PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

dimanche 5 octobre 2014

LE CARDINAL MARC OUELLET RÊVE TOUJOURS À LA PAPAUTÉ





Quelques jours avant le conclave : Marc Ouellet et Jorge Bergoglio
Lorsqu'une image vaut mille mots

Nous nous souvenons tous, particulièrement au Québec, de cette fièvre qui s’était emparée d’un grand nombre de croyants et de Québécois devant la perspective de l’élection à la papauté du cardinal Marc Ouellet. S’il n’a pas été élu, ce n’est pas qu’il ait manqué d’initiatives pour qu’un tel destin lui soit réservé. On se souviendra, entre autres, de cette grande célébration à Ste-Anne de Beaupré, marquant son départ pour Rome où il était appelé à diriger le Secrétariat pour les évêques, un poste clef dans la gérance de l’Église. Il devenait ainsi celui qui assurerait, par le choix des futurs évêques, la continuité de la pensée dominante du Vatican sur les destinées de l’Église et du monde. Proche de Benoît XVI, il en partageait les vues et savait dans quelle direction assurer la relève de cette autorité.

Les circonstances ou l’Esprit Saint, ou les deux à la fois, ont fait en sorte que sa candidature à la papauté n’obtienne pas les votes nécessaires pour prendre la relève de Benoît XVI. Ce fut plutôt un inconnu qui se présenta au balcon de la Place St-Pierre dont les premières paroles furent de demander à la foule et aux chrétiens du monde de le bénir et de prier pour lui. Un homme qui venait de la fin du monde, de cette Argentine lointaine dont l’histoire contemporaine aura été marquée par de grands espoirs, mais aussi par de grandes souffrances. Il fut présenté sous le nom de François, ce François (1182-1226) à qui la voix de Jésus s’était fait entendre pour qu’il rebâtisse son Église, devenue une maison de débauche et de corruption. C’est ce à quoi allait se consacrer le pape François.

                    
En peu de temps, il est devenu une des personnalités les plus respectées et aimées de la communauté humaine. Ce fut d’abord, d’abord, par sa simplicité et sone style de vie. Il a sortie la papauté de la principauté pour la ramener à sa plus simple expression. Il a fait du message évangélique le fondement de sa prédication. Les pauvres, les pécheurs, les humbles, les pauvres sont devenus  ses proches, ceux à qui il pense et qu’il veut servir. Il a modifié l’ordre de priorité des sujets à aborder. Il parle moins de sexualité, d’avortement, d’homosexualité et beaucoup d’amour, de compassion, de miséricorde, d’humilité, de solidarité humaine. Ce n’est pas que les autres thèmes ne sont pas importants, ils ont été amplement traités par le passé au détriment, bien souvent, de ceux à qui il donne priorité.   

Si la loi et la doctrine sont importantes, les Évangiles le sont encore davantage. Ils sont son inspiration. Le Jésus qui s’y révèle est son guide. L’Exhortation apostolique Evangelii Gaudium qu’il a livré à l’humanité se présente un peu comme le Sermon sur la montagne dans lequel il nous livre le regard qu’il porte sur notre monde. Cette intervention marque un tournant dans le discours de l’Église. Un discours qui va directement au but et qui nomme les choses par leurs noms. Sa diplomatie ne consiste pas à envelopper ce qu’il a à dire de tournures de phrase à en perdre le sens. Elle en est plutôt une de vérité et de grande liberté. Son maître n’est pas de ce monde.

Sur des questions aussi importantes que celles de la famille, du mariage, de l’avortement, de l’homosexualité, de la communion des divorcés remariés, etc., il ouvre le débat à l’ensemble de la communauté chrétienne tout en mettant l’accent sur l’esprit qu’a toujours eu Jésus à l’endroit des pécheurs, des laissés pour compte, des blessés de la vie. Il fait appel à la compassion, à la miséricorde, à l’amour capable de partager la détresse des uns et les angoisses des autres. Il incite ainsi les gestionnaires des lois canoniques et les juges des cours vaticanes à aller au-delà des textes de loi pour se laisser porter davantage par l’Esprit de la foi et l’humanité dont a fait preuve Jésus à l’endroit de tous ces gens.

Une telle approche vient heurter de plein front ceux qui vivent de la loi, des doctrines sans toujours y être fidèles eux-mêmes un peu comme c’était le cas au temps de Jésus avec les scribes, les docteurs de la loi et les pharisiens. On n’a qu’à relire ce passage de l’Évangile de Mathieu au chapitre 23 de son Évangile pour réentendre le discours que Jésus leur a tenu. Ce même discours est toujours d’actualité et ne peut laisser indifférents ceux et celles qui ont la responsabilité d’accompagner le peuple de Dieu et le développement de l’humanité.

Force est de constater que les dissensions au sein des Évêques et cardinaux se font toujours plus éloquentes et à visage découvert.

Suite à une prise de position du cardinal Kasper, président émérite du Conseil pontifical pour l’unification des chrétiens, en faveur de la communion pour les divorcés remariés, un groupe de cinq cardinaux, ayant à leur tête le Préfet pour la doctrine de la foi ont écrit un livre pour s’y opposer. Le cardinal Kasper leur donne la réplique rappelant que la vérité catholique n’est pas un système fermé.

Tout récemment, un journaliste italien, Antonio Socci, a publié un livre qui remet en question la légitimité de l’élection du pape François. Un livre qui se présente plus pour faire sensation que pour livrer du contenu.

Cette semaine, ce fut au tour du cardinal Franc Rodé de prendre position contre le pape disant qu’il était à l’extrême gauche et qu’il parlait beaucoup sans vraiment agir. Une critique directe et sans retenue. Il faut dire que ce cardinal est un personnage assez spécial et dont la trajectoire de vie n’est pas sans soulever bien des questions. Il a été proche des Légionnaires du Christ et de son fondateur, Marcial Maciel.

Tout ceci pour dire qu’il y a de fortes oppositions au pape François et que ces dernières sont à s’organiser et à se coordonner. On peut même les soupçonner d’avoir planifié et encadré toutes ces déclarations et prises de position dans le but d’influencer les débats du présent synode des évêques et laïcs sur la famille.

C’est dans ce contexte qu’apparaît notre cardinal Ouellet, celui qui peut regrouper toutes ces tendances en faisant appel à l’unité des évêques et cardinaux pour qu’ils parlent tous d’une même voix. Tout en étant du groupe des défenseurs de la doctrine et du droit canonique, il se présente comme quelqu’un qui peut rapprocher les dissidents et les promoteurs d’une Église renouvelée. De quoi lui permettre de gagner des appuis chez les uns et chez les autres. Lorsqu’il se réfère à l’apôtre Paul pour inviter ses collègues à ne parler que d’une seule voix pour qu’il n’y ait pas de divisions entre eux, il ne précise pas de quelle voix avec laquelle il faut faire unité. Cette voix peut être celle des conservateurs, celle des libérateurs, celle de la compassion, celle du pape etc.

Pour le moment, personne ne sait le temps que durera le pontificat du pape François, mais tous savent qu’il  peut partir à n’importe quel moment. Nous avons toujours en mémoire ce qui est advenu du pape Jean-Paul Ier. Le pape François dérange beaucoup avec ses réformes, d’abord à la banque du Vatican, puis dans les dicastères de la Curie romaine. Plus que tout, sa forme de vie, la simplicité et la pauvreté qu’il s’applique à vivre le plus possible en dérangent un grand nombre, habitués qu’ils sont à la vie de Princes de l’Église. Il ne fait pas de doute que le courant conservateur de l’Église catholique tout comme le courant néo-libéral  des dirigeants des dirigeants  politiques se concertent pour contenir les initiatives du pape François ou encore mieux de l’en dissuader. Sur ces deux fronts, les menaces peuvent surgir n’importe quand et sous bien des formes.

L’intervention du cardinal Marc Ouellet se réalise à un moment stratégique où la majorité des évêques du monde sont réunis  à Rome pour le consistoire  ayant pour thème la famille et tout ce qui s’y rattache. Son intervention s’est faite devant les évêques de la vieille Europe, actuellement en Italie.

Comme dans toute campagne électorale, il faut parfois s’y prendre plus tôt que trop tard. Nous n’en sommes sans doute pas au dernier conclave et l’espoir y est toujours pour ceux qui rêvent du Siège de Pierre. Il ne fait pas de doute que le cardinal pourra compter sur l’appui de Washington et de nombreux collègues conservateurs anxieux de revenir à leur vie normale de grands personnages dans l’Église et dans la Société.

Ce que doit savoir ce cardinal c'est que  l’Église ne sera plus jamais la même. Le passage providentiel du pape François aura permis de sortir l'Église du Vatican et de la remettre entre les mains du peuple de Dieu. Heureusement que l'Esprit Saint n'a pas à demander la permission à qui que ce soit pour distribuer ses dons et ses charismes comme bon il l'entend. Le peuple des croyants retrouvent une liberté et leur conscience la responsabilité qui les engage. 

Oscar Fortin

2 commentaires:

Marius MORIN a dit...

Le cardinal Marc Ouellet, depuis le début des ses fonction, s’est rangé du côté de ceux dans la hiérarchie catholique qui s’opposent à ce que les divorcés remariés puissent avoir accès à la communion. Je me rappelle sa croisade contre tout avortement, y compris dans un cas de viol. Il n’a rien compris à la volonté du pape François d’ouvrir les portes de l’Église aux exclus. Marc Ouellet fait partie d’un mouvement d’opposition au papa François dans la Curie romaine. Après l’élection du pape François, Marc Ouellet s'est dit «soulagé» de ne pas avoir été choisi pape par ses collègues cardinaux. Je ne crois pas un mot de ce qu’il a dit. Il ne serait plus l’homme que j’ai connu en Colombie dans les années 1970. Je ne le crois pas. L’Église dirigeante doit se défaire de ses attitudes princières et de la suprématie de ses docteurs de la loi, pour devenir plus missionnaire et évangélique.

Oscar Fortin a dit...

Merci Marius pour votre commentaire d'autant plus que vous connaissez ce cardinal du temps de sa présence en Colombien à la formation des futurs prêtres. Il ne fait aucun doute qu'il est un homme de pouvoir, suffisamment vaniteux pour que sa photo se retrouve un peu partout. Je me souviens que lorsqu'il fut nommé évêque de Québec, sa photo est vite apparue à l'entrée d'un petit centre commercial où étaient plusieurs cinémas. La première chose que l'on voyait à l'entrée c'était la photo du cardinal dans tout ses éclats.