PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mercredi 24 septembre 2014

LES DESSOUS DE LA GOUVERNANCE DE L’EMPIRE






Depuis plus d’une dizaine d’années, de nombreuses voix se font entendre pour dénoncer ces dessous de la gouvernance de l’Empire. Ces voix trouvent leur pleine crédibilité du fait qu’elles sont celles d’acteurs et d’actrices qui ont vécu de l’intérieur cette gouvernance. En tant qu’observateur et analyste de ce qui se passe dans notre monde, ces témoins doivent être entendus plus d’une fois de manière à nous décontaminer des fausses représentations dans lesquelles nous maintiennent politiciens et médias.

Je vous présente cette fois-ci un documentaire qui nous renseigne sur le mode d’emploi qu’utilise l’empire pour s’assujettir les dirigeants politiques ainsi que les peuples dont les richesses naturelles représentent un grand intérêt pour son propre développement. Sous les apparences de grande démocratie au service des peuples et de leur liberté, nous y découvrons l’antidémocratique sans vergogne pour qui, le seul intérêt est le profit et le gain.

Prenez le temps d’écouter et de voir ce que nous raconte John Perkins , du livre « Les confessions d’un assassin financier. » L’argent, la corruption, les dettes, les assassinats, mais aussi le courage et la détermination de certains dirigeants politiques font partie de ce documentaire.



(assurez-vous de placer l'indice du déroulement de la vidéo à son point de départ de 0 à 59 mm)

https://www.youtube.com/watch?v=fAU7BerV9PA

Également un dossier important sur la CIA que vous pouvez consulter dans le lien qui suit.

http://preuves-par-images.fr/#/cia-guerres-secretes

Merci d’avoir pris le temps d’écouter du début à la fin cette page d’une histoire de grande tromperie. Faites-en la promotion pour que le monde sache.


Oscar Fortin
Québec, le 24 septembre 2014

mercredi 10 septembre 2014

ÉCRASEMENT DU VOL MH17



UN RAPPORT D’ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE DÉCEVANT




La communauté internationale attend, depuis la fin août, ce rapport préliminaire des experts internationaux sur les causes de l’écrasement de l’avion malaisien MH17. Pour comprendre la portée de ce Rapport, il est important de faire quelques rappels.

Brefs rappels

Comme dans toute enquête, ce sont les responsables qui mèneront à terme cette enquête, qui auront le rôle le plus important et qui devront répondre aux attentes d’indépendance et de transparence exprimées par les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies dans la résolution 2166, votée à l’unanimité de tous les membres, le 21 juillet dernier.

Dans cette résolution figure, au point 6, une référence au rôle important que doivent jouer l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour assurer le bon déroulement de l’enquête.

Déjà, le 18 juillet, lendemain de l’écrasement de l’avion, le gouvernement de Kiev, au vu de la situation dans le pays, avait fait appel à l’OACI pour coordonner l’enquête. Au même moment, la chancelière Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine s’étaient mis d'accord pour que l'OACI mène « une enquête internationale et indépendante ».

La principale tâche de l'équipe de l'OACI consisterait à sécuriser le site de l’écrasement et à retrouver les informations des enregistreurs de vol. Elle devrait aussi étudier les enregistrements de contrôle aérien, les repérages effectués par les radars, les images satellitaires et mettre en place des équipes de médecins légistes et de spécialistes.

Le 21 juillet, jour du vote de la résolution 2166, le gouvernement de Kiev confie aux Pays-Bas la coordination de l'enquête internationale sur l’écrasement , dont un grand nombre de victimes sont originaires de ce pays.

Sa principale tâche serait d'identifier les victimes (…) et de récolter des informations qui permettront d'identifier les corps, comme des tatouages, des cicatrices ou des échantillons ADN. 

Le 23 juillet, Le Conseil néerlandais de sécurité (DSB) a pris le contrôle de l'enquête sur le crash du Boeing malaisien qui a fait 298 morts, le 17 juillet. Selon le conseil, un groupe de 24 experts internationaux, dont des spécialistes russes et ukrainiens mènera l'enquête

Devant cette prise de contrôle de l’enquête par les Pays-Bas, le président Poutine revient à la charge, le 24 juillet, pour exiger que la coordination soit assumée par l’AOCI.

« Vladimir Poutine et Sauli Niinist, président de Finlande, ont demandé que soit lancée immédiatement une enquête internationale minutieuse sous l’égide de l’OACI sur l’écrasement de l’avion malaisien dans la région de Donetsk, conformément à la résolution 2166, adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU, le 21 juillet dernier ».

Le 8 août, quatre pays reliés directement à l’enquête (Hollande, Belgique, Ukraine et Australie) signent un pacte de non-diffusion de l’information qui ne serait pas préalablement approuvée par les quatre. L’accord stipule que les progrès et les résultats de l’enquête sur le terrible accident survenu au Boeing 777 malaisien seront gardés secrets si jamais un des quatre signataires s’y opposait. Un pacte qui va directement à l'encontre de la résolution 2166.
À ce stade, on ne fait plus mention ni de l’OACI, ni de l’OSCE et encore moins de la résolution 2166 qui fait appel à une enquête indépendante et transparente.
Il dit essentiellement deux choses.
La première, que l’écrasement n’est pas dû à des bris mécaniques, mais à de nombreux projectiles qui ont pénétré dans l’avion depuis l’extérieur.
« Rien n'indique que l'accident du vol MH17 soit dû à un problème technique ou à une erreur de l'équipage qui était « qualifié et expérimenté ». 
Le vol MH17 qui avait décollé d'Amsterdam-Schiphol avec 298 personnes à bord s'est déroulé « comme prévu » avant de prendre fin « de manière abrupte » quelques heures plus tard. Une explosion en vol, causée par le grand nombre de projectiles à grande vitesse, explique « la fin abrupte de l'enregistrement des données sur les boîtes noires, la perte de contact avec les contrôleurs aériens et la disparition simultanée de l'appareil sur les radars », a également assuré l'OVV.

La seconde est que les boîtes noires, analysées en Angleterre par le Bureau d’enquête britannique sur les accidents aériens, n’ont pas été trafiquées et que leur contenu a pu être saisi correctement. Les 30 minutes d’enregistrement ne révèlent rien de particulier, si ce n’est que tout a pris fin abruptement avec la disparition de l’appareil des radars. Le contenu de ces enregistrement n'est toutefois mis à la disposition du public.

On précise que les inspecteurs néerlandais ayant rédigé le rapport ne se sont pas rendus sur les lieux de l'écrasement, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Donetsk, estimant que leur sécurité n'y était pas assurée.

Le rapport final sera transmis au cours de la prochaine année.

Que pouvons-nous en conclure?

En tout premier lieu, que l’enquête n’est plus celle réclamée par le Conseil de sécurité des Nations Unies dans sa résolution 2166, mais celle des quatre pays qui ont signé le pacte de non-diffusion. On peut évidemment se demander pourquoi.

En second lieu, le Rapport confirme ce que tout le monde savait déjà, à savoir que l’écrasement était dû à une attaque extérieure de projectiles tirés ou lancés à très haute vitesse. Il n’en précise toutefois pas la provenance.

En troisième lieu, ce sont tous ces silences sur des points qui eurent pu être clarifiés dès ce premier rapport préliminaire. J’en avais relevé certains dans mon dernier article sur ce même sujet, entre autres, la présence ou pas d’avions de chasse près du vol MH17, le pourquoi du changement du corridor de vol, le contenu en direct des échanges entre les contrôleurs aériens et les pilotes, Le décryptage de ces conversations remis aux enquêteurs est celui que Kiev leur a fait parvenir.

En somme, un premier rapport qui laisse tout grande ouverte la porte aux spéculations sur les auteurs d’un tel crime. Le temps de permettre aux États-Unis et aux pays de l’OTAN de poursuivre leur harcèlement contre la Russie et les miliciens indépendantistes.


Aujourd’hui, le 10 septembre, le ministre de la Défense de Malaisie Hishamuddin Hussein arrive à Moscou pour discuter du déroulement de l'enquête. « Nul coupable de la tragédie ne doit échapper au jugement et à une punition méritée », a-t-il déclaré. Le ministre a noté que la Malaisie possédait des données du renseignement indiquant les coupables de la catastrophe, mais qu'il était encore trop tôt pour les divulguer. Un nouveau groupe d'experts malaisiens doit se rendre prochainement sur le lieu de l’écrasement du Boeing pour examiner les débris de l'avion et trouver les confirmations des données du renseignement.

Il faut espérer que d’autres experts indépendants poursuivent les recherches et démasquent les véritables coupables.

Oscar Fortin
Le 10 septembre 2014
http://humansime.blogspot.com

Pour qui veut en savoir plus




dimanche 7 septembre 2014

LORSQU’ON VEUT VRAIMENT LA GUERRE



Aux échecs il n’y a pas que les muscles, il faut surtout intelligence et profondeur




Vendredi dernier, le gouvernement de Kiev et les deux états autoproclamés indépendants signaient un  accord de cessez-le-feu. Un accord qui fut rendu possible grâce à l’intervention du président Poutin. Ce fut un pas important pour redonner une chance à la paix.

Le même jour prenait fin le sommet des pays de l’OTAN avec un plan d’action à deux volets : l’annonce de nouvelles sanctions contre la Russie et la participation à des exercices militaires en Ukraine et dans la Mer noire. L’annonce des nouvelles sanctions doit se réaliser, lundi, le 8 septembre tout comme le début des exercices militaires.

Pendant que les belligérants en Ukraine signent un traité de cessez-le-feu, les États-Unis et l’OTAN, entre en force dans le pays pour faire des exercices militaires avec le gouvernement de Kiev.

 Peut-il y avoir plus grande provocation contre la paix que ces deux initiatives dont l’objectif est de prendre le plein contrôle de l’Ukraine et d’en finir avec Poutine et la Russie?

Sur ces exercices militaires, je vous renvoie à cette page où vous y trouverez également d’autres références portant sur le même sujet.

Plus important que tout est cette analyse vidéo présentée tôt ce matin par l‘Agence info libre.


Voilà où nous en sommes en ce début de septembre 2014, cent ans après le début de la première guerre mondiale.

L’heure est au réveil.

Oscar Fortin
Le 7 septembre 2014
http://humanisme.blogspot.com

mardi 2 septembre 2014

QUI DE JÉSUS OU DE MAMMON SERA LE SAUVEUR DU MONDE?



NOTE : Derrière les figures politiques de l'Empire, il y a évidemment les têtes dominantes de la mondialisation des peuples et des nations pour qu'ils servent les intérêts politiques, économiques, financiers et militaires de leur Empire. MAMMON est cet esprit qui soude ensemble toutes ces têtes d'affiche de la mondialisation et du monde unipolaire.





 

Il y a plus de 2000 ans, un homme s’est présenté sous le nom de Jésus de Nazareth, pour sauver le monde et y inaugurer un règne nouveau placé sous la protection de son Père céleste et fondé sur la vérité, la justice, la compassion, la solidarité et l’amour fraternel. Il s’est présenté sans armes, sans armées. Il a choisi ses premiers disciples parmi les gens du peuple en leur demandant de tout laisser pour le suivre. 

Nous connaissons la suite de l’histoire avec son sermon sur la montagne, ses guérisons, ses dénonciations des pharisiens et des docteurs de la loi qui mettent sur les épaules des autres des fardeaux qu’ils ne peuvent eux-mêmes portés. Il en dit et fit suffisamment pour que les autorités religieuses et politiques d’alors décident de l’arrêter, de le torturer et de le crucifier jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Il avait été vendu aux grands prêtres par Judas, un de ses disciples, alors que Pierre, un autre de ses disciples, n’hésita pas à le renier à trois reprises au moment de son arrestation. Les autres allèrent se cacher. Seules, quelques personnes l’accompagnèrent jusqu’à la fin : sa mère, Marie, le disciple qu’il aimait, Jean, et Marie Madeleine, celle qui avait joint ses pieds avec un parfum exquis et qui les avait essuyés avec ses longs cheveux. En somme, un véritable fiasco sur toute la ligne. De quoi tourner une page sans lendemain.

Toutefois, selon le témoignage de ses proches, le troisième jour, suivant sa mort, il se manifeste tout transformé et libéré des chaînes de la mort. L’apôtre Paul dira (act.17 : 31) que son Père, en le ressuscitant des morts, en a fait le premier-né d’une Humanité nouvelle et l’a établi pour juger, le temps venu, les vivants et les morts. Sa vie, son enseignement et son témoignage seront à la base de ce jugement qui ouvrira toutes grandes les portes de cette humanité nouvelle à toutes les personnes de bonne volonté. L’Esprit qui s’était posé sur lui au moment de son baptême par Jean Baptiste s’est posé sur ses disciples le jour de la Pentecôte, les transformant en de véritables témoins en qui la peur et la trahison n’avaient plus de prise. Depuis lors, cet Esprit distribue comme bon il l’entend ses dons sur des milliers de personnes à travers le monde pour annoncer la bonne nouvelle de la libération des pauvres et pour témoigner de l’avènement de cette Humanité nouvelle en dénonçant à temps et à contre temps l’hypocrisie des grands et des puissants qui imposent leurs quatre volontés à l’humanité entière. Ce Jésus, demeure, pour ces centaines de millions de personnes, celui qui est la VOIE, la VÉRITÉ et la VIE. Ce monde nouveau se construit non pas en tuant, mais en donnant sa vie pour que les autres l’aient en abondance.

Aujourd’hui, le panorama qui se présente nous oblige à discerner, qui de JÉSUS ou de MAMMON est le véritable sauveur du monde. La réponse à cette question est d’autant plus compliquée que ce  MAMMON est parvenu à se présenter comme le JUSTICIÉ de ce Jésus, sauveur du monde. Il s’est acquis les appuis de la grande majorité des Églises, y compris du Vatican, symbole par excellence de l’Église catholique. En Amérique latine, avec la collaboration de ces dernières et dans le cadre de l’opération Condor et des dictatures mises en place, il aura fait la guerre à tous ses opposants qu’étaient ces fauteurs de troubles révolutionnaires. Un modèle d’intervention discret et efficace qui le servira également très bien dans de nombreux autres pays et continents. Il a sa propre commission des droits de la personne et il est seul à pouvoir décider du bien et du mal.

MAMMON est un véritable magicien. Il sait transformer la vérité en mensonge et le mensonge en vérité. Il est même capable de transformer en vertus les crimes les plus abjects et en véritables diables des héros et des saints. Ses attaques armées sont présentées comme des interventions divines et humanitaires pour libérer le monde de tous ces êtres qui ne veulent que du mal aux autres, comme c’est le cas de tous ceux et celles qui s’opposent à ses interventions un peu partout dans le monde. Ce n’est pas par hasard que la mythologie en a fait le père du mensonge et que les faits nous le révèlent toujours gonflé de cupidité.

MAMMON est un personnage qui sait être généreux lorsque les circonstances l’exigent. Il dispose du pouvoir de l’argent pour seobtenir les faveurs des grandes institutions charitables qui ne sauraient voir en lui quelque intention perverse. Ce pouvoir lui permet également de convaincre politiciens, chefs d’État, autorités religieuses pour qu’ils s’associent à lui dans sa grande mission visant à sauver le monde de tous les terroristes. Le mot corruption ne fait pas partie de son vocabulaire pas plus d’ailleurs que celui de mensonge.

MAMMON est également un symbole de liberté et de démocratie. Il ne saurait tolérer des opposants aux libertés de ceux qui le suivent. Ces opposants ne sauraient être des promoteurs de liberté et encore moins de démocratie. Ils sont des grains de sable dans l’engrenage d’un monde qui lui est entièrement redevable de son bonheur. Ceux et celles qui ne partagent pas sa démocratie et sa liberté sont, sans distinction aucune, des terroristes de la pire espèce.

MAMMON s’accroche plus que jamais à son monde, à ce monde qui le sert si bien. Toutefois, d’autres voix se font entendre, d’autres peuples prennent leur distance, des forces nouvelles viennent contrecarrer ses plans. Les églises prennent de plus en plus conscience de la manipulation dont elles sont victimes et elles retrouvent cette liberté de l’Esprit de Jésus qui permet de dénoncer MAMMON dans toute son horreur. Ce dernier n’aime pas ça et ses amis n’aiment pas ça.

MAMMON, présenté comme le prince de la paix, part en guerre dans toutes les directions : Irak, Afghanistan, Pakistan, Libye, Syrie, Ukraine, Venezuela, Bolivie, Équateur, Honduras, etc. Les armes ne lui manquent pas et il sait les distribuer en grande quantité à tous ses amis alliés dans ce grand projet d’un monde fait à son image et à sa ressemblance. Il n’hésite pas à sacrifier la vie des autres pour sauver la sienne.

Que conclure ?

On ne peut évidemment pas servir deux maîtres, deux projets d’humanité incompatibles l’un avec l’autre. Il y a le projet de MAMMON, celui d’une Humanité assujettie à l’emprise du pouvoir de l’argent et du mensonge et le projet de JÉSUS DE NAZARETH, celui d’une Humanité libérée de tout assujettissement, solidaire et fraternelle.

De quoi faire réfléchir ceux et celles qui, se réclamant de leur foi en Jésus de Nazareth, n’en continuent pas moins d’être solidaires avec MAMMON dans ses projets de conquête et de domination.


Oscar Fortin
31 août 2014


Sur le même thème ;