PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

jeudi 16 octobre 2014

LE TON MONTE ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET LA RUSSIE





Nous en sommes au centième anniversaire de la première Grande Guerre du siècle dernier et les clairons annonçant une nouvelle guerre se font de plus en plus entendre. Depuis plus d’une année, Washington s’acharne contre Poutine et la Russie comme rarement vus depuis la chute du mur de Berlin et l’écroulement de l’URSS.

Lors de son intervention devant l’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre dernier, le président Obama a qualifié la Russie comme la deuxième plus grande menace pour l’humanité, juste après le virus Ebola et juste avant le terrorisme. Ce n’est pas peu dire.

Le premier ministre russe, Dimitri Medvedev, a qualifié cette déclaration d’Obama de bien triste. « Je ne veux même pas la commenter. Il s’agit bel et bien d’une aberration totale. »

Le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Alexander Vershbow, en rajoute en comparant les excès auxquels se livrent les djihadistes de l’État islamique (EI) à la politique pratiquée par la Russie.

 « Le révisionnisme néosoviétique de M. le président russe, Vladimir Poutine et le terrorisme de l'EI ont leurs traits particuliers, mais des méthodes similaires – intimidation et violence – pour parvenir à des objectifs similaires: rejet de la démocratie, de la tolérance et de la suprématie du droit, en tant que standard d'or des relations internationales ».

Mercredi dernier, 15 octobre, c’est au tour du secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, de hausser le ton, en déclarant que l’armée américaine doit être prête à contrer les menaces que posent le terrorisme et la Russie.

« Les défis à relever par l’armée seront plus sérieux et plus compliqués à l’avenir. Les menaces présentées par les terroristes et les combattants armés persisteront pendant encore longtemps. Mais nous sommes également confrontés à une Russie révisionniste, dotée d’une armée moderne et prête au combat.»

Depuis que la Russie a pris ses distances par rapport aux politiques étrangères des États-Unis un peu partout dans le monde et tout particulièrement en Syrie, elle fait l’objet de menaces, de diffamations, d’accusations de toute nature. On la rend responsable de ce qui se passe en Ukraine alors que nous savons tous qu’ils ont été les premiers détonateurs de cette crise en soutenant le renversement du gouvernement légitimement élu et en soutenant les attaques contre la partie de la population ukrainienne d’origine et de culture russe. On accusa, sans jamais fournir de preuves, la Russie d’être responsable de l’attaque de l’avion civil malaisien MH17. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est la Russie qui a incité le Conseil de sécurité des Nations Unies à créer une commission d’enquête indépendante et transparente pour découvrir les auteurs de ce crime. Les accusateurs des premiers jours sont devenus comme muets sur ce drame.

Il faut évidemment ajouter à cette montée de fièvre de Washington, la tournée qu’a réalisée le président Poutine en Amérique latine, en juin dernier. Une tournée où les relations ont été chaleureuses et qui a conduit à la signature de plusieurs ententes de coopération. À ceci, s’ajoute également la rencontre des pays du BRICS qui ont développé certains projets avec UNASUR qui regroupe l’ensemble des pays de l’Amérique du Sud.

Le bastion traditionnellement réservé à Washington s’échappe progressivement et pacifiquement de sa domination.

Face à ce climat de guerre de plus en plus froide, le président Poutine a cru bon de faire le point sur certains sujets.

« Le refroidissement actuel dans les relations entre nos pays n'est pas le premier. Nous espérons que les partenaires sont conscients de l'inconséquence des tentatives de faire chanter la Russie et qu'ils se souviendront des risques qu'une discorde entre grandes puissances nucléaires fait peser sur la stabilité stratégique. De notre côté, nous sommes prêts à développer une coopération constructive basée sur l'égalité en droits et la prise en compte réelle des intérêts mutuels.

La Russie a toujours aspiré à des relations ouvertes de partenariat avec les États-Unis, mais s'est régulièrement heurtée à des tentatives d'ingérence dans ses affaires intérieures.

“Ce qui se passe depuis le début de cette année est de plus en plus accablant. Washington a activement soutenu le Maïdan et lorsque ses partisans à Kiev ont, par leur nationalisme effréné, monté contre eux une grande partie de l'Ukraine et déchaîné une guerre civile, il s'est mis à accuser la Russie d'avoir provoqué la crise”, a déploré le président russe.

Il fait donc un appel à Barack Obama à mettre fin au chantage insensé à l’égard de la Russie.

La panique qui s’emparent des hommes politiques tant à Washington qu’en Europe ressemble à celle d’un monde unipolaire, à pensée unique et impériale, qui voit son destin menacé par l’arrivée d’un monde multipolaire, à pensées multiples et respectueuses des droits de chacun.  

Ce n’est pas l’humanité qui est menacée, mais bien ce monde unipolaire qui a fait de l’humanité un monde où les deux tiers vivent dans la pauvreté et où les droits des peuples et des personnes sont bafoués au profit des plus forts, des plus puissants.

Washington et l’OTAN sont dans tous leurs états. Ils n’arrivent pas à ébranler par la force de leurs armes et encore moins par leurs menaces à un Poutin qui sait garder le ton et qui peut compter sur l’appui de son peuple et de nombreux pays dans le monde.


Oscar Fortin

1 commentaire:

Marius MORIN a dit...

Les États-Unis et les pays de l’Otan cherchent par tous les moyens à sauver leur image et leur économie. Ils font croire au monde que la Russie et la Chine sont antidémocratiques et qu’ils ne respectent pas les droits de leur population. Ils ont organisé la révolte en Ukraine pour ébranler et briser les reins de la Russie et Poutin est demeuré ferme, calme et sage. Ils ont attaqué sur un autre front, en préparant la révolte des parapluies, à Hongkong, pour harceler XI Jinping et la Chine… rien n’y fait, Pékin ne bouge pas et affiche une sérénité désarmante. Entre temps ces pays du BRICS sont en train de s’éloigner de l’économie américaine en faillite et de rejeter définitivement la dictature du dollar imposé depuis la deuxième guerre mondiale. Il y a de l’espoir.