PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

lundi 21 novembre 2016

LE SUSPENS POUR LA MAISON BLANCHE EST TOUJOURS LÀ


LES NOMINATIONS ANTICIPÉES DES PRINCIPAUX CONSEILLERS DE TRUMP ALIMENTENT UNE OPPOSITION QUI N’A PAS ENCORE BAISSÉ LES BRAS. HILLARY CLINTON DEMEURE EN ATTENTE


L’élection de Donald Trump a fait des heureux et des malheureux. Pour les premiers, il s’agit d’une victoire que les médias système n’ont pas vu venir et pour les seconds, il s’agit d’une défaite, crève-cœur, qu’ils n’arrivent pas à digérer, d’autant moins que leur candidate, Hillary Clinton, a obtenu la majorité des voix. Pour de nombreux observateurs étasuniens et étrangers, il s’agissait de faire un  choix entre le moins pire des deux candidats. Tout semble indiquer que le départage entre le pire et le moins pire est plus difficile à faire qu’entre le bon et le méchant.

L’enthousiasme, suscité par la victoire de Donald Trump, repose, entre autres, sur le fait qu’il se présente comme une alternative indépendante pouvant mettre fin à un système qui nivelle, à l’interne, le nationalisme profond du peuple et ses intérêts au profit des plus nantis et, à l’externe, qui impose au monde  un ordre mondial dont il est le seul maître. En fin de compte, il remet en question l’État profond existant, dominé par quelques grandes familles et grandes institutions financières et industrielles. Ses promesses électorales parlent de redonner le pouvoir au peuple et de mettre fin à cette politique impériale de conquête et de domination. De quoi susciter beaucoup d’espoir chez ces millions d’étasuniens qui vivent dans l’anonymat d’une pauvreté qui est loin de l’emblème d’un pays qui se dit riche et démocratique. Il en va de même pour de nombreux pays qui vivent sous la tutelle de l’empire ou qui en sont constamment menacés.

La question reste à savoir, maintenant, ce qui adviendra dans les faits de cette alternative aux perspectives plus qu’intéressantes. Les nominations déjà annoncées nous donnent un premier aperçu de ce qui s’en vient. Celle qui suscite le plus grand nombre de questions est cette nomination de Stephen Bannon comme chef de la stratégie. Le nationalisme qu’il développe et défend le rapproche beaucoup de celui des groupes d’extrême droite tel le KKK, ce qui n’est pas sans alimenter les affrontements idéologiques sur le nationalisme. Dans un échange avec un éventuel collaborateur français dans un de ses médias, il disait, parlant de la politique de ce média : « Le but est d'aider à la victoire de la droite nationaliste dans ces deux pays, où le sentiment anti-immigrant est en progression». À cette nomination s’ajoute celle du ministre de la Justice, en la personne Jeff Session. Il a, pour sa part, une histoire qui en fait un raciste.

Ce sont là des points sensibles qui sont de nature à alimenter les débats politiques qui n’ont toujours pas pris fin, même après la victoire de Donald Trump. Ces débats se poursuivront avec intensité jusqu’au 12 décembre, jour où les Grands électeurs auront à voter pour le prochain Président des États-Unis. Même si Donald Trump dispose d’une large majorité de ces Grands électeurs, l’opinion publique étasunienne et internationale portant sur ces grandes questions du nationalisme et du racisme peut en influencer un certain nombre.  Si l’équipe de Donald Trump ne clarifie pas plus la nature du nationalisme à promouvoir et son rejet de toute forme de racisme,   il est possible que le vent tourne de bord et que plusieurs grands électeurs se ravisent sur leur  vote. Le résulta de ce vote sera approuvé par le Congrès le 6 janvier. Il ne faut pas oublier la lutte acharnée de Soros contre Trump.

Si le vote confirme, comme prévu normalement, l’élection de Donald Trump à la Président des États-Unis, le suspens n’en sera pas pour autant terminé.  Que peut-il se passer entre le 12 décembre 2016 et le 20 janvier 2017 ? La crainte la plus grande est celle d’une guerre mondiale, déclenchée volontairement ou accidentellement, par l’une ou l’autre des puissances belligérantes. Le Président Obama peut-il passer à l’attaque contre la Russie  sous prétexte qu’elle représente une menace pour les Etats-Unis et le monde ? Déjà, Hillary Clinton avait fait savoir qu’elle n’hésiterait pas à déclarer cette guerre. Les motifs invoqués par cette dernière seraient les mêmes que pourraient invoquer Obama avec, en sous main, cet autre motif de fermer, le temps d’une guerre, la porte de la Maison Blanche à Donald Trump.

Pour l’instant, ce sont là de pures spéculations dont le sort sera connu, d’ici le 20 janvier 2017. La lutte pour la Maison Blanche n’est pas terminée.  Il faut croire que Donald Trump en est bien conscient. À lui de mesurer les risques qu’il prend à cette étape précise de préparation à son entrée à la Maison Blanche. Un dernier sondage fait était d ‘une augmentation de 9% de sa popularité,

Oscar Fortin
Le 22 novembre  2016












Aucun commentaire: