PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

samedi 5 décembre 2009

DÉMOCRATIE ET OLIGARCHIE

La DÉMOCRATIE est définie comme un régime politique dont l’autorité vient du peuple et qui répond avant tout à sa souveraineté et à ses intérêts. On l’identifie au gouvernement où le peuple exerce sa souveraineté. C’est l’autorité prédominante du peuple qui s’exerce sur ses Institutions politiques. Pour sa part, l’OLIGARCHIE est définie comme un régime politique dont l’autorité est entre les mains de peu de personnes et qui l’exercent d’abord et avant tout en fonction de leurs intérêts.

Ce rapprochement entre DÉMOCRATIE et OLIGARCHIE présente un certain intérêt au moment même où la grande majorité de nos gouvernements se définissent comme DÉMOCRATIQUES alors qu’un certain nombre de ceux-ci sont dénoncés pour n’être qu’un simulacre de démocratie qui ne sert qu’à couvrir de véritables gouvernements OLIGARCHIQUES. Le départage des uns et des autres fonde sur le fait des intérêts prioritaires qu'ils desservent.

Dans les régimes politiques, dits DÉMOCRATIQUES, les intérêts du peuple qui en fonde l’autorité se retrouvent dans ce que nous appelons le BIEN COMMUN qui s’impose prioritairement aux autres intérêts de natures individuelles ou corporatives. Le « panier de provision » de ce BIEN COMMUN, peut évidemment varier d’un pays à l’autre, mais certains éléments plus fondamentaux s’imposent davantage à tous les peuples. C’est le cas de la santé, de l’éducation, du travail, de la participation politique, de l’alimentation et du logement, pour ne relever que les plus essentiels aux intérêts fondamentaux de tous les peuples. Ces objectifs devront faire appel au sens de la solidarité, à celui de la justice, au respect des droits fondamentaux des personnes tout autant qu’à leurs devoirs par rapport au BIEN COMMUN DE TOUS ET DE TOUTES.

Dans les régimes politiques, dits OLIGARCHIQUES, les intérêts des personnes qui en fondent l’autorité se retrouvent dans ce que nous pourrions appeler les INTÉRÊTS CORPORATIFS. Les gouvernements sur lesquels ils auront pleine autorité seront orientés en fonction de ces intérêts qui s’imposeront prioritairement à ceux du BIEN COMMUN.

L’observation nous permet de croire que l’avènement de la DÉMOCRATIE dans nos sociétés n’a pas vraiment eu raison des OLIGARCHIES. Ces dernières ont su s’impliquer d’une manière telle qu’elles ont finalement gardé leur autorité sur les institutions politiques. L’organisation des partis politiques, leur financement, le contrôle des médias leur permettent de s’asservir les principaux acteurs politiques et, par eux, d’avoir une main mise sur les principaux leviers de l’État. Si la question était posée de savoir si les « intérêts des élites économiques et financières du pays » sont prioritaires à ceux du peuple, quant aux choix des politiques économiques, financières, culturelles et sociales, il n’est pas évident que la réponse aille dans le sens des intérêts prioritaires du BIEN COMMUN.

Cette situation ressort avec beaucoup plus d’acuité et en des termes beaucoup plus clairs dans les pays de l’Amérique latine. L’exemple du Honduras illustre à merveille la DÉMOCRATIE qui fut un temps sous le contrôle de l’OLIGARCHIE. Ce contrôle, lui a soudainement échappé avec le Président Manuel Zelaya qui s’est converti, pour ainsi dire, aux intérêts du peuple. Cette OLIGARCHIE n’a pas perdu de temps pour le sortir du pouvoir par les armes et pour rebâtir une DÉMOCRATIE qui lui soit asservie. Ce fût la mascarade des élections du 29 novembre dernier. Dans ce dernier cas nous sommes en droit de nous demander quelle différence il y a entre OLIGARCHIE ET DÉMOCRATIE.

Cette analyse, fondée sur la définition de la DÉMOCRATIE et de L’OLIGARCHIE et sur celle des intérêts auxquels chacune répond, apporte un éclairage particulier sur le départage des pays qui sont régis par un véritable régime démocratique et ceux qui demeurent sous l’autorité de régimes oligarchiques. Je pose la question à ceux que le sujet intéresse : quels sont les pays en Amérique latine qui répondent prioritairement aux intérêts du Bien commun de leur peuple et quels sont ceux qui répondent plutôt aux intérêts prioritaires de leurs élites économiques et financières? Les réponses comporteront, sans doute, bien des surprises qui ne recouperont pas toujours l’opinion que nos médias véhiculent dans nos milieux sur ces pays.

Oscar Fortin

Québec, le 5 décembre 2009

http://humanisme.blogspot.com/

Aucun commentaire: