sur les valeurs de ce monde. Il vient plutôt inaugurer l’avènement d’un Nouveau Monde fondé, cette fois-ci, sur de nouveaux paradigmes, de nouvelles valeurs. 

Le pauvre, l’aveugle, le pécheur, le lépreux, l’exclu deviennent à ses yeux des personnes dont l’être réclame respect, amour, compassion, solidarité. Ils ne sont plus des laissés pour compte, mais des fils et des filles du Père qui doivent être respectés et aimés dans leur être le plus profond. Le regard qu’il porte sur les hommes et les femmes ne se laisse pas influencer par le pouvoir, le prestige, les apparats dont ils sont revêtus.

Suivre Jésus de Nazareth, c’est prendre ce chemin qui conduit à l’essentiel et qui donne valeur et consistance à chacune de nos vies et à l’humanité dont nous sommes. C’est se faire solidaire, compatissant, miséricordieux, en se gardant bien de juger les autres et encore moins de les condamner sur la base de lois, de coutumes, de cultures ou d’idéologies. Suivre Jésus, c’est être des artisans de paix, de justice, des témoins de bonté et de miséricorde.





Suivre Jésus ce n’est certainement pas se soustraire aux réalités de notre monde, mais d’en être un ferment qui le transforme en une humanité en qui se reconnaît le visage de Dieu.

Jésus, vérité, transparence et humilité

La Vérité dont il est et se fait le témoin ne porte aucune trace d’hypocrisie, de semblant, de manipulation. Son témoignage et sa parole nous révèlent tout autant le Père auquel il se rattache que l’humanité à laquelle il appartient. C’est à visage découvert qu’il rencontre les foules, qu’il confond ses dénonciateurs, qu’il dénonce l’hypocrisie de ceux et celles qui se présentent au nom de Dieu, enveloppés de tous leurs apparats et brandissant les codes de la loi qu’ils ont eux-mêmes ajustée à leur image et ressemblance pour juger et condamner.

La Vérité qu’il est et qu’il porte est celle qui va à l’essentiel du message de son Père adressé aux hommes et aux femmes de tous les temps et de toutes les parties du monde. Cet essentiel c’est d’apprendre à aimer son prochain comme soi-même, de l’aimer comme lui-même l’aime. Ce prochain c’est mon voisin, mais aussi tous les exclus, les laissés pour compte, les mal-aimés. L’essentiel, c’est cette maison commune qui regroupe l’humanité entière qui apprend à vivre comme autant de frères et de sœurs se soutenant et s’aimant de comme lui nous aime.

Cette vérité c’est également le dévoilement de tout ce qui est mensonge, tricherie, manipulation. Elle ne fait pas acception des personnes et elle se présente avec toute la force de la lumière qui met à découvert les tricheurs, les manipulateurs, les menteurs. Une vérité qui n’a rien pour se gagner la sympathie de ces ambitieux et hypocrites qui ont fait de ce monde, un monde fait à leur image et ressemblance pour y régner en maîtres absolus.




Jésus est la vie, le témoin, la force, l’espérance

La Vie qu’il est et qu’il promet à toutes les personnes de bonne volonté va bien au-delà des frontières du temps et de l’espace. Elle échappe à la puissance des armes et à la  cruauté des tortionnaires. S’ils peuvent arrêter, emprisonner, torturer, tuer, ils ne peuvent atteindre l’être dans ses profondeurs. Autant nous sommes témoins de la cruauté à laquelle des humains peuvent en arriver, autant nous sommes témoins de personnes qui ont vaincu leurs tortionnaires par la fidélité à leurs convictions profondes et aux impératifs de leur conscience. Leur héroïcité et leur témoignage ne peuvent que rejoindre ce Jésus sur la Croix.

Cette Vie, il en a témoigné jusqu’à la mort sur la croix, révélant ainsi sa conviction profonde de vaincre dans sa chair les limites du temps et de l’espace, ouvrant ainsi à l’humanité entière l’accès au Royaume du Père.

Ses disciples nous racontent que le troisième jour de sa mort, il est ressuscité et s’est montré pendant plus de quarante jours, témoignant de sa victoire sur la mort, devenant ainsi le premier-né d’une humanité nouvelle.



Je termine cette humble réflexion par ce passage des Actes des Apôtres où l’apôtre Paul s’adresse aux Athéniens réunis à l’Aéropage (act.17: 30-31)

« Or voici que, fermant les yeux sur les temps de l'ignorance, Dieu fait maintenant savoir aux hommes d'avoir tous et partout à se repentir, parce qu'il a fixé un jour pour juger l'univers avec justice, par un homme qu'il y a destiné, offrant à tous une garantie en le ressuscitant des morts. » 

Joyeuses Pâques à toutes les personnes de bonne foi.





Oscar Fortin
Québec, le 14 avril 2014


Aucun commentaire: