PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 8 novembre 2013

QUE SONT-ILS DONC CES GRANDS LIBÉRATEURS DE L’HUMANITÉ?







Chaque année, le Président des États-Unis se présente devant les membres des deux chambres ainsi que de nombreux invités pour dire au monde tous les efforts déployés par le peuple étasunien et ses représentants pour que le monde soit toujours plus libre et plus heureux.

L’éloge qu’il fait des multiples interventions de son pays dans le monde pour combattre, entre autres, le terrorisme et les tyrans qui maltraitent leurs peuples, soulève l’enthousiasme de cette noble assemblée qui entrecoupe par de longs applaudissements les paroles du Président. L’émotion atteint son comble lorsqu’il évoque ces milliers de soldats, morts au combat pour la liberté des peuples, pour la sécurité et les intérêts des États-Unis. Là, ce sont les larmes qui apportent à tous ces applaudissements l’humanité de tout un peuple dont le destin n’est rien de moins que de diriger le monde. C’est ce qu’exprimait Condoleezza Rice, la secrétaire d’État d’alors, à des baptistes réunis en congrès en juin 2006. Ce qu’elle y disait vaut pour tous les présidents.




« Le président Bush et moi-même partageons votre conviction que l’Amérique peut et doit être une force du Bien dans le monde. Le Président et moi croyons que les États-Unis doivent rester engagés comme leader d’événements hors de nos frontières. Nous croyons cela parce que nous sommes guidés par le même principe persistant qui donna naissance à notre propre nation : la dignité humaine n’est pas un don du gouvernement à ses citoyens, ni un don des hommes les uns aux autres ; c’est une grâce divine à toute l’humanité. »


On ne peut s’y tromper. Les États-Unis d’Amérique ont pour mission divine de guider le monde et d’assurer à l’humanité le bonheur de la paix, tout en poursuivant les grands objectifs de leur sécurité et de leurs intérêts nationaux, ces derniers, comme cela va de soi, devant primer sur le reste.

C’est l’histoire qu’une grande majorité de citoyens et citoyennes de nos sociétés de consommation continue de croire. C’est également celle que nos médias officiels propagent comme une vérité divine.

QU’EN EST-IL DANS LES FAITS?

À les écouter, on pourrait penser qu’ils sont des libérateurs d’humanité, mais à les regarder de plus près on se rend compte qu’ils sont plutôt des fossoyeurs d’humanité. Voyons cela en ce qui concerne leurs relations avec l’Amérique latine. Voyons jusqu’où va leur amour pour les grandes valeurs humaines de justice, de liberté, de respect, de démocratie.


BLOCUS ÉCONOMIQUE APPLIQUÉ AU PEUPLE CUBAIN DEPUIS PLUS DE 50 ANS





Il faut savoir ce que signifie dans les faits ce blocus économique et surtout ce qui en est l’inspiration.

Dès le tout début de la victoire des révolutionnaires cubains sous la direction de Fide Castro, les principales préoccupations des États-Unis furent que cette révolution devienne vite une grande déception pour le peuple cubain. Pour Eisenhower, le président d’alors, et également pour tous ses successeurs, il ne faut surtout pas que cette révolution porte ses fruits et que le peuple cubain y trouve son compte.
Dans un mémorandum secret remis au président Eisenhower, le 6 avril 1960, l’adjoint du sous-secrétaire d’État d’alors, Lester Mallory écrit ceci :
« La majorité des Cubains appuient Castro (…) Il n’existe pas une opposition politique effective. (…) L’unique moyen possible pour lui faire perdre l’appui interne est de provoquer la désillusion et le mécontentement en provoquant l’insatisfaction économique (...) et la pénurie. (…) Il faut mettre rapidement en pratique tous les moyens possibles pour affaiblir la vie économique (…) refusant à Cuba argent et biens de toute nature de manière à réduire les salaires et l’emploi, provoquant ainsi la faim, le découragement et la chute du gouvernement. »
Ce plan est ce qui donne naissance au « blocus économique contre Cuba  » qui dure depuis plus de 52 ans. Chaque année, l’Assemblée générale des Nations Unies vote à très forte majorité une motion condamnant ce blocus et demandant aux États-Unis d’y mettre fin. Pour l’année en cours, ce vote s’est réalisé le 29 octobre dernier. Encore une fois, plus de 188 pays se sont prononcés contre ce Blocus et demandez que les États-Unis y mettent fin. Les deux pays qui ont voté contre la proposition sont, comme à l’habitude, les États unis et Israël.
Nous savons depuis longtemps que l’oncle SAM n’a pas pour habitude d’obtempérer à la volonté de la communauté internationale et qu’il va continuer d’agir comme s’il n’en était rien. Loin d’en diminuer la rigueur, il en durcit les mesures. J’invite les lecteurs et lectrices à lire ce texte.
Ce sont des dizaines de milliards de dollars que ce blocus coûte à Cuba. Ce sont des milliers de Cubains, hommes, femmes et enfants qui sont privés de médicaments, d’équipements de santé sans parler de toutes les pertes au niveau du développement économique de l’Île. Un véritable combat de David contre Goliath.
Au lieu de se réjouir des solidarités de ce peuple à travers ses médecins et ses professeurs auprès des plus défavorisés du Continent, l’oncle SAM chercher par tous les moyens à lui rendre la vie plus difficile encore. Plutôt que de choisir les voies du dialogue respectueux pour résoudre les différends, il choisit de se comporter comme un empire qui n’accepte de dialogue qu’à condition de lui être soumis, de lui manger dans la main. Pour qui se respecte, il ne saurait en être question.
Que dire de la condamnation à de longues peines de prison de ces cinq Cubains pour avoir infiltré des terroristes de Miami et révélé leurs sombres projets de sabotage contre le peuple cubain? C’est Fidel Castro lui-même, par l’intermédiaire de son grand ami et prix Nobel de littérature, Gabriel Garcia Marquez, qui en a informé Bill Clinton, alors président des États-Unis.
Plutôt que de mettre en prison les terroristes, Bill Clinton a choisi, à travers un système de justice manipulé, de faire condamner les cinq Cubains.

DICTATURES ET MILITARISATION DE L’AMÉRIQUE LATINE ET DES ANTILLES.



L’histoire des dictatures en Amérique latine est une longue histoire de complicité de l’oncle SAM avec ceux qui, dans le Continent, lui ouvrent toutes grandes les avenues pour qu’il y circule en toute quiétude avec ses multinationales et ses armées. Ces dictatures sont bénies des dieux parce qu’elles savent réprimer les récalcitrants que sont en général les peuples et qu’elles permettent, entre autres, l’exploitation des richesses, le commerce florissant des armes et surtout cette paix si précieuses pour les puissants.

Pour n’en nommer que quelques-uns de ces grands hommes pour lesquels la Maison-Blanche a manifesté beaucoup de respect : Batista qui a fait de Cuba le Casino de la mafia étasunienne; Somoza qui fit du Nicaragua son domaine aux riches cultures; Pinochet qui remit le Chili sous contrôle étasunien; Banzer, un des nombreux dictateurs de la Bolivie,     Stroessner, l’homme à la poigne de fer qui mit le Paraguay à ses ordres; Videla, l’homme de main pour faire le grand ménage de la gauche argentine. Ce sera sous le règne des quatre derniers que le fameux plan Condor révèlera toute l’humanité qui les inspire. De quoi combler de joie Washington et ses acolytes.

Le seul dictateur à ne pas faire partie du club sélect de Washington est Fidel Castro.   Ce dernier a ceci de particulier qu’il se porte avant tout à la défense des intérêts de son peuple. Sa dictature réprime ceux et celles qui l’attaquent et commettent des actes terroristes pour remettre le pays entre les mains de l’oncle Sam. On comprendra que pour lui , il ne saurait en être question.


LA REMILITARISATION DE L’AMÉRIQUE LATINE

L’émergence de nouvelles démocraties qui reposent sur la participation consciente des peuples n’est pas de nature à tranquilliser l’oncle Sam. Ces démocraties nouvelles lui révèlent que l’intérêt des peuples concernés ne coïncide pas toujours avec ses propres intérêts. Il ne saurait laisser ces démocraties faire la pluie et le beau temps dans son arrière-cour. D’où l’importance de renforcer sa présence militaire, confortant, là où il y a déjà une alliance stratégique, ses appuis aux oligarchies nationales et sabotant, là où la résistance des peuples est coriace, les infrastructures existantes. Loin de présenter ses luttes comme antidémocratiques, il les présente plutôt comme une lutte héroïque contre les narcotrafiquants, les terroristes et pour la liberté des peuples.

Déjà, nous connaissons les sept bases militaires É.-U. en Colombie, celle au Honduras et au Paraguay, mais, à se fier aux dernières délibérations de la Première Conférence sur les Études stratégiques organisées par le Centre d’Investigations de Politique internationale dépendant de l’Institut Supérieur de Relations internationales (ISRI) du Ministère des Relations extérieures de Cuba, il y en aurait plus de 75. Pour la plupart, elles sont « officiellement » justifiées pour lutter contre les narcotrafiquants. Dans certains pays, comme au Honduras et au Guatemala, les soldats étasuniens peuvent, en toute impunité, circuler avec leurs armes dans le pays et tuer, en toute impunité, des civils.

Cette militarisation ne semble pas encore suffisante. Il faut en ajouter et surtout y apporter des dispositifs qui assureront tous les pouvoirs, à ceux qui en sont les maîtres, pour diriger et contrôler ce Continent, leur arrière-cour.

Pour couvrir ce dernier volet de la remilitarisation de l’Amérique latine, je vous réfère à quelques articles récents.






QUE DOIT-ON EN CONCLURE?

Lorsque nous levons le voile sur les grands idéaux, vantés par les présidents successifs des États-Unis dans leurs discours annuels sur l’état de l’Union, nous découvrons des objectifs moins nobles que ceux annoncés et proclamés avec la passion du sauveur d’humanité.

On ne peut s’y tromper : les grands objectifs de l’oncle Sam sont tous liés à ses intérêts nationaux et à sa sécurité nationale dont il est le seul à en connaître les avenants et aboutissants. Sa puissance militaire, jointe au pouvoir de l’argent, lui permet de s’imposer là où il y voit ses intérêts et sa sécurité.

Les intérêts et la sécurité des autres peuples, des autres nations, de l’humanité doivent s’ajuster et se subordonner à ses intérêts et à sa sécurité. Même le droit international et les institutions qui en sont garantes doivent s’ajuster à sa volonté. Un Empire ne saurait faire mieux. L’image du bon samaritain qui va au secours d’une humanité blessée, pratiquement agonisante, en prend tout un coup.


Oscar Fortin
Québec, le 7 novembre 2013


Aucun commentaire: