PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

dimanche 13 mai 2018

LES ENGAGEMENTS POLITIQUES DU VATICAN

UNE CONTAMINATION D'ÉVANGILE




Si l’Église universelle est porteuse de l’Évangile, le Vatican,  en tant qu’État, est porteur d’une politique internationale qui l’identifie surtout aux politiques de l’Empire des États-Unis d’Amérique. Il est, de toute évidence, un allié important de ce dernier. Son influence auprès des populations chrétiennes, mais aussi son pouvoir de nommer ceux qui en seront les principaux dirigeants et pasteurs y est pour beaucoup. 

L’Amérique latine est sans nul doute le berceau où cette alliance se révèle la plus forte et la plus constante. Cette « cour arrière » des États-Unis est considérée comme son territoire  de droit et malheur à ceux qui voudraient s’en affranchir.  Les luttes d’indépendance, du 19iè siècle, marquèrent les territoires sans pour autant assurer aux peuples leur souveraineté sur leurs richesses et le choix de leurs gouvernants.

L’histoire des 60 dernières années de l’Amérique latine est marquée par ces luttes de conquêtes pour leur pleine et entière souveraineté.  Une Amérique latine  qui s’éveille à de nouveaux temps et qui dit non aux prétentions des États-Unis d’être « sa cour arrière » d’où ils s’approprient les  terres, les mines et le travail à vil prix des travailleurs et travailleuses. Cette lutte a pris ses racines dans cette prise de conscience sociale des grandes injustices dont elle était victime.  

Des leaders ont émergé et des mouvements révolutionnaires se sont organisés pour sortir leurs peuples du marasme qui les retenait prisonniers  du pouvoir dominant d’un Empire aux ambitions illimitées et peu soucieux des droits des personnes et des peuples.

Si nous connaissons ces luttes, menées  avec courage, nous connaissons moins la répression à laquelle ces peuples ont été soumis. Il y a eu ces dictateurs qui ont servi fidèlement cet Empire en réprimant avec force et cruauté tous les récalcitrants. Il y a eu ces gouvernements militaires, mis en place par ce même Empire pour réprimer et mettre un terme à ces prétentions des peuples à leur indépendance et souveraineté.   

Aujourd’hui, ces interventions se veulent plus subtiles et, les moyens utilisés, mieux dissimulés. La manipulation, les mensonges, la corruption, la désinformation et la mise en scène de « faux positifs » sont autant de manières de poursuivre le renversement de gouvernements qui s’affirment indépendants et souverains. C’est évidemment le cas des pays émergents de l’Amérique latine. 

Nous sommes témoins comment, au Brésil, ils en sont venus à destituer Dilma Rousseff qui venait d’être élue par la majorité du peuple. Nous voyons tous les efforts déployés pour éviter que l’ancien président, Lula da Silva, candidat du peuple pour les prochaines élections, ne puisse y participer. Il est  actuellement en prison et toujours candidat du peuple brésilien. 

En Argentine, ils sont parvenus à y glisser un de leurs candidats, en la personne de Mauricio Macri,  candidat lors des dernières élections. Ce dernier se charge de remettre le pays au service de l’Empire.  En Équateur, l’allié de Rafael Correa pour le remplacer à la présidence, une fois élu, a révélé ses liens avec l’Empire. Pour Correa et le peuple, ce fut comme une trahison.

Au Venezuela, on se questionne toujours sur les origines du cancer qui emporta Hugo Chavez à la mort. Sa disparition ouvrait une porte pour une reprise du pouvoir lors des élections qui allaient suivre.  Ce ne fut heureusement pas le cas. Nicolas Maduro a gagné de justesse cette élection, mais l’a gagnée. Présentement, pour l’Empire, c’est la lutte à finir avec ce gouvernement qui célébrera les élections présidentielles et législatives le 20 mai prochain.

Je vous réfère à cet article d’une journaliste argentine qui nous révèle le contenu d’un document relié à la stratégie des É.U. pour reprendre le pouvoir au Venezuela. Il s’agit du plan stratégique de la quatrième flotte des États-Unis qui baigne dans les eaux du Sud. On y retrouve cette même stratégie développée pour mettre un terme à la révolution cubaine, au début des années 1960, cette fois -ci avec encore plus de raffinement et de collaborateurs.   

« Le 6 avril 1960, Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires interaméricaines affirma que « la majorité des Cubains soutenait Castro » et qu’il « n’existait pas une opposition politique effective », en ajoutant que « le seul moyen prévisible de réduire le soutien interne passait par le désenchantement et le découragement basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques (…) Tout moyen pour affaiblir la vie économique de Cuba doit être utilisé rapidement (…) : refuser de faire crédit et d’approvisionner Cuba pour diminuer les salaires réels et monétaires dans le but de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. »

Le 13 mai 2018, nous retrouvons cette approche qui utilise, le mensonge, la manipulation, la corruption, le crime et plus encore. En voici quelques extraits.

« Intensifier l’insatisfaction populaire, en favorisant plus d’instabilité et de pénurie, afin de rendre irréversible le désaveu du dictateur actuel ».

«  Harceler le président Maduro, le ridiculiser et le présenter comme un exemple de maladresse et d’incompétence, un fantoche aux ordres de Cuba ».

« Augmenter l’instabilité interne jusqu’à des niveaux critiques, en intensifiant la décapitalisation du pays, la fuite des capitaux étrangers et la dégringolade de la monnaie nationale, par l’application de nouvelles mesures inflationnistes ».

« Faire obstruction à toutes les importations et en même temps démotiver les éventuels investisseurs étrangers », le tout afin de « contribuer à rendre plus critique la situation pour la population ».

« L’appel à des alliés internes et à d’autres personnes bien insérées dans le panorama national afin qu’ils génèrent des manifestations, des troubles et de l’insécurité, des pillages, des vols et des attentats ainsi que des saisies de bateaux et autres moyens de transport, pour perturber la sécurité nationale dans les pays limitrophes »

« Faire des victimes » et d’en accuser les gouvernants « en augmentant les dimensions de la crise humanitaire, aux yeux du monde entier »

QUEL RÔLE Y JOUENT LE VATICAN ET LES ÉPISCOPATS LATINO AMÉRICAINS ?

Il y a un dicton qui dit que sans la participation de l’Église catholique, aucun coup d’État, de quelque nature qu’il soit, ne serait possible en Amérique latine.

Après avoir lu le document, plus haut mentionné, on comprend mieux la nature des interventions de l’Épiscopat vénézuélien dans sa campagne de dénigrement du gouvernement de Nicolas Maduro. Il est sans nul doute un des épiscopats les plus actifs en Amérique latine, suivi de près de l’épiscopat du Nicaragua et de Cuba. Là où l’Empire règne, les épiscopats sont d’une conformité qui en dit long sur leur proximité avec les gouvernements fidèles à l’Empire. Nous pouvons penser, entre autres, à Colombie, Argentine, Brésil, Mexique, Panama et bien d’autres.

Il va de soi que ces luttes de l’Église se réalisent sous la bannière de la lutte contre le communisme, le totalitarisme, l’athéisme, le marxisme, etc.  Ces termes couvrent tous les mouvements sociaux qui luttent pour plus de justice sociale et d’indépendance des peuples. Il convient de rappeler ici les deux pactes signés par le Vatican avec Washington.  Deux pactes qui mettent en évidence leur alliance. L’Église, par sa lutte contre le soi-disant communisme et marxisme,  aide Washington à reprendre sa place et à servir au mieux le dieu Mammon. En cela se trouve la complicité de l’Église contre la lutte des peuples.

Il faut rappeler ici ces crimes, commis dans le cadre du Plan Condor, dont les deux principaux acteurs ne furent nul autres que ces deux bons catholiques,  Pinochet, au Chili, et Videla, en Argentine. Ce sont eux qui ont donné vie à ce plan, planifié depuis Washington, et qui a fait des dizaines de milliers de victimes.  Qu’ont-ils fait nos épiscopats pour dénoncer ces massacres et pointer du doigt leurs auteurs ?

Je n’écris pas contre la foi de ceux et celles qui croient aux valeurs des Évangiles, mais contre un pouvoir d’Église qui en contamine tout le contenu. Le mensonge et l’hypocrisie doivent cesser dans ce jeu de pouvoir. Il est inconcevable que l’on utilise le nom de Dieu et qu’on exploite la misère des pauvres pour justifier un combat que l’on sait alimenté et dirigé par les forces de l’Empire.


Oscar Fortin
Le 13 mai, jour de la fête des apparitions de la Vierge à Fatima.

1 commentaire:

Achile Talon a dit...

L'église universelle n'est pas à Rome mais dans le cœur de chaque vrai croyant qui œuvre au bien de l'humanité entière.