PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 21 octobre 2011

QUI SONT CEUX QUI ONT LES MAINS SOUILLÉS DE SANG?



Nos chefs d’État et nos médias officiels nous ont habitué à pointer du doigt les principaux ennemis des politiques impériales qui dominent nos sociétés. Ce seront, en général, ces chefs d’État qui leur tiennent tête et qui se font les promoteurs d’une souveraineté sans dépendance et d’une politique, sans compromis, de contrôle et d’exploitation de leurs propres richesses. Ces derniers seront d’abord désignés comme des dictateurs, même s’ils ont été élus par leur peuple. Viendra par la suite  l’accusation à l’effet qu’ils soutiennent la contrebande de la drogue et qu’ils font partie de la mafia qui en assure la production et la distribution. S’ils sont dans un environnement où il y a des groupes armés révolutionnaires, ils seront accusés de les soutenir de diverses façons. Ils seront enfin associés aux assassinats et aux règlements de compte. De là à dire qu’ils sont  devenus des tyrans sanguinaires et sans conscience, il n’y a qu’un pas à franchir.

Lors d’une émission, toute récente, de Radio-Canada à « tout le monde en parle » des invités parlèrent de Fidel Castro comme d’un dictateur aux mains souillées de sang. Je savais que l’image, projetée par nos médias officiels, faisait  de cet homme un dictateur sanguinaire. Je m’attendais, toutefois, que quelqu’un pose la question à savoir ce que voulait bien dire cette expression. Ne vivons-nous pas dans un monde où les guerres cruelles et sanguinaires font partie de notre quotidien. Le million de morts en Irak, les centaines de milliers en Afghanistan et les 70 000 en Libye font-ils de Bush, Blair, Sarkozy, Cameron, Harper et les autres des chefs d’État aux mains souillées de sang? Il est évidemment facile de répéter ce à quoi on nous a habitué. Mais de la part de personnes bien informées et professionnelles, je m’attendais à autre chose. 

Je suis allé sur Google et j’ai tapé « accusations contre Fidel Castro ». J’y ai effectivement trouvé plusieurs plaintes présentées à des Cours internationales, mais aucune n’a été retenue par manque de preuves.

Pour en savoir plus sur tous les crimes qu’on lui impute, je me suis rendu à ce lien,  sur Wikipedia, et j’y ai lu, entre autres, ce qui suit :

« Le gouvernement révolutionnaire avait décidé de punir de façon exemplaire les responsables des meurtres et des crimes commis sous la dictature (Ndr de Batista). Dans l'histoire cubaine, les tortures et les meurtres de patriotes et de combattants révolutionnaires avaient toujours été impunis, et le peuple espérait maintenant un changement : le pays entier exigeait la mort pour les assassins. Des tribunaux révolutionnaires furent établis et des jugements publics furent tenus, avec toutes les garanties pour les coupables. Les sentences appropriées furent rendues, y compris la peine capitale2

Dans les premiers mois qui suivent la Révolution, les opposants au régime prétendent que plusieurs centaines d'opposants sont exécutés en 19593, plusieurs milliers dans les années 19604. Plus de 600 partisans de Batista – ou considérés comme tels – auraient été exécutés5 dans les premiers temps de la Révolution cubaine et du régime castriste. D'autres opposants sont emprisonnés et la presse est censurée5.

En fait, les accusés sont pour la plupart des officiels du régime de Batista: policiers, hommes politiques ou personnes influentes accusées d'avoir contribué à la répression à laquelle le régime s'était livré notamment en 1958 juste avant sa chute6, des membres du « bureau de la répression des activités communistes » qui avaient recours à l'enlèvement, la torture et l'assassinat7, ou des militaires accusés de crime de guerre, mais aussi des dissidents politiques[réf. nécessaire]. Seuls les militaires et policiers sont condamnés à mort, les civils étant conduits devant un autre tribunal8. »

De ce texte je tire trois conclusions. La première est qu’après la victoire, des « tribunaux révolutionnaires furent établis et des jugements publics furent tenus, avec toutes les garanties pour les coupables. Sur ce point, Fidel, lors de sa visite au Chili, en 1971, avait reconnu, dans une de ses interventions, qu’il y avait eu des erreurs de commises et que des abus de pouvoir de la part de certains de ces tribunaux révolutionnaires avaient été rapportés. Il y aurait eu des règlements de compte. Dès qu’il en fut avisé il a aussitôt procédé à des changements pour que de telles pratiques ne se répètent pas.

Le deuxième point repose essentiellement sur ce que les « opposants au régime » prétendent. Il est possible qu’il en ait été ainsi, mais il est également possible qu’il en ait été autrement. Ils parlent d’une centaine d’opposants exécutés dès 1959 et de plusieurs milliers durant les années 1960. Dans ce dernier cas une visite au lien suggéré ne m’a  pas permis de voir le nombre plus précis des morts et des circonstances dans lesquelles ils auraient été exécutés. S’agit-il de 1000, 2000, 3000 ou plus, nous ne le savons pas. Il en va de même pour les 600 participants de Batista qui « auraient été exécutées ».

Ma troisième remarque est que nous savons, aujourd’hui, plus que jamais, toute la facilité avec laquelle des nouvelles peuvent être inventées de toute pièce de manière à influencer l’opinion des gens sur telle ou telle personne ou encore sur telle ou telle guerre. Par exemple, pour certains, l’intervention de l’OTAN en Libye est une véritable intervention humanitaire alors que pour plusieurs autres, il s’agit d’un véritable désastre humanitaire. Dans un cas comme dans l’autre, il y a eu plus de 70 mille morts dans une période de 8 mois. Le sang de ces morts coule quelque part dans les mains de certains responsables. 

Ce que nous savons, toutefois, avec certitude au sujet de Fidel et de Cuba c’est que les valeurs de base que sont la subsistance, la santé, l’éducation et le sens de la solidarité ont atteint un niveau qui fait l’envie de nombreux pays. Nous savons également qu’il ne s’est pas enrichi à même son peuple et la corruption internationale pour se payer des châteaux et des voitures de grand luxe. Il est resté lui-même, près des conditions de vie de son peuple. Ses enfants qu’il n’a pas voulu différents des autres mènent une vie sans luxe et sans privilège. Nous sommes bien loin des Moubarak en Égypte, ou de Ben Ali en Tunisie, deux grands alliés de Washington.

Aujourd’hui, Fidel Castro, à 85 ans, poursuit ses réflexions sur les grands problèmes du monde. Il parle, entre autres, de l’importance de protéger l’environnement, de la nécessité de la solidarité, devenue indispensable à la survivance des peuples. Il rappelle avec encore plus d’actualité les dangers que représentent toujours le capitalisme et l’impérialisme pour la justice et la paix dans le monde.

Ceux et celles qui s’en approchent découvrent le sage, l’humaniste, le révolutionnaire dont le regard porte toujours sur la liberté des peuples et le bien-être de tous et de toutes. Ce n’est pas pour rien que de nombreux chefs d’État du monde, soucieux du bien-être de leur peuple,  vont à sa rencontre pour s’en inspirer.  Celui que les adversaires prennent plaisir à présenter comme un tyran aux mains souillées de sang, se révèle être le révolutionnaire ayant toujours à cœur la libération des peuples pour qu’ils s’assument dans la solidarité et le respect mutuel. Sa vie est en continuité avec ses principes et ses idéaux.


Oscar Fortin
Québec, le 21 octobre 2011



4 commentaires:

Anonyme a dit...

Merci M. Fortin de ramener l'équilibre dans les faits.

Marius MORIN a dit...

Combien lucide, rafraichissant et inspirant un texte comme celui-là! Des erreurs, des vengeances, des règlements de compte surviennent dans tous les pays et sous tous les gouvernements. Mais je suis révolté dans les circonstances actuelles pour deux raisons:
1) Pourquoi nos dirigeants (Harper en tête) n'ont-ils pas dénoncé l’assassinat ou inexécution de Mouammar Kadhafi au lieu d'un procès juste et équitable, alors qu'il a été capturé vivant et qu'il implorait les rebelles de le laisser vivant?
2) Pourquoi nos dirigeants n'ont-ils pas interdit les photos sanglantes de l’ex-dirigeant de la Libye? C'est un manque d'humanité et de civisme flagrants, c'est de la barbarie.
Jugez par vous-mêmes les ŒUVRES de Kadhafi et de Castro, ne vous basez pas sur les média-mensonges de l'impérialisme mondial!

Oscar Fortin a dit...

Merci Marius d'être au rendez-vous des commentaires pour partager vos pensées et émotions. Il est vrai que nous vivons dans un monde de façade dont les maquillages sont devenus tellement grossiers qu'ils n'arrivent plus à convaincre. Que faudra-t-il pour que nous sortions de nos léthargies qui nous rendent prisonniers de la désinformation à grande échelle.
Il faut croire que le destin et les forces du vrai viendront à notre renfort.

enebre a dit...

Merci à Oscar Fortin pour son bel article sur les martyres de l'humanité, ayant oeuvré pour un monde meilleur, versus le capitalisme.