PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 6 août 2014

ARMAGUEDON UNE GUERRE À FINIR



NOTE: En 2007 j'avais écrit cette réflexion sur l'Armaguedon. Depuis lors, bien des évènements se sont succédés. Nous avons assisté à des coups d'État militaires en Amérique latine, à la fin du calendrier Maya en 2012, à des guerres en Libye, en Syrie et dans diverses parties du monde, à l'arrivée d'un pape de "la fin du monde" en 2013. Au moment de reproduire ce texte, l'Ukraine est pris en otage par les puissances occidentales pour repousser la Russie dans ses derniers retranchements. Rien n'est négligé pour discréditer Poutine, le président, et la Russie comme force politique, économique et militaire. J'ai donc pensé remettre à la UNE cet article qui garde encore toute son actualité.




Serait-il venu le temps de ce grand combat dont nous parle le livre de l’Apocalypse au chapitre 16 ? Bien des signes donnent à penser que ce jour approche et que déjà les deux armées se préparent à l’affrontement final. Nous pouvons penser à la mondialisation des relations politiques, économiques, sociales et culturelles. Ces dernières nous rendent tous responsables, bien qu’à des degrés divers, de ce qui se passe dans le monde. Que dire du développement extraordinaire des moyens de communication qui nous mettent en contact direct avec les mille et un visages du monde dans lequel nous vivons ? Plus que tout, il y a ce développement d’une conscience planétaire qui décode avec de plus en plus de clarté les antagonismes qui sous-tendent les grands problèmes qui affectent l’humanité et les dessous des guerres menées un peu partout à travers le monde. Les voiles tombent, les visages apparaissent dans leur nudité, la tricherie n’arrive plus à convaincre. Dans cette perspective l’enjeu de cette guerre à finir serait le suivant : LA SOLIDARITÉ ET LE PARTAGE ENTRE TOUS LES HUMAINS, FONDÉS SUR LA VÉRITÉ ET LA JUSTICE, OU LE CONTRÔLE DU MONDE ET LA SAUVEGARDE DES PRIVILÈGES, FONDÉS SUR L’AMBITION ET LA TROMPERIE.

Ceux qui dominent actuellement le monde et qui disposent des principaux leviers de son devenir social, politique, économique et religieux se retrouvent un peu partout, mais tout particulièrement dans certaines organisations secrètes, comme Illuminati, et dans les organisations politiques, économiques et religieuses qui en émanent. (http://syti.net/Organisations.html) Ils font partie des 33% de la population mondiale qui contrôlent plus de 80% des richesses du monde. La table à laquelle ils sont conviés n’a rien de comparable avec celle à laquelle sont condamnés les 66% de l’humanité qui en sont exclus. Ces derniers, en dépit de toutes les promesses, n’ont toujours pas accès aux besoins fondamentaux de subsistance et de dignité. Ils ont en partage, entre autres choses, la sous-alimentation, la mortalité infantile, l’analphabétisme, l’isolement et la dépendance.



Chacun des camps se mobilisent avec les ressources qu’il a. Ceux qui dominent le monde disposent de ressources inimaginables leur permettant d’assurer leur hégémonie non seulement militaires, mais également psychologique. Le contrôle des industries militaires et des moyens de communication leur assure cette domination sur les peuples et les personnes. Les églises, pour leur part, entraînées dans des alliances subtiles, donneront bonne conscience aux premiers et contiendra la résistance des autres.

Le second groupe, beaucoup plus démuni militairement et sans beaucoup d’emprise sur les moyens de communication, pourra toutefois compter sur ce réveil d’une conscience planétaire davantage soucieuse de solidarité et de justice que de domination et de privilèges. Cette dernière se développe au fur et à mesure qu’elle comprend avec plus de clarté les mécanismes politiques, économiques et même religieux qui expliquent en grande partie la situation dans laquelle se trouvent plus des deux tiers de l’humanité. Des leaders, par la profondeur de leurs convictions et l’héroïcité de leur engagement, font naître une espérance nouvelle, fondée sur la justice et la conscience d’une dignité retrouvée. De véritables prophètes surgissent ici et là pour témoigner, au prix de leur vie, de l’action libératrice du Christ ressuscité, actuellement à l’œuvre dans cet extraordinaire projet d’un monde fondé sur la justice, la vérité et l’amour. Ils ne craignent pas de dénoncer les tricheries des envahisseurs qui ne sauraient s’imposer pour toujours.



Les stratégies se dessinent et peuvent être détectées à travers les initiatives des uns et des autres. En Amérique latine, par exemple, nous avons le cas de Cuba qui mène un combat qui dure depuis plus de 50 ans. Même s’il est un petit pays d’à peine 9 millions de personnes, il a su résister à ce jour à son voisin qui est le pays le plus puissant, militairement et économiquement, de la terre. En dépit de toutes les initiatives prises pour mettre un terme à cette révolution, elle est toujours là et bien vivante. « David » a non seulement résisté à « Goliath », mais l’a déstabilisé en Amérique latine et l’a rejoint dans plusieurs autres parties du monde. Le mouvement amorcé par Cuba se prolonge maintenant au Venezuela, en Bolivie, en Équateur et au Nicaragua. Le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay s’en inspirent. Cette montée de ces nouveaux acteurs, de plus en plus affranchis, conduit les États-Unis et ses alliés à contenir ce mouvement qui menace leur hégémonie en développant des stratégies tantôt de sabotage des uns, tels le Chili d’Allende, Cuba de Fidel, le Venezuela de Chavez tantôt de contrôle politique et économique des autres, tels le Chili de Pinochet, le Pérou, la Colombie et le Mexique dont on ne saura jamais si l’actuel Président, Calderon, a bien été celui que le peuple Mexicain a choisi. Les efforts pour contourner le vote des masses, majoritairement en faveur d’une société plus juste, sont sans limite.http://www.voltairenet.org/auteur121290.html?lang=fr



Dans cette confrontation de plus en plus musclée, les moyens de communication jouent un rôle de premier plan. On applique systématiquement les principes de propagandes de guerre qu’un ancien diplomate britannique, Lord Arthur Ponsoby (1871-1946), avait élaborés:



• Le camp adverse est le seul responsable de la guerre


• Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou l'«affreux» de service)


• C'est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers


• L'ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c'est involontairement.1



Cet extrait est pris d’un article qui en dit long sur la manipulation de l’information de guerre. Pour justifier leurs actions tous les moyens sont bons. Les mots vérité, justice, paix, démocratie ne sont plus que des paravents permettant de mieux dissimuler et tromper. La bonne conscience en arrive à envelopper tous ces crimes et la seule morale qui compte est celle qui répond à leurs ambitions.
http://www.alterinfo.net/Guerres-mediatiques-Le-role-des-agences-de-communication-dans-les-guerres-actuelles_a9058.html?TOKEN_RETURN



Dans le livre de l’Apocalypse, aux chapitres 16 et 19, les deux belligérants sont présentés de la façon suivante :



LE CONQUÉRANT

« Puis, de la gueule du Dragon, et de la gueule de la Bête, et de la gueule du faux prophète, je vis surgir trois esprits impurs, comme des grenouilles - et de fait, ce sont des esprits démoniaques, des faiseurs de prodiges, qui s'en vont rassembler les rois du monde entier pour la guerre, pour le grand Jour du Dieu Maître-de-tout. Ils les rassemblèrent au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn. » (Ap.16)

LE LIBÉRATEUR

« Alors je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; celui qui le monte s'appelle » Fidèle » et » Vrai », il juge et fait la guerre avec justice. Ses yeux ? une flamme ardente ; sur sa tête, plusieurs diadèmes ; inscrit sur lui, un nom qu'il est seul à connaître; le manteau qui l'enveloppe est trempé de sang ; et son nom ? le Verbe de Dieu. » (Ap.19)



L’ISSUE de cette guerre nous est révélée au chapitre 18 de ce même livre :
2.
« Il s'écria d'une voix puissante : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la Grande ; elle s'est changée en demeure de démons, en repaire pour toutes sortes d'esprits impurs, en repaire pour toutes sortes d'oiseaux impurs et dégoûtants.
3.
Car au vin de ses prostitutions se sont abreuvées toutes les nations, et les rois de la terre ont forniqué avec elle, et les trafiquants de la terre se sont enrichis de son luxe effréné. »
4.
Puis j'entendis une autre voix qui disait, du ciel : « Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n'ayez à pâtir de ses plaies !
5.
Car ses péchés se sont amoncelés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités.
6.
Payez-la de sa propre monnaie ! Rendez-lui au double de ses forfaits ! Dans la coupe de ses mixtures, mélangez une double dose !
7.
A la mesure de son faste et de son luxe, donnez-lui tourments et malheurs ! Je trône en reine, se dit-elle, et je ne suis pas veuve, et jamais je ne verrai le deuil...
8.
Voilà pourquoi, en un seul jour, des plaies vont fondre sur elle : peste, deuil et famine ; elle sera consumée par le feu. Car il est puissant, le Seigneur Dieu qui l'a condamnée. »
9.
Ils pleureront, ils se lamenteront sur elle, les rois de la terre, les compagnons de sa vie lascive et fastueuse, quand ils verront la fumée de ses flammes,
10.
retenus à distance par peur de son supplice : « Hélas, hélas ! Immense cité, ô Babylone, cité puissante, car une heure a suffi pour que tu sois jugée ! »
11.
Ils pleurent et se désolent sur elle, les trafiquants de la terre ; les cargaisons de leurs navires, nul désormais ne les achète! »



CONCLUSION



Il est toujours hasardeux de prétendre déchiffrer un livre qui utilise autant d’images et de symboles pour nous parler d’un « moment » de l’histoire du monde dont on ignore effectivement le commencement et la fin. Une chose, toutefois, demeure : les forces qui s’inspirent de la justice et qui se font un devoir de se laisser guider par la vérité et la transparence ont de bonnes chances de se reconnaître dans le cavalier qui monte le cheval blanc et dont le nom est Fidélité et Vérité.



Par contre, ceux qui s’enveloppent de tricheries, de mensonges, de manipulations, se reconnaîtront plus facilement dans la figure du Dragon, de la Bête et du faux prophète. Leur fidélité ne dure que le temps de leurs intérêts et leur vérité est celle qui correspond à leurs ambitions.



Je laisse la dernière parole à Jésus citant le prophète Isaïe : Mt, ch.13, 14-16)



14 « Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point.15 Car le cœur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur cœur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.16 Mais heureux sont vos yeux, parce qu'ils voient, et vos oreilles, parce qu'elles entendent »



Oscar Fortin
6 août 2014

Aucun commentaire: