PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

jeudi 28 février 2008

LE VATICAN ET LE BLOCUS CONTRE CUBA

LE VATICAN RÉAFFIRME LA CONDAMNATION DU BLOCUS DES ÉTATS-UNIS CONTRE CUBA

Vatican : « Le blocus de Cuba est injuste et éthiquement inacceptable »
mercredi 27 février

LE secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, a repris les propos du Pape Jean-Paul II lors de son séjour à La Havane, en 1998, en qualifiant le blocus exercé par les États-Unis contre l’île d’ « injuste et éthiquement inacceptable ».

Dans une conférence de presse tenue conjointement avec le ministre des Relations extérieures Felipe Pérez Roque, Mgr Bertone a considéré les mesures restrictives imposées depuis Washington comme une oppression contre le peuple cubain et une violation de son indépendance.

Mgr Bertone a dit avoir fait plusieurs tentatives pour amener le gouvernement des États-Unis à mettre un terme à cette politique, et avoir demandé aux autorités de ce pays d’autoriser les retrouvailles des familles cubaines séparées, comme un geste d’humanité.

En raison de ces mesures imposées par l’administration Bush, les Cubains résidant aux États-Unis ne sont autorisés à rendre visite à leurs familles dans l’île qu’une fois tous les trois ans.

Le secrétaire d’État du pape Benoît XVI a rappelé que ce voyage avait pour but de commémorer le 10e anniversaire de la visite à Cuba du défunt pape Jean-Paul II, qu’il a qualifié de « combattant en faveur de la justice et de la paix dans le monde » et qui, a-t-il dit « a laissé un immense souvenir dans l’île ».

Après avoir adressé ses salutations respectueuses à Fidel Castro, le cardinal Bertone a qualifié d’ « excellentes » les relations bilatérales, faisant remarquer que l’Église catholique et le nouveau Conseil d’État de Cuba, présidé par Raul Castro, partagent l’aspiration de développement du peuple cubain.

Par ailleurs, Son Éminence Mgr Bertone a dit avoir constaté au cours de son séjour dans l’île une convergence de positions entre l’Église catholique et les autorités cubaines vis-à-vis de questions médullaires de l’agenda internationale, comme la nécessité d’une restructuration de l’ONU et d’une démocratisation des relations internationales, notamment des relations économiques au profit des pays les plus pauvres, ainsi que sur les problèmes environnementaux.

Il a précisé que ces questions importantes seront au centre du discours que prononcera le pape Benoît XVI au siège des Nations unes, au mois d’avril.

Le cardinal Bertone a tenu à exprimer sa gratitude aux autorités cubaines pour les facilités qui lui avaient été accordées dans l’accomplissement de ce voyage, notamment à La Havane, Santa Clara, Santiago de Cuba et Guantanamo, ainsi que lors de l’inauguration du monument à la mémoire de Jean-Paul II.

Pour sa part, le ministre des Relations extérieures Felipe Pérez Roque a réitéré sa satisfaction pour la présence du haut dignitaire de l’Église catholique, « porteur de la parole et du message du pape Benoît XVI aux Cubains, comme une expression des relations fluides, cordiales et respectueuses entre le Saint-siège et Cuba », a-t-il dit.

Le ministre a qualifié son entretien avec le secrétaire d’État du Vatican de « cordial, franc et respectueux », en précisant qu’ils avaient pu discuter abondamment sur les relations bilatérales et les principaux problèmes d’actualité internationale. « Il est ressorti une convergence de vues sur des questions de la plus haute importance », a dit le ministre.

Pérez Roque a indiqué que lors de sa conversation « agréable et profonde », il a réitéré à son illustre interlocuteur la volonté des autorités de continuer d’œuvrer en faveur de l’élargissement et de l’approfondissement de la communication entre l’Église catholique et l’État cubain.

Finalement le ministre des Relations extérieures a remercié Mgr Bertone pour ses paroles d’encouragement et de reconnaissance envers les nouvelles autorités élues le 24 février à la session constitutive du Parlement.
(...)
Sources Granma
Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=
Envoyer à un ami
Imprimer

Cet évènement ainsi que celui de la libération des otages colombiens, auraient certes connu une toute autre couverture s’ils avaient été réalisés par d’autres acteurs ou avec un contenu plus près des politiques éditoriales de nos grands médias.

Oscar Fortin
28 février 2008

2 commentaires:

Sociétés et Décadence a dit...

L’Église devrait condamner quotidiennement les crimes américains commis à l’encontre de Cuba et de son peuple pris en otage par les amerloques. À force de marteler sur l’ignominie des américains à l’égard de Cuba et des nombreux autres pays qu’ils oppressent, peut-être prendra-t-on, un jour, au sérieux les accusations fondées de l’Église…

Oscar Fortin a dit...

Votre commentaire est d'autant plus pertinent que le Vatican se doit, pour retrouver de sa crédibilité humanitaire, se commettre beaucoup plus qu'il ne le fait actuellement. Il faut que sa parole soit de plus en plus indépendante de celle de l'Empire... Dommage que nos journaux n'en aient pas fait mention et que le gouvernement canadien n'ait pas salué ce rappel d'un blocus moralement et éthiquement inacceptable. Plus de 99% des pays dont le Canada votent chaque année contre ce blocus, mais peu deviennent militants pour le contrer. Les fois où cela se produit, il vaut la peine de le relever.Mince consolation, me direz-vous!