PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

samedi 22 octobre 2011

QUEL SORT CONNAITRAIT, AUJOURD’HUI, JÉSUS DE NAZARETH?


QUEL SORT CONNAITRAIT, AUJOURD’HUI, JÉSUS DE NAZARETH?

Il est tout de même incroyable qu’après 2000 ans de christianisme  et 1400 ans d’islamisme la haine soit toujours là, inspirant les comportements les plus barbares de la part de ceux-là même qui se réclament de Jésus et d’Allah. Les scènes de la mise à mort de Kadhafi ne sont pas sans rappeler celles de la mise  à mort de Jésus. Dans les deux cas, la haine, soigneusement cultivée par les autorités et relayée servilement par les porte-paroles de ces derniers ont rendu possible une telle mise à mort. Si pour Jésus nous ne disposons pas de prises de vue en direct, pour Kadhafi la scène est là sous nos yeux.

Ces évènements nous rappellent que les assassinats et mises à mort n’ont pas tous la même signification au même titre que les responsabilités que chacun assume n’ont pas le même impact dans la société et dans le monde.  Nombreux sont ceux et celles qui depuis les années 1960, en Afrique et en Amérique latine, ont connu des fins tragiques, voulues et planifiées par d’autres, préoccupés avant tout par des intérêts politiques, économiques et même religieux. La liste de ces martyrs serait sans doute trop longue pour les fins de cet article. Tout de même voici quelques exemples.

Patrice Lumumba, le premier chef de gouvernement congolais mort le 17 janvier 1961, a été assassiné dans le Katanga après avoir été renversé avec la complicité des services américains et belges. Ses discours enflammés contre l’impérialisme et pour l’unité africaine avaient enthousiasmé le continent. A tel point que son tombeur, le maréchal Mobutu, avait dû le réhabiliter quelques années plus tard. Le souvenir de Lumumba reste cher aux yeux de nombreux congolais, même ceux qui ne l’ont pas connu de son vivant. 




Il y a 44 ans, ce mois-ci, le guérillero argentin Ernesto Che Guevara a été froidement assassiné le 9 octobre 1968, dans la salle d’une école, à la Higuera, où il avait été transporté après sa capture par des soldats de l’armée bolivienne. C’est le soldat Mario Teran qui l’a abattu d’une rafale de mitraillette par ordre de ses supérieurs sous recommandation de la CIA, . Il est celui qui est mort les yeux ouverts. Son idéal peut se résumer ainsi: ‘Dans la construction d'une société réellement socialiste, il insistera non seulement sur les changements structurels et économiques à apporter, mais aussi humains: «Le socialisme n'a pas été conçu (...) pour avoir de formidables usines seulement, il se fait pour l'Homme intégral». Pour lui, le socialisme doit instaurer un type d'Homme nouveau, débarrassé de l'égoïsme et de l'individualisme bourgeois.».

En 1973, c’est au tour de Salvador Allende, victime d’un coup d’état militaire, un des plus sanglants qu’ait connu l’Amérique latine. Lui aussi s’était fait l’apôtre d’une société plus juste et d’un État plus indépendant par rapport aux forces et intérêts de l’Empire. La reprise en main du contrôle des richesses naturelles du pays, dont le cuivre, ainsi qu’une meilleure gestion des opérations des multinationales dans le pays lui valurent d’être placé en première place pour l’exécution finale. Ce fut le coup d’état militaire du 11 septembre 1973, longuement préparé par les services secrets étasuniens et les oligarchies nationales, qui marqua sa dernière heure. Ses derniers mots adressés à son peuple par les ondes d’une radio disaient ceci : « Travailleurs de ma patrie : Ayez foi au Chili et à son destin. D’autres hommes permettront de surmonter ce moment gris et amer, où la trahison prétend s’imposer. Continuez, sachant que, plus tôt que tard, s’ouvriront les grandes avenues par où passera l’homme libre, pour construire une société meilleure. »
Bilan de la dictature : 2279 morts et disparus, 27.255 torturés, 150.000 prisonniers politiques.




Le 23 mars 1980, c’est Mgr Oscar Romero qui doit être sentencié par les forces occultes des pouvoirs dominants. Son engagement, comme pasteur et témoin d’évangile, l’a conduit à rejoindre les pauvres, les délaissés, les persécutés du Salvador. Dans son dernier sermon, fort de la liberté que donne l’Esprit, il s’adresse aux militaires présents à la célébration de l’eucharistie et à tous les salvadoriens qui l’écoutent par la radio. «Je fais appel à vous, membres de la garde nationale, soldats, policiers, vous qui  faites partie de notre peuple.   Ces paysans que vous tuez, ce sont vos propres frères.  Tout ordre injustifié d’un homme qui vous demande de tuer est subordonné à la loi de Dieu qui dit « Tu ne tueras pas ».  Aucun soldat n’est tenu d’obéir à un ordre immoral, contraire à la loi de Dieu.   Il est temps d’obéir à votre conscience.  …Au nom de Dieu, au nom du peuple qui souffre et qui crie vers le ciel, je vous implore, je vous supplie, je vous ordonne : cessez la répression. » Le lendemain il était exécuté froidement au moment même où il célébrait l’eucharistie dans la chapelle d’un hôpital.

Ces jours-ci nous assistons à l’assassinat d’un homme dont nous avons pris bien garde de mettre en évidence ses véritables engagements en faveur d’une Afrique plus libre et indépendante. Nous avons très peu parlé, également, des sommes énormes mises à la disposition des pays de l’Afrique pour les soutenir dans leurs efforts de développements. Bien peu savent les conditions de vie exceptionnelle accordées aux Libyens et Libyennes, les assurant de plus haut niveau de vie de tous les pays d’Afrique et du M.O. Ce n’est pas pour rien, qu’en juillet dernier, plus d’un million de Libyens, hommes, femmes, enfants, jeunes et vieux, ont envahi la place verte de Tripoli pour dénoncer l’intervention de l’OTAN et affirmer leur soutien au colonel Kadhafi. Tout original qu’il ait pu être, ses engagements, ceux qui avaient prises sur lui, sont ceux-là mêmes qui l’ont conduit à résister jusqu’à la mort pour son peuple. C’est cet homme que je respecte et admire. C’est cette vision d’une humanité renouvelée et plus respectueuse des droits des peuples et des personnes que je salue. Sa mort ne vient pas appuyer les erreurs qu’il a pu commettre, mais les idéaux qu’il a voulu partager. Quoi de mieux pour la circonstance de visionner ce vidéo montrant Kadhafi en compagnie de Nelson Mandela.

Puisse cet exposé, nous rappeler qu’il y a de ces êtres qui continuent de livrer des combats pour que l’humanité, dans sa totalité, retrouve l’air frais de la liberté, de la justice, du respect. Tous ceux, plus haut mentionnés, auraient pu s’assurer un avenir bien doré en renonçant à leurs engagements moraux et en acceptant, en échange, des sommes d’argent venant de la corruption. Ils ne l’ont pas fait et c’est tout à leur honneur. Ils ont tous en commun le même assassin, ces forces de domination et de conquête.
Il en va de même pour Jésus de Nazareth, exécuté par les pouvoirs en place parce qu’il prêchait l’avènement d’une humanité nouvelle, fondée sur la vérité, la justice, la solidarité et la compassion.
Oscar Fortin
Québec, le 22 octobre 2011



11 commentaires:

Anonyme a dit...

Merci Monsieur. Grand respect pour ce résumé, clair et concis, qui restitue une part de vérité dont l'humanité a besoin.
Mes félicitations et encore un grand Merci.

paul a dit...

je soupçonne qu'à notre époque, Jésus serait mis en hôpital psychiatrique tout simplement par des individus sans envergures, ordinaires voire proches de sa réalité sociale.

y'a un truc quand même qui me gêne dans votre comparaison des différents personnages que vous prenez en exemple. ce n'est pas qu'on puisse en trouver d'autres. c'est que tous ont eu une résonance suffisante dans leur environnement social pour prendre la tête d'un mouvement large dans leur société et soit parvenu, même un temps court, à devenir le chef de leur pays.
sauf Jésus justement dont par ailleurs je doute un peu de l'historicité mais dont en revanche je suis convaincu de sa valeur mythologique fondatrice parce que capable d'inspirer de l'identification individuelle exemplaire dans de nombreux cadres sociaux.

je ne vois, dans mon hypothèse du traitement psychiatrique de Jésus par notre époque, pas un progrès. simplement un fait simple assez couramment observable autour de nous.
il y a d'autres moyens de traiter le cas d'un individu inspiré comme Jésus dans nos sociétés contemporaines : l'accident déguisant l'assassinat mais tout aussi simplement la calomnie montée de toute pièce, le procès d'intention révisé en histoires diverses d'abus de pouvoir comme d'ambition personnelle ou de charlatanisme... l'imagination du spectacle est sans limite à notre époque totalement sous la coupe de satan.

Anonyme a dit...

Bonjour et Merci pour ses mots avant tout "humaniste", que politique, économique ou "patriotisme" créant les frontières de la guerre... Je suis musulman et je crois au messie Jésus par la rationalité du dernier prophète. Grâce lui je sais pourquoi Dieu nous a créé un homme tel que lui pour avertir l'humanité. Je crois autant en l'amour que Hamed qui a porté haut et fort la vérité de Jésus le Brave a travers son parcourt ou ses larmes ont nettoyé la fausse paroles des "religieux" de l'époque. Jésus reviendra pour anéantir le mensonge grâce a Dieu et nous redonner le lien avec l’Éternel et enfin chacun aura la crainte de Dieu dans leurs cœurs, car leurs âmes seront respectueuses envers notre Créateur, le Puissant et le magnifique Dieu de nos prophètes, le Sage et Juste Dieu d’Abraham, le père de Nos Nations. Frères croyants, seul la crainte de Dieu sur nos âmes arrêtera la prochaine folie des hommes. Je suis le serviteur de Dieu a travers ses livres qu'il a fait descendre, je protégerais la Foi de Jésus comme le dernier des Rois Hamed le dernier messager, Je relèverai mon peuple face a Dieu en hommage aux premiers des Hommes Adam. Que la grâce et la connaissance remplisse votre cœur de lumière pour que l’obscurité du voile du malin s'évapore la ou il doit aller. Améne-Amine. Toda, Merci, Choukranne Kami sama, my God, Elohim, Allah'i.

Oscar Fortin a dit...

Merci anonyme pour votre commentaire. Je vous laisse avec un très beau témoignage d'une journaliste indépendante britannique qui a vécu en Libye en période de guerre. Vous ne regretterez pas ce témoignage.

http://eldiablo.over-blog.org/article-libye-le-temoignage-d-une-journaliste-independante-britannique-87020139.html

DOZ Gérard a dit...

Mettre au même niveau le Che, Allende, Roméro voire Jésus avec Khadafi, tu déconnes.

Oscar Fortin a dit...

Dog Gérard, je vous dirai que toute personne qui, de bonne foi, cherche à faire croitre dans l'humanité plus de solidarité, de justice, de vérité, de compassion rejoint d'une façon ou d'une autre l'Esprit de Jésus et risque de connaître un sort semblable. Ceci dit, cela ne fait pas de ces personnes des substitutions à Jésus. Chacun est ce qu'il est, mais les engagements qui se dégagent de ses actions peuvent prolonger l'oeuvre de Jésus lui-même.

Kadhafi a choisi de rester en Libye au risque de sa vie, non pas pour protéger des trésors cachés, mais pour rappeler aux forces de l'empire qu'il y a des droits qu'ont les peuples et que ce qu'ils sont en train de faire est un pillage éhonté. Il a été sauvagement assassiné tout comme son fils pour une cause qui va au delà d'ambitions personnelles.

Je vous invite à visionner le témoignage d'une journaliste indépendante. Vous me direz où sont les Pilates, les Caiphes et les Hérodes.

http://eldiablo.over-blog.org/article-libye-le-temoignage-d-une-journaliste-independante-britannique-87020139.html

et cet autre qui relate sa rencontre avec Nelson Mandela
http://www.dailymotion.com/video/xigh5t_nelson-mandela-et-colonel-kadhafi_news

Oscar Fortin a dit...

Le 17 octobre 2011, Kadhafi fit son testament qu'il confia à trois de ses proches. Deux furent tués, mais un troisième parvint à s'enfuir. Dans ce bref testament d'à peine une page il dit, entre autres, ceci:

« Que soient convaincus les hommes libres de la
Jamahiriya que nous aurions pu monnayer, avec notre cause, une vie personnelle meilleure, stable et en sécurité. Nous avions eu tant de propositions, mais nous avons choisi d’être au front par devoir et honneur. Et même si nous ne gagnons pas aujourd’hui, nous allons offrir une leçon aux générations futures pour qu’elles puissent gagner, car le choix de la Nation est la bravoure et la vendre est une trahison que l’Histoire retiendra ainsi et pas autrement. »

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27242

Antar Ibn Chaddad a dit...

salut Oscar, oui Kadhafi a aidé financièrement des pays d’Afrique, mais ce que tu ne dis pas c'est qu'il n'a aidé que des régimes de dictature comme le sien pour mieux asseoir son clan sur le continent dans l'avenir car il comptait bien que sa famille règne "toujours" en Libye.
Il achetait seulement des soutiens qui finalement se sont défilés car les tyrans d’Afrique ou d’ailleurs sont des lâches qui se sauvent à la moindre alerte, je vois bien tu ne connais pas la grande cruauté du clan Kadhafi ainsi que des dirigeants de la junte au pouvoir par exemple en Algérie et qui ont soutenu la dictature Libyenne par peur et par intérêt.
En Algérie la révolte à commencé depuis « l’an 2005 »et je suis informé continuellement des évènements mais les médias occidentaux n'en disent rien et étouffe les infos ainsi que le pouvoir qui contrôle totalement « tous » les moyens de communications.
L'occident a beaucoup trop d'intérêts dans ce pays dirigé par des voleurs et des truands que Washington, Paris et Londres ont mis au pouvoir après avoir fait assassiné le militant Mohamed Boudiaf qui étais comparable au « Che » ou à Patrice Lumumba ou à Salvador Allende.
« certains des dirigeants Algériens dont Bouteflika en tête ont été condamnés » par l’ancienne justice Algérienne d’avant ce pouvoir pour des faits droits communs comme d’avoir raflés les intérêts des livrets d’épargne du peuple Algérien et j’en passe et des meilleures.....

Antar Ibn Chaddad a dit...

voici un lien de mes publications:

http://see-and-hear.blogspot.com/2011/10/message-pour-bouteflika.html

bonne journée Oscar

Le Guidé a dit...

A vous de juger mes dires dans le respect d'autrui, merci .

http://www.youtube.com/watch?v=s3JuPGxAVIw

Anonyme a dit...

Bonjour,
En lisant le commentaire de Paul, j'aimerai vous faire part de ma pensée concernant ce qui diffère, à mon sens, avec les personnages mis en comparaison ici avec Jésus.
Ce qui n’enlève en rien la qualité de cette comparaison que j’aime beaucoup.

Jésus étant la conscience universelle il est évident que les personnes mis en comparaison, n’étant « que » des humains, ne peuvent qu'approcher la conscience universelle grâce à la voix du cœur mais ne peuvent l’atteindre entièrement car ils sont en même temps retenus par les chaînes du conditionnement cérébral.

C’est dans le cœur de chaque homme que siège la conscience universelle, c’est le message que Jésus est venu nous délivrer.
C’est pourquoi il n’aurait jamais pu devenir le chef d’une communauté ou d’un pays, contrairement à un humain, car son message « libérateur » nous indique que nous avons « tous » accès, si nous le souhaitons via les messages de notre cœur, à la conscience universelle.
De ce fait, ceux qui atteindront cette conscience universelle n’auront plus besoin d’être dépendant d’une communauté restreinte.
Ils seront liés, et donc dépendant, de tous les hommes, des animaux, de la végétation, des minéraux, des étoiles, etc… et donc de tout l’univers dans son ensemble.
Mais n’est-ce pas ce qui est en train de se produire actuellement au fond de chaque être qui sait entrer en introspection pour écouter son cœur ?
Les personnes mises en comparaison ici, avec Jésus, étaient à l’écoute de leur voix intérieure, celle du cœur. Par le fait, ils étaient sur le chemin de la conscience universelle… même s’ils ne l’avaient pas encore totalement découverte, sinon ils auraient trouver les mots pour répéter les paroles de Jésus et libérer, non pas seulement leur peuple, mais l’humanité dans son ensemble.
Le chemin pour retrouver la conscience universelle est peut-être long lorsque le cérébral interfère (d’autant plus que la pensée est une onde qui fini par donner forme), mais si nous avons foi en cette conscience universelle et que nous acceptons le lâcher prise, alors je pense qu’en un éclair nous pouvons y avoir accès.
Aucun homme ne pourra sauver l’humanité dans son ensemble, car c’est dans chaque homme que se trouve la solution.
Le jour ou chaque être sur terre en aura pris conscience nous pourrons enfin connaître ce qu’est l’Unité.

Voici mon humble réflexion et, si celle-ci est dans le vrai, alors je souhaite à chacun d’avoir la force d’ouvrir suffisamment son cœur à l’encontre du cérébral (dualité) pour laisser revenir la conscience universelle….. (même si cela impliquait le passage dans un asile psychiatrique ;-)

Paix et amour pour chacun de vous et pour tout l’univers.…