PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mardi 13 octobre 2009

LAICITÉ ET RELIGION



Le débat portant sur la place que doivent occuper « laïcité et religion » dans notre société m’apparait être un faux débat. En effet, chacun de ces deux termes n’arrive pas à dire ce qu’est vraiment l’humain et le divin dans cette marche de l’homme et de la femme vers un monde de justice, de solidarité, de vérité, de paix, de liberté et d’amour. Ils se définissent l’un par rapport à l’autre, mais non pas par rapport au combat d’une humanité à la recherche de son plein développement. Ne serait-ce pas que les religions, à travers les siècles, aient perdu contact avec la véritable divinité tout comme les laïcités avec la véritable humanité?

Personnellement, je suis de croyance chrétienne et pourtant la compréhension que j’ai de ma foi me rapproche toujours plus de cette humanité par laquelle et à travers laquelle se laisse découvrir le divin. Le Dieu de ma foi porte le nom de Père et « sa volonté sur terre » est celle du règne de la justice, de la bonté, de la miséricorde, de la vérité, du respect, de la solidarité et de l’amour. Il a en horreur l’hypocrisie, le mensonge, la cupidité, la domination des uns et l’asservissement des autres. Le véritable culte, à ses yeux, est celui qui s’exprime dans des engagements et des œuvres qui transforment un peu plus chaque jour l’humanité en une grande famille.

"Ce n'est pas en me disant : Seigneur, Seigneur, qu'on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » Mt.7 :21

Cette volonté divine du développement des grandes valeurs qui guident l’humanité dans ce qu’elle a de plus vital rejoint parfaitement cette volonté qu’ont les hommes et les femmes qui se donnent corps et âme pour que ces grandes valeurs deviennent de plus en plus réelles dans notre monde. Ces combats, menés pour qu’il y ait toujours plus de justice, de vérité, de tolérance, de solidarité faisant reculer d’autant les frontières de l’égoïsme, de la cupidité, du mensonge et de l’intolérance, sont des combats qui unissent divinité et humanité. Ils œuvrent tous les deux sur le même terrain pour une même cause. Leur combat est le même.

Je suis conscient que cette approche oblige les religions et dans le cas de ma propre foi, les religions chrétiennes, à se repenser non plus en fonction du culte, des rites, des doctrines institutionnelles, mais en fonction des défis d’une humanité créée et voulue par le Père. Considéré sous cet angle, tout est sacré et s’il y a du « profane » ce sera dans les distorsions apportées par les religions qui ont fait un monde pour Dieu et un monde pour les hommes, un royaume céleste et un royaume terrestre, qui auront divisé la réalité en naturelle et surnaturelle alors que nous sommes tous, Dieu et les hommes, dans une même galère. Pour les chrétiens, le Nazaréen Jésus en est la synthèse la plus parfaite.

Il y a évidemment des gens de bonne volonté tout comme de fins manipulateurs. Il y a des ambitieux qui veulent tout contrôler et dominer, ceux pour qui la devise est le tout pour soi. Il y a aussi les témoins de la solidarité et du partage, ceux pour qui la souffrance des autres est également leur souffrance. Il y a plusieurs mondes dans ce monde de la création. Certains lui sont compatibles, d’autres non. La dichotomie n’est pas entre Dieu et l’Homme, entre la foi et la laïcité, mais entre la cupidité et le partage, entre la domination et le service, entre la haine et l’amour, entre la révélation et la manipulation.

Le débat « laïcité et religion » dans le cadre du monde de la création n’a pas vraiment sa raison d’être. Par contre, il serait pertinent que les tenants de la laïcité tout comme ceux de la religion se laissent interpeller par les grands défis de l’humanité et voient jusqu’où leur appartenance laïc ou religieuse en fait des témoins engagés à son service. Nous serons alors surpris de réaliser qu’il y a des dieux et des laïcités qui sont de véritables alliés et d’autres qui sont plutôt des ennemis féroces.

Je pense que les écoles devraient enseigner ce que sont ces grands défis qui se posent à l’Humanité et interpeller les dieux des diverses religions ou croyances laïcs sur ce qu’ils apportent à cet effort commun pour les surmonter. Sont-ils des agents de justice, de vérité, de solidarité, de tolérance, de bonté, d’amour et de miséricorde ou des institutions et doctrines de diversion, d’intolérance et de manipulation?

La cause d’une humanité transparente à elle-même et ouverte aux six milliards d’humains est celle qui m’inspire et fait du Père de ma foi un allié indéfectible. Ma laïcité et ma foi trouvent leur sens dans ce combat.

Oscar Fortin
Québec, le 13 octobre, 2009
http://humanisme.blogspot.com/

Aucun commentaire: