PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 22 août 2014

ENQUÊTE SUR L'ÉCRASEMENT DU VOL MH17


Que les coupables soient identifiés et jugés



Nous nous souvenons tous de cette tragédie de l’écrasement de l’avion malaisien MH17 où 298 personnes perdirent la vie. Il se trouvait alors dans l’espace aérien ukrainien sous la responsabilité de la Tour de contrôle du secteur.

Une tragédie qui fut aussitôt considérée par les États-Unis, l’OTAN et l’Ukraine comme un attentat et condamnée de ce fait par ces derniers. Selon les rumeurs, amplement alimentées par les pays concernés, l’avion aurait été abattu par un missile sol-air en provenance du territoire ukrainien sous le contrôle des miliciens fédéralistes, appelés les prorusses pour leurs liens culturels et leurs racines russes. D’ailleurs, les débris de l’avion se retrouvèrent comme par hasard dans le secteur sud-est d’Ukraine, sous le contrôle des miliciens ukrainiens fédéralistes. Il n’en fallait pas plus pour que la machine à rumeurs se mette en marche et que les potentiels coupables soient pointés du doigt comme s’ils en étaient les véritables responsables. Les miliciens fédéralistes et la Russie de Poutine devinrent donc la cible de ces accusateurs. Coupables de ce crime horrible, ils devraient en payer le prix.

Une cassette audio, tout ce qu’il y a de plus convaincant, a été présentée le jour même de l’écrasement comme preuve irréfutable de la responsabilité directe des miliciens fédéralistes. On y entendait la voix d’un milicien qui annonçait qu’ils venaient d’abattre un avion.

Il n’en fallut pas plus pour que les professionnels de l’analyse de bandes audio scrutent de plus près cette bande. Ils y détectèrent rapidement qu’il s’agissait d’un montage et plus que tout que cette même bande audio avait été créée presqu’une journée avant l’écrasement de l’avion MH17. De quoi couper le souffle à ceux qui s’en prévalaient pour accuser les miliciens fédéralistes et du même coup la Russie et Poutine de ce crime horrible.

Tout ne s’arrête pas là. Des cartes satellites de la trajectoire du vol MH17, présentées par la Russie, indiquent clairement que la trajectoire de l’avion a été modifiée et que cette modification la faisait passer juste au-dessus de la zone de combat. Pas surprenant que ce changement de trajectoire soulève la question du pourquoi? Seules les conversations entre la Tour de contrôle et l’équipage de l’avion pourront apporter des réponses à cette question. Jusqu’à ce jour, ces enregistrements ont été saisis par le gouvernement de Kiev et ne peuvent être analysés par l’ensemble des experts responsables de l’enquête.

S’ajoute aux précédents constats, il y a  cette autre analyse , résultant de l’observation des débris de l’avion, que ce dernier ait pu être atteint par les tirs des avions de chasse qui le suivaient à quelques kilomètres. Cette hypothèse rejoindrait le supposé aveu d’un des pilotes de ces avions de chasse à l’effet qu’il aurait abattu lui-même l’avion ukrainien. Encore là, seule l’analyse balistique de ces marques de projectiles, laissées sur les débris, permettra de répondre à ces questions.

À ces questions s’ajoutent évidemment les dix questions que le gouvernement de Russie a adressées directement au gouvernement de Kiev.

Devant ces accusations et ces rumeurs venant de part et d’autre, le Conseil de sécurité des Nations Unies a été saisi de cette question pour qu’une commission d’experts internationaux et indépendants soit créée pour faire toute la lumière sur l’écrasement de l’avion MH17.

Le 21 juillet, exactement 4 jours après l’écrasement, le Conseil de sécurité des Nations Unies vote à l’unanimité la résolution 2166 sur le vol MH 17.

De cette résolution ressort que tous veulent une enquête indépendante et  transparente sous le regard vigilant de l’OACI, elle demande aux divers belligérants de collaborer de manière à faciliter l’accès le plus sécuritaire possible des experts internationaux sur les lieux de l’écrasement de l’avion. Elle réclame la plus grande collaboration de tous les intervenants pour que tous les documents et pièces de nature à éclairer ce qui s’est passé soient transmis à cette commission d’experts. Elle veut que les coupables soient identifiés et soumis à la justice internationale et qu’ils paient pour ce crime horrible. Elle demande également que le Conseil de sécurité soit régulièrement informé du déroulement de l’enquête.

Les suites à cette résolution des Nations Unies

  1. 1. Le gouvernement de Kiev confie l’enquête aux Pays bas, un allié traditionnel de l’Occident. Cette décision survient un jour après l’adoption du CS des Nations Unies suggérant que cette enquête soit coordonnée par l’OACI.



  1. 2  KIEV poursuit ses attaques sur le territoire Sud-est couvrant la partie du site où se trouvent les débris de l’avion. Cette situation a pour effet de retarder l’enquête.



  1. 3.  Les miliciens fédéralistes ont remis les deux boîtes noires de l’avion aux autorités malaisiennes et ont facilité l’accès aux corps des victimes de l’écrasement.



  1. 4. Les autorités de Kiev n’ont pas encore dédouané les enregistrements des conversations entre le contrôleur de la Tour de contrôle et l’équipage de l’avion BH17. Elles les ont saisies tous dès les premiers jours.



5.    Le 18 août dernier, le représentant de la Russie au  Conseil de sécurité des N.U. a accusé le gouvernement de Kiev de refuser de livrer au monde entier tous les enregistrements des communications de ses contrôleurs du trafic aérien avant et après la catastrophe. Ce qui est vrai et qui empêche de faire une vraie enquête internationale.

Il ne fait pas de doute que les enquêteurs sont soumis à d’énormes pressions, d’autant plus si c’est l’Occident qui est à l’origine de cette tragédie. Pour le moment la Russie et l’OACI sont là pour s’assurer que toutes les questions soulevées à ce jour soient traitées comme elles se doivent.

Un premier rapport est attendu pour la fin août. Il donnera le ton du degré d’indépendance et de transparence de la part de ceux qui assument la responsabilité d’en assurer la coordination.

Les points qui peuvent déjà faire l’objet d’une confirmation ou d’une négation dans ce premier rapport sont :

  1. 1.    Le détournement de la trajectoire de l’avion



  1. 2.    La présence près du vol MH17 d’un ou de deux chasseurs de l’armée ukrainienne



  1. 3.  La présence sur les débris de l’avion MH17 de perforations qui ne peuvent s’expliquer que par des tirs autres que ceux des missiles.



  1. 4.    Que les preuves de la bande audio correspondent à un montage ou pas.



  1. 5.    Que les aveux du contrôleur espagnol sont crédibles ou pas.



  1. 6.   Que l’aveu d’un des pilotes des avions de chasse disant avoir abattu l’avion MH17 est sans fondement ou demeure sous enquête.



  1. 7. Que les dispositions de la résolution 2166 du CS sont respectées par tous les intervenants impliqués directement ou indirectement à la recherche de la vérité et des coupables.



  1. 8.  Que l’OACI  ainsi que tous les membres qui participent à l’enquête ont accès à la totalité des documents nécessaires pour mener à bien cette dernière de façon indépendante et transparente.
Une dernière information révèle que  La Hollande, La Belgique, L’Australie et l’Ukraine ont signé, il y a 10 jours, un « Accord de Non-Divulgation », qui interdit à ces pays de divulguer les résultats de l’enquête concernant le MH17 et leur donne un droit de veto les uns sur les autres.

Il nous faut attendre, pour le moment, ce premier rapport et souhaiter qu’il jette un peu plus de lumière sur les causes de ce triste drame et permette de dissiper dès maintenant les rumeurs qui s’avèrent sans fondement.

Que les coupables soient identifiés et jugés.

Oscar Fortin
Québec, le 22 août 2014
http://humanisme.blogspot.com

mardi 12 août 2014

POURQUOI DES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE?





Que les États-Unis en aient contre Poutine, ce Président courtois, intelligent, mais également ferme et déterminé face à l’arrogance de ces derniers, ça se comprend, mais que le Canada et la majorité des pays de l’Europe le suivent comme de petits caniches, laissent songeur.

Comment peut-on expliquer et comprendre cette vague de sanctions contre Poutine et la Russie? Les punir de quoi? Ont-ils envahi des pays, menacé des peuples, encouragé le terrorisme un peu partout dans le monde? À ce jour, la Russie de Poutine a plutôt un profil de promoteur de paix en favorisant en tout la voie du dialogue et de la diplomatie pour résoudre les problèmes. Nous n’en sommes pas à une Russie conquérante, déployant des armes pour s’assujettir des peuples et s’emparer de leurs richesses. La Russie d’aujourd’hui agit dans le cadre du droit international et développe une diplomatie dans le respect et l’égalité des droits de chaque peuple. 

En Syrie, la Russie a toujours favorisé la voie de la négociation. Son expérience malheureuse en Libye avec ces fameux bombardements humanitaires qui n’avaient rien d’humanitaire l’a définitivement écarté de ce club des envahisseurs. Il n’est pas surprenant qu’elle se soit opposée à la présence de mercenaires, financés et armés par l’Occident pour créer le chaos en Syrie et renverser le gouvernement légitime du président Al Assad. D’ailleurs, ce dernier vient d’être reconduit par le peuple syrien pour un nouveau mandat à la présidence du pays.

En Amérique latine, Poutine a consolidé des relations politiques et économiques avec de nombreux pays de la région, en respectant le droit international et les diverses conventions qui régissent ces relations. Lors de son séjour, il a participé à la rencontre annuelle des pays membres du BRICS. Des décisions importantes y ont été prises sur le plan financier et commercial. Les pays qui intègrent UNASUR ont pu échanger et participer à leurs échanges. On peut dire qu’il s’agit d’une tournée latino-américaine qui s’est déroulée sans incident et dans un climat de grand respect. De nombreux accords ont été signés et l’accueil a été chaleureux dans tous les pays où il est passé.


En Ukraine, Poutine ne fait que réagir à des situations qui surgissent suite aux politiques du nouveau gouvernement qui affectent particulièrement le segment de la population ukrainienne de culture russe. Ces politiques ont conduit ces segments de population à protéger leur autonomie et leur indépendance. Ce fut le cas de la Crimée qui a effectivement voté pour son indépendance et que Poutine, à leur demande et avec l’accord du parlement russe, a reconnue. Pour la région du Sud-est, la population a voté pour son autonomie en réclamant la création d’une fédération avec le gouvernement de Kiev. Ce dernier, sous influence de l’Occident, a choisi plutôt la guerre que la négociation.

C’est dans ce contexte que se produit l’écrasement de l’avion malaisien ayant à son bord 298 personnes, toutes décédées. L’avion du président Poutine a été précédée de l’avion Malaisien d’à peine 37 minutes de l’endroit précis où s’est produit  l’attaque de l’avion malaisien. Il revenait de l’Amérique latine en direction de Moscou. Certaines rumeurs veulent que l’avion à abattre fût celle du président Poutine. Toujours  est-il que les premiers accusateurs furent Washington et Kiev et que les premiers  accusés de cet écrasement furent les miliciens prorusses et derrière eux Moscou.

Le tam-tam des accusations et des rumeurs, toujours sans preuve à l’appui, furent relayées par les médias officiels et répétées à satiété par les journalistes, les spécialistes à gage et les alliés, devenus de véritables petits caniches soumis à Washington. Entre temps, d’autres sources, cette fois beaucoup plus documentées, y voyaient plutôt une action directe de Kiev, planifiée et orchestrée par Washington et l’OTAN.

Ces nouvelles sources d’information démontrèrent que l’avion HK17 était suivi par deux avions de chasse d’Ukraine, qu’un des satellites-espions des États-Unis couvrait à ce moment l’ensemble du territoire Ukrainien, que les milices ukrainiennes prorusses ne disposaient d’aucune arme pouvant atteindre une cible à si haute altitude et encore moins du personnel technique pour les utiliser. On a également appris qu’il était possible, selon l’analyse des traces laissées sur les débris de l’avion, qu’il ait été atteint par des tirs d’un des avions de chasse qui le suivait de près. Pour ceux qui se laissent encore convaincre par la video présentée dès le début comme une preuve irréfutable de la culpabilité des miliciens pro-russes, je vous réfère à cette analyse.

Toutes ces hypothèses n’ont jamais été rapportées par nos médias et encore moins reprises par nos gouvernements. Je me permets de vous référer à trois articles, 1 , 2,  et 3 que j’ai publiés sur le sujet. Plus importants que les articles eux-mêmes ce sont les centaines de commentaires, dont certains, fort bien documentés. Pour le moment, les inspecteurs ont quitté les lieux des débris pour poursuivre leurs analyses à la Haie. Il faut noter que le gouvernement de Kiev a poursuivi ses tirs d’obus en direction des lieux de l’écrasement de l’avion, rendant plus difficile le travail des experts. C’est comme s’il craignait que les débris leur révèlent des secrets sur ce qui s’est vraiment passé.

Pendant ce temps, des dizaines de milliers de personnes se voient obligées de se réfugier en Russie pour échapper aux bombardements et à la crise humanitaire qui sévit dans la région du sud-est. La Russie a présenté, tout récemment, une résolution au Conseil de sécurité des Nations Unies pour qu’un corridor d’aide humanitaire permette à la Russie et à la Croix rouge internationale d’acheminer des secours aux populations vivant sans eau, sans électricité et complètement démunies. Les États-Unis s’y sont opposés.  Une véritable crise humanitaire.

En dépit de ce refus, la Russie et la Croix rouge acheminent en ce mardi, 12 août, une aide humanitaire. Déjà Washington et l’OTAN, son bras armé européen, ont dit qu’ils allaient considérer cette intervention comme une intervention militaire russe. Il faut dire que depuis les tout débuts de l’intervention étasunienne en Ukraine, le but recherché est d’entraîner la Russie à intervenir en Ukraine pour justifier une guerre visant à prendre le contrôle de toute la région, y compris de la Russie. À ce jour, Poutine s’est bien gardé de donner prise à une telle intervention. Il sait très bien ce que recherche Washington et les pays de l’OTAN, ces petits caniches sans personnalité et sans fierté.

Ne pouvant entraîner Poutine sur le chemin de la guerre, ils essaient maintenant de le blesser dans son économie avec des sanctions. C’est bien mal connaître Poutine et ses alliances avec les pays du BRICS et plusieurs pays du monde, dont l’Amérique latine qui se sent plus en confiance avec Poutine qu’avec Obama. Le premier a l’appui et la confiance de son peuple, le second se soumet aux volontés des puissants à qui il a voué obéissance et soumission. Le premier respecte l’indépendance des peuples, le second se les subordonne. Il n’est pas surprenant que Poutine réponde à ces sanctions par d’autres sanctions de nature à secouer les secteurs les plus névralgiques de la population de manière qu’ils interpellent leurs gouvernants.

Il m’arrive parfois d’imaginer un immense amphithéâtre à l’intérieur duquel nous sommes tous et toutes. L’obscurité y est totale. Seuls ceux qui y disposent de puissants réflecteurs peuvent éclairer ce qui se passe dans ce monde. Ils dirigent leurs réflecteurs là où ça leur convient le mieux. Ainsi, ce que nous voyons n’est que ce que les maîtres de ces réflecteurs veulent bien nous montrer. Les journaux, les télévisions, les journalistes, les faiseurs d’opinions de nos sociétés occidentales sont ces réflecteurs et travaillent tous et toutes dans le même sens. Nous ne voyons que ce qu’ils veulent bien nous montrer et tout est fait pour que ce soit le plus vraisemblable possible.

Toutefois, il faut se réjouir de l’arrivée d’autres intervenants disposant de nouveaux réflecteurs et qui nous font découvrir d’autres aspects de ce monde qui nous étaient cachés. Ce sont les réflecteurs de l’information alternative que rend possible l’internet et ces milliers de personnes à travers le monde qui apportent des étincelles qui finissent par devenir un immense éclairage. On y découvre les mensonges, les tricheries, les demi-vérités, les manipulations, la mauvaise foi de ceux qui avaient le monopole de ce qu’il fallait voir et croire.

J’espère que mes interventions s’ajoutent à ces milliers d’autres et  apportent quelque chose de ces étincelles qui éclairent et donnent à la vérité plus de place.

Oscar Fortin
Le 12 août 2014








mercredi 6 août 2014

ARMAGUEDON UNE GUERRE À FINIR



NOTE: En 2007 j'avais écrit cette réflexion sur l'Armaguedon. Depuis lors, bien des évènements se sont succédés. Nous avons assisté à des coups d'État militaires en Amérique latine, à la fin du calendrier Maya en 2012, à des guerres en Libye, en Syrie et dans diverses parties du monde, à l'arrivée d'un pape de "la fin du monde" en 2013. Au moment de reproduire ce texte, l'Ukraine est pris en otage par les puissances occidentales pour repousser la Russie dans ses derniers retranchements. Rien n'est négligé pour discréditer Poutine, le président, et la Russie comme force politique, économique et militaire. J'ai donc pensé remettre à la UNE cet article qui garde encore toute son actualité.




Serait-il venu le temps de ce grand combat dont nous parle le livre de l’Apocalypse au chapitre 16 ? Bien des signes donnent à penser que ce jour approche et que déjà les deux armées se préparent à l’affrontement final. Nous pouvons penser à la mondialisation des relations politiques, économiques, sociales et culturelles. Ces dernières nous rendent tous responsables, bien qu’à des degrés divers, de ce qui se passe dans le monde. Que dire du développement extraordinaire des moyens de communication qui nous mettent en contact direct avec les mille et un visages du monde dans lequel nous vivons ? Plus que tout, il y a ce développement d’une conscience planétaire qui décode avec de plus en plus de clarté les antagonismes qui sous-tendent les grands problèmes qui affectent l’humanité et les dessous des guerres menées un peu partout à travers le monde. Les voiles tombent, les visages apparaissent dans leur nudité, la tricherie n’arrive plus à convaincre. Dans cette perspective l’enjeu de cette guerre à finir serait le suivant : LA SOLIDARITÉ ET LE PARTAGE ENTRE TOUS LES HUMAINS, FONDÉS SUR LA VÉRITÉ ET LA JUSTICE, OU LE CONTRÔLE DU MONDE ET LA SAUVEGARDE DES PRIVILÈGES, FONDÉS SUR L’AMBITION ET LA TROMPERIE.

Ceux qui dominent actuellement le monde et qui disposent des principaux leviers de son devenir social, politique, économique et religieux se retrouvent un peu partout, mais tout particulièrement dans certaines organisations secrètes, comme Illuminati, et dans les organisations politiques, économiques et religieuses qui en émanent. (http://syti.net/Organisations.html) Ils font partie des 33% de la population mondiale qui contrôlent plus de 80% des richesses du monde. La table à laquelle ils sont conviés n’a rien de comparable avec celle à laquelle sont condamnés les 66% de l’humanité qui en sont exclus. Ces derniers, en dépit de toutes les promesses, n’ont toujours pas accès aux besoins fondamentaux de subsistance et de dignité. Ils ont en partage, entre autres choses, la sous-alimentation, la mortalité infantile, l’analphabétisme, l’isolement et la dépendance.



Chacun des camps se mobilisent avec les ressources qu’il a. Ceux qui dominent le monde disposent de ressources inimaginables leur permettant d’assurer leur hégémonie non seulement militaires, mais également psychologique. Le contrôle des industries militaires et des moyens de communication leur assure cette domination sur les peuples et les personnes. Les églises, pour leur part, entraînées dans des alliances subtiles, donneront bonne conscience aux premiers et contiendra la résistance des autres.

Le second groupe, beaucoup plus démuni militairement et sans beaucoup d’emprise sur les moyens de communication, pourra toutefois compter sur ce réveil d’une conscience planétaire davantage soucieuse de solidarité et de justice que de domination et de privilèges. Cette dernière se développe au fur et à mesure qu’elle comprend avec plus de clarté les mécanismes politiques, économiques et même religieux qui expliquent en grande partie la situation dans laquelle se trouvent plus des deux tiers de l’humanité. Des leaders, par la profondeur de leurs convictions et l’héroïcité de leur engagement, font naître une espérance nouvelle, fondée sur la justice et la conscience d’une dignité retrouvée. De véritables prophètes surgissent ici et là pour témoigner, au prix de leur vie, de l’action libératrice du Christ ressuscité, actuellement à l’œuvre dans cet extraordinaire projet d’un monde fondé sur la justice, la vérité et l’amour. Ils ne craignent pas de dénoncer les tricheries des envahisseurs qui ne sauraient s’imposer pour toujours.



Les stratégies se dessinent et peuvent être détectées à travers les initiatives des uns et des autres. En Amérique latine, par exemple, nous avons le cas de Cuba qui mène un combat qui dure depuis plus de 50 ans. Même s’il est un petit pays d’à peine 9 millions de personnes, il a su résister à ce jour à son voisin qui est le pays le plus puissant, militairement et économiquement, de la terre. En dépit de toutes les initiatives prises pour mettre un terme à cette révolution, elle est toujours là et bien vivante. « David » a non seulement résisté à « Goliath », mais l’a déstabilisé en Amérique latine et l’a rejoint dans plusieurs autres parties du monde. Le mouvement amorcé par Cuba se prolonge maintenant au Venezuela, en Bolivie, en Équateur et au Nicaragua. Le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay s’en inspirent. Cette montée de ces nouveaux acteurs, de plus en plus affranchis, conduit les États-Unis et ses alliés à contenir ce mouvement qui menace leur hégémonie en développant des stratégies tantôt de sabotage des uns, tels le Chili d’Allende, Cuba de Fidel, le Venezuela de Chavez tantôt de contrôle politique et économique des autres, tels le Chili de Pinochet, le Pérou, la Colombie et le Mexique dont on ne saura jamais si l’actuel Président, Calderon, a bien été celui que le peuple Mexicain a choisi. Les efforts pour contourner le vote des masses, majoritairement en faveur d’une société plus juste, sont sans limite.http://www.voltairenet.org/auteur121290.html?lang=fr



Dans cette confrontation de plus en plus musclée, les moyens de communication jouent un rôle de premier plan. On applique systématiquement les principes de propagandes de guerre qu’un ancien diplomate britannique, Lord Arthur Ponsoby (1871-1946), avait élaborés:



• Le camp adverse est le seul responsable de la guerre


• Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou l'«affreux» de service)


• C'est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers


• L'ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c'est involontairement.1



Cet extrait est pris d’un article qui en dit long sur la manipulation de l’information de guerre. Pour justifier leurs actions tous les moyens sont bons. Les mots vérité, justice, paix, démocratie ne sont plus que des paravents permettant de mieux dissimuler et tromper. La bonne conscience en arrive à envelopper tous ces crimes et la seule morale qui compte est celle qui répond à leurs ambitions.
http://www.alterinfo.net/Guerres-mediatiques-Le-role-des-agences-de-communication-dans-les-guerres-actuelles_a9058.html?TOKEN_RETURN



Dans le livre de l’Apocalypse, aux chapitres 16 et 19, les deux belligérants sont présentés de la façon suivante :



LE CONQUÉRANT

« Puis, de la gueule du Dragon, et de la gueule de la Bête, et de la gueule du faux prophète, je vis surgir trois esprits impurs, comme des grenouilles - et de fait, ce sont des esprits démoniaques, des faiseurs de prodiges, qui s'en vont rassembler les rois du monde entier pour la guerre, pour le grand Jour du Dieu Maître-de-tout. Ils les rassemblèrent au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn. » (Ap.16)

LE LIBÉRATEUR

« Alors je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; celui qui le monte s'appelle » Fidèle » et » Vrai », il juge et fait la guerre avec justice. Ses yeux ? une flamme ardente ; sur sa tête, plusieurs diadèmes ; inscrit sur lui, un nom qu'il est seul à connaître; le manteau qui l'enveloppe est trempé de sang ; et son nom ? le Verbe de Dieu. » (Ap.19)



L’ISSUE de cette guerre nous est révélée au chapitre 18 de ce même livre :
2.
« Il s'écria d'une voix puissante : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la Grande ; elle s'est changée en demeure de démons, en repaire pour toutes sortes d'esprits impurs, en repaire pour toutes sortes d'oiseaux impurs et dégoûtants.
3.
Car au vin de ses prostitutions se sont abreuvées toutes les nations, et les rois de la terre ont forniqué avec elle, et les trafiquants de la terre se sont enrichis de son luxe effréné. »
4.
Puis j'entendis une autre voix qui disait, du ciel : « Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n'ayez à pâtir de ses plaies !
5.
Car ses péchés se sont amoncelés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités.
6.
Payez-la de sa propre monnaie ! Rendez-lui au double de ses forfaits ! Dans la coupe de ses mixtures, mélangez une double dose !
7.
A la mesure de son faste et de son luxe, donnez-lui tourments et malheurs ! Je trône en reine, se dit-elle, et je ne suis pas veuve, et jamais je ne verrai le deuil...
8.
Voilà pourquoi, en un seul jour, des plaies vont fondre sur elle : peste, deuil et famine ; elle sera consumée par le feu. Car il est puissant, le Seigneur Dieu qui l'a condamnée. »
9.
Ils pleureront, ils se lamenteront sur elle, les rois de la terre, les compagnons de sa vie lascive et fastueuse, quand ils verront la fumée de ses flammes,
10.
retenus à distance par peur de son supplice : « Hélas, hélas ! Immense cité, ô Babylone, cité puissante, car une heure a suffi pour que tu sois jugée ! »
11.
Ils pleurent et se désolent sur elle, les trafiquants de la terre ; les cargaisons de leurs navires, nul désormais ne les achète! »



CONCLUSION



Il est toujours hasardeux de prétendre déchiffrer un livre qui utilise autant d’images et de symboles pour nous parler d’un « moment » de l’histoire du monde dont on ignore effectivement le commencement et la fin. Une chose, toutefois, demeure : les forces qui s’inspirent de la justice et qui se font un devoir de se laisser guider par la vérité et la transparence ont de bonnes chances de se reconnaître dans le cavalier qui monte le cheval blanc et dont le nom est Fidélité et Vérité.



Par contre, ceux qui s’enveloppent de tricheries, de mensonges, de manipulations, se reconnaîtront plus facilement dans la figure du Dragon, de la Bête et du faux prophète. Leur fidélité ne dure que le temps de leurs intérêts et leur vérité est celle qui correspond à leurs ambitions.



Je laisse la dernière parole à Jésus citant le prophète Isaïe : Mt, ch.13, 14-16)



14 « Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point.15 Car le cœur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur cœur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.16 Mais heureux sont vos yeux, parce qu'ils voient, et vos oreilles, parce qu'elles entendent »



Oscar Fortin
6 août 2014