PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

dimanche 12 février 2012

L'HOLOCAUSTE ET LES NÉGATIONNISTES




Une déclaration encore toute récente du Président de l’Iran risque de faire bien des vagues dans nos médias. « RIB- L'Iran a brisé l'idole de l'Holocauste, a affirmé samedi le président Mahmoud Ahmadinejad lors d'un discours à l'occasion du 33eme anniversaire de la révolution islamique de 1979. »

Pour le néophyte que je suis, cette négation de l’Holocauste, telle que présentée par nos médias, m’apparaît comme un non sens, de la part des négationnistes qui se refuseraient de ne pas reconnaître l’évidence des chambres à gaz et la mise à mort de millions de juifs qui en sont ressortis sans vie. J’ai donc voulu en savoir plus pour mieux comprendre la nature du problème soulevé par les négationnistes que je suppose sains d’esprit.

Une visite sur Google à « holocauste et négationnistes » m’a permis de lire quelques auteurs et de m’approprier, disons un peu plus intelligemment, la problématique soulevée par les négationnistes. J’y ai fait quelques trouvailles qui m’ont rendu les négationnistes un peu moins absurdes.

D’abord, aucun de ceux que j’ai lu, ne nie l’existence des camps de concentration pas plus que  la mort de centaines de milliers de personnes.  Ils y reconnaissent même qu’une majorité de juifs en ont été les principales victimes. Ouf! Ça m’a enlevé un gros poids sur le cœur. Leur négation ne porte donc pas sur l’existence des camps de concentration,  pas plus que sur ceux qui en furent les victimes.

Leur problématique porte plutôt sur la récupération, faite par Israël et l’Occident, de cette tragédie humaine pour en faire l’Holocauste d’un peuple en vue de justifier la création de l’État d’Israël.  Pour ces derniers, Hitler aurait mis en place des chambres à gaz pour exterminer, en exclusivité et dans sa totalité, le peuple juif comme race. Le nombre de six millions viendrait confirmer l’ampleur de l’opération et son caractère exclusivement racial. D’où, évidemment, l’importance pour ce peuple de se trouver une terre et de se donner un État de manière à être à jamais à l’abri de pareils desseins.

Pour ce que j’en ai compris, les négationnistes nient l’affirmation à l’effet qu’Hitler ait décidé d’exterminer le peuple juif et qu’il l’ait fait en utilisant des chambres à gaz. Voir à ce sujet la présentation du professeur Robert Forisson qui essaie de faire la démonstration, dans une vidéo de 74 minutes, que l'usage de chambres à gaz était tout à fait impossible dans le cadre des centres identifiés à cette fin. Dans leur ensemble, les négationnistes nient le nombre de six millions de juifs et préfèrent plutôt parler de 200 000 personnes, majoritairement juives, mais non exclusivement juives.

Ainsi, ce que j’ai compris des négationnistes,  c’est leur remise en question, non pas  de l’existence des camps de concentration et de la mort de centaines de milliers de personnes, mais de l’usage qu’Israël et les pays occidentaux en font et continuent d’en faire pour justifier la création de l’État d’Israël et sa sécurité sur les terres palestiniennes.

Pour vous dire la vérité, je n’ai aucune opinion sur le sujet et je m’en voudrais d’intervenir sans disposer de toutes les données. Sauf que maintenant je sais que les négationnistes ne sont pas de ceux qui nient l’existence de ce qui s’imposent comme une évidence : l’existence de camps de concentration de milliers de prisonniers et la mort de plusieurs centaines de  milliers de personnes, majoritairement juives.

Je vous transmets, pour ceux et celles qui s’intéressent à la question,  le point de vue d’un intellectuel français qui se définit comme négationniste. Il est toujours bon de connaître les deux cotés de la médaille. Comme disait ma grand-mère, le savoir n’occupe pas de place.


Oscar Fortin
Québec, le 11 février, 2012



5 commentaires:

Francis Déry a dit...

Votre blogue est intéressant.

Désolé de vous avoir passé à la sableuse sur Vigile. Mais pour passer via la censure, j'ai pris une forme hostile.

Pour votre intérêt :
http://fotos.fotoflexer.com/ca69996d3b271f1922d70bece806d9e6.jpg


http://www.iamthewitness.com/Crucifixion-of-Jews.html


Je vous laisse deviner quel leader populiste a écrit :
"Quand un gouvernement conduit un peuple à sa ruine par tous les moyens, la rébellion de chaque membre de ce peuple devient non pas un droit, mais un devoir. "
Il n'est pas Grec.

Vous comprendrez pourquoi Stephen A. Jarislowsky est frileux vis-à-vis du populisme. Son père Adolf fut un important industrialiste et banquier en Allemagne jusqu'à ce que les national-socialistes prennent le pouvoir.
http://de.wikipedia.org/wiki/Jarislowsky

Francis Déry a dit...

À moi de vous remercier.
J'avais signalé votre intérêt à un pure négationniste, beaucoup plus calé que moi. Mais il a vite posté anonymement de vieux textes dans la mauvaise section.
Pour des raisons compréhensibles, il ne peut se montrer à visage découvert.

Dommage. Si vous avez un bon anglais, je pourrais vous lancer sur d'autres pistes. Négationnistes n'est pas synonyme d'antisémitisme ou de racistes.

Certains Juifs sont négationnistes ou le furent jusqu'à ce que les pressions de la tribu les fassent abjurer.

Le Neturai Karta se moque du jour mémoriel en Israël ou commet des blasphèmes avec le port de tenues de concentrés, ou de l'étoile jaune.

David Duke, ex-leader du KKK (il y a 30 ans) se dit racialiste et nationaliste blanc défendant l'identité chrétienne d'Europe et d'Amérique. Il s'attaque à ce qu'il appelle le suprémacisme juif (une façon de dire les Protocoles de Sion) et parle des différents massacres commis ou incités par les Juifs sur les Chrétiens tout comme sur les Palestiniens.
Ses vidéos sont factuels et ne peuvent être retirés de Youtube, alors que ceux de Pierce le sont systématiquement quand découverts par les différentes organisations juives.

Pour comprendre l'antisémitisme, ne vous fiez pas à l'ADL. Cet organisme fut mis sur pied par le Bnaï Brith et financé par le mafieux juif Moe Dalitz pour faire du blanchissage de réputation et du lobby intense.
Ni à la Canadienne Dr Catherine Chatterley. J'ai regardé son site http://can-isa.netfirms.com/student-resources.html pour m'apercevoir qu'il est dépourvu du matériel essentiel. Pas même Mein Kampf. C'est comme si un anthropologue discuterait de vaudou sans avoir assisté à une telle cérémonie. MK est légal au Canada pour que les chercheurs fassent leur travail.

Mais avant de vous lancer dans des voies sulfureuses, c'est à des références juives que je devrais vous envoyer pour développer un scepticisme sain.

Oscar Fortin a dit...

Merci encore une fois. Dommage que mon anglais ne soit pas suffisamment développé pour aborder des sujets dont tous les mots comptent et dont plusieurs ont des sens et des subtilités que mon rustique anglais ne saurait saisir. Je vous en remercie tout de même.

Francis Déry a dit...

Pour expliquer un courant de mondialisation
http://fr.wikipedia.org/wiki/Radhanites
Les Radhanites (les Judaei) auraient été précédés par des marchands syriens chrétiens (les Syri) qui pratiquaient le commerce entre l'Occident et l'Orient sous les Mérovingiens. Ces derniers fournissaient les cours du nord de l'Europe en produits précieux. Les sources diffèrent cependant sur l'existence d'une distinction claire entre Judaei et Syri. Maurice Lombard affirme qu'ils auraient commercé des produits différents et été à leur apogée à des périodes différentes12. Avec la conquête du Proche-Orient par les musulmans, les Syri auraient disparu13. Cependant, d'autres spécialistes, tel Postan, contestent cette distinction. Les termes Judaeus et Syrus auraient été plus ou moins synonymes et auraient plutôt désigné une activité marchande de longue distance plutôt qu'une origine ethnique14.

Ma thèse :
Les Radhanites sont la continuation d'une caste marchande sémite qui a survécu à la chute de Carthage. La religion juive était contenu dans l'ancien empire des comptoirs phéniciens depuis l'époque de Salomon. D'ailleurs, les cultes puniques avaient déjà pénétré la société de l'ancien Israël, incluant la famille royale.
Salomon étant de la maison de Moab.

Les crimes de sang qui furent souvent attribués à des rituels juifs, s'apparentent aux sacrifices d'enfants des disciples de Baal. Formellement interdit depuis que le Dieu d'Abraham a empêché le sacrifice d'Isaac.
Pourtant le juge Jephtée parti guerroyer en Syrie a commis un voeu et fut obligé de sacrifier sa fille en cas de victoire. Ce morceau de mythe se compare à celui d'Iphigénie, la fille d'Agamemnon. La légende d'Iphigénie n'est pas proprement incluse dans le récit de l'Iliade d'Homère. On peut penser à un emprunt sémite.

Idem pour le mythe de Bacchus qui fournit des parallèles avec le mythe christique. Pentheus vs Pontius Pilatus. Bacchus est un mythe venue d'Asie Mineure. Où j'en viens avec cela, c'est l'histoire du complot des Bacchanales qui a suivi la chute de Carthage.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bacchanales
http://fr.wikipedia.org/wiki/Scandale_des_Bacchanales

Plus tard les autorités romaines firent une connexion avec la religion juive via le dieu Jupiter Sabazius.
http://en.wikipedia.org/wiki/Sabazius#Jewish_connection
By this it is conjectured that the Romans identified the Jewish Yahweh Saboas ("of the Hosts") as Jove Sabazius.
Jove en latin est "Iouus" La connexion est facile avec YHWH ou Jehovah.
Une affirmation dans le Talmoud fut que les Romains, les Spartiates (Io-niens) et les Juifs sont issus du même peuple. D'où l'adhérence rapide des Juifs à la conquête d'Alexandre.

Je vous laisse méditer sur ces éléments avant d'aller plus loin.

Francis Déry a dit...

Les balises de citation n'ont pas fonctionné dans le commentaire précédant. Désolé.