PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

samedi 21 mars 2015

UNE GUERRE CONTRE LA RUSSIE SERA FATALE POUR L’OCCIDENT





Que la guerre soit à nos portes est devenu une évidence pour la grande majorité des Occidentaux. Tout récemment, le Parlement européen vota des dispositions pour préparer l’UE à la guerre contre la Russie.

Depuis au moins deux ans, le bruit des bottes militaires se fait entendre et les bataillons sur terre, sur mer et dans les cieux se positionnent autour de la cible principale qu’est devenue la Russie. Tout cela, orchestré par une campagne médiatique dont le principal objectif est de diaboliser suffisamment l’adversaire pour que les gens en viennent, comme ce fut le cas de ce général de l’armée américaine, à vouloir tuer le plus de Russes possible.

Tout est mis en œuvre pour que l’ours grison prenne les nerfs et commette l’erreur tant recherchée pour justifier aux yeux du monde une intervention directe en territoire russe. Des exercices de simulation d’attaques militaires se réalisent dans à peu près tous les pays limitrophes à la frontière russe. Pour comprendre l’impact d’un tel déploiement, il nous suffit d’imaginer, un seul instant, la réaction qu’auraient les États-Unis si la Russie déployait ses forces militaires tout le long de la frontière séparant le Mexique des États-Unis. Que dire maintenant, si elle y ajoutait une base militaire au Honduras et une autre à Cuba, des frégates, des sous-marins, un ou deux porte-avions dans la mer du Yucatan et dans les eaux internationales de l’Atlantique, tout près de la cote-est  des États-Unis.

Quelles seraient, à votre avis, les réactions des États-Unis? Les plus âgés se souviendront ce qu’avait été cette réaction lorsque des missiles nucléaires avaient été détectés à Cuba, en 1962. C’est pourtant la situation à laquelle est soumise actuellement la Russie, sans parler des sanctions et tout ce qui les accompagne.

En dépit de tout ce climat de provocations, la Russie et son Président demeurent relativement calmes, se contentant de rappeler qu’il y a des lignes rouges à ne pas franchir. Cette retenue de la Russie est mise en relief dans un article récent, coiffé de ce titre éloquent: La Russie épargne une guerre au monde en ignorant les provocations de l’OTAN.

Cette patience tranquille de la Russie ne signifie toutefois pas une quelconque insouciance des dangers qui planent sur elle. L’air de rien, Poutine, son ministre des Relations extérieures et ses chefs d’armées placent leurs pions et consolident leurs alliances. Déjà, la Chine et la Corée du Nord s’aligneront avec la Russie, advenant une guerre provoquée par les États-Unis. Plus que tout, la Russie peut compter sur une opinion mondiale qui lui est de plus en plus favorable, les campagnes de désinformation ne parvenant pas à contaminer tous les esprits.

Le calme relatif du président Poutine laisse entendre qu’il a des armes secrètes qui pourront, le cas échéant, neutraliser les forces de l’OTAN et celles des États-Unis. Il dégage l’image de quelqu’un qui est sûr de lui et qui sait où il va avec son peuple et son armée. La guerre des sanctions n’arrive pas à l’ébranler. Le peuple russe continue à soutenir son Président à plus de 85 %. Ce climat n’est pas sans favoriser une armée motivée et disposée à livrer le combat de la victoire contre un impérialisme qui ne veut qu’une chose : gouverner le monde à son image et ressemblance en se l’asservissant.

Pendant ce temps, la Communauté européenne commence à se fissurer et à prendre l’eau. Déjà, sept pays prennent leur distance par rapport à la reconduction automatique des sanctions contre la Russie. Elle réagit de plus en plus mal à l’emprise dominante des États-Unis sur son propre devenir. Les peuples sont de moins en moins disposés à servir de chair à canon pour défendre les intérêts de l’Oncle Sam. Les gouvernants, quant à eux, sont dans l’engrenage des forces de l’OTAN et de celui la Communauté européenne, véritable encadrement qui les soumet à Washington. Ils sont, de moins en moins, les gouvernements au service des intérêts de leurs peuples et de plus en plus des gouvernements au service des intérêts des États-Unis.

Que peut penser le grand Charles de Gaule de ce qu’est devenu cette  France qu’il a toujours voulue indépendante et libre ? Il doit certainement se retourner dans sa tombe lorsqu’il voit que le porte-avions qui honore son nom est sous commandement étasunien.  

Tout récemment, c’est l’Allemagne qui est menacée de sanctions de la part d’Obama. Il ne saurait être question qu’elle accorde l’asile politique à Snowden, ce jeune informaticien à l’origine des informations portant sur l’espionnage illégal des Etats-Unis à l’endroit des citoyens et des pays.

Je conclue cette brève analyse que chacun pourra compléter à sa façon en prédisant que cette grande guerre à venir ouvrira toute grande les portes à l’avènement d’un monde multipolaire et polycentrique. Cette guerre marquera la fin de l’Empire et du grand rêve de la gouvernance mondiale placée sous son emprise.

La Russie, la Chine et les pays du BRICS seront tout à la fois l’inspiration et le moteur de la mise en place de ces nouveaux paradigmes. La suprématie impériale des Etats-Unis et de ses alliés fera désormais partie de cette sombre histoire d’un monde dominé par une oligarchie mondiale aux ambitions insatiables.   

Cette prédiction trouve ses fondements dans l’analyse des grandes tendances qui s’imposent de plus en plus au monde. Elle fait évidemment un acte de foi dans cette capacité de la Russie de vaincre les forces de l’empire.

Pour ceux et celles qui s’intéressent à certaines prédictions apocalyptiques, je suggère les conférences du Sheikh Imran Hosein sur la fin des temps. Il est un spécialiste de l’eschatologie révélée dans le Coran et la lecture qu’il fait de cette grande guerre à venir est celle d’une Russie renouvelée, profondément identifiée à l’Église orthodoxe de Russie et de Constantinople. C’est cette Russie qui saura porter ces nouvelles valeurs au monde qui surgira de cette grande guerre où seront vaincues les forces occidentales.

Oscar Fortin
Le 21 mars 2014

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Bravo pour cet article. C'est le premier article que je lis d'un Québécois non lobotomisé par les merdias de masse.

Oscar Fortin a dit...

Merci pour votre commentaire