PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

mardi 24 novembre 2015

LA TURQUIE ABAT UN AVION RUSSE EN SYRIE



QUE SERA LA RÉPONSE DE POUTINE?



Ce que la Turquie vient de faire à la Russie en abattant un de ses avions bombardiers, alors qu’il volait à l’intérieur de l’espace aérien syrien, a de quoi provoquer un affrontement direct majeur entre la Russie et la Turquie, entraînant par le fait même les pays de l’OTAN à se porter à la défense de cette dernière. C’est sans doute ce que recherchent la Turquie, l’OTAN et Washington.

Je ne pense toutefois pas que Vladimir Poutine se laisse entraîner sur cette voie, véritable piège ouvrant toutes grandes les portes d’un affrontement global en Syrie. Avec un peu de recul, il va plutôt prendre prétexte de cette attaque pour inviter Bachar al Assad de se prévaloir de tous ses droits pour que soit respecté intégralement l’espace aérien de la Syrie. Pour le moment, chacun entre et sort comme il veut. Il faudra qu’à l’avenir que tous ces vols aient l’autorisation du  Président syrien voler en territoire syrien. Autrement, ces vols seront considérés comme une menace à la sécurité nationale et pourront être abattus en tout temps. Il va de soi, que dans pareil contexte, la Russie et ses alliés mettront à sa disposition leurs satellites, les radars ainsi que les missiles sol-air les plus modernes capables d’abattre en tout temps tout avion violant son espace aérien.

Une telle mesure s’appliquerait tout autant aux avions de l’OTAN qu’à ceux des États-Unis. Ce serait fini ce temps où ces avions ennemis entraient et sortaient du pays à volonté sans se soucier de l’autorisation préalable de l’État syrien. Ainsi, en droit, la Syrie, soutenue par la Russie et ses alliés, serait justifiée d’assurer la protection de l’intégrité de son espace aérien et de son territoire. Un droit dont disposent tous les pays, conformément au droit international.

Ce serait, à mon point de vue, la meilleure réponse à apporter à ceux qui prétendent avoir tous les droits partout et en tout temps. En renforçant les institutions de l’État syrien et en lui assurant le support nécessaire, la Russie contribue ainsi à le protéger contre ceux qui veulent s’en emparer pour s’en faire un satellite placé sous leur autorité.

 S’il doit y avoir une guerre, elle se déroulera en terre syrienne, provoquée par les forces d’invasion des États-Unis et de l’OTAN. La Russie et ses alliés figureront, pour leur part, comme les défenseurs du droit international et du peuple syrien.

Dans les faits, je ne sais pas ce que va faire Vladimir Poutine, sans doute piqué à vif par cet attentat injustifié et provocateur contre un de ses bombardiers en pleine opération de lutte contre les terroristes.
Il n’y a pas de doute que cet événement, ajouté aux autres, va accélérer cette marche inévitable vers cette grande guerre de la fin des temps.

C’est ce qui me vient à l’esprit en apprenant cette tragédie.

Et vous, qu’en pensez-vous?


Oscar Fortin
Le 24 novembre 2015


3 commentaires:

Pietro a dit...

J'apprécie bcp votre analyse qui me paraît fort sage et pertinente. Des qualités que l'on peut indéniablement attribuer à la conduire des Russes jusqu'à présent dans l'ensemble.

Oscar Fortin a dit...

Selon une dernière information directement du président Poutine:L'avion militaire russe abattu mardi par la Turquie se trouvai à 1 km de la frontière turque, a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors de sa rencontre avec le roi de Jordanie Abdallah II.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151124/1019764711/russie-turquie-avion-poutine.html#ixzz3sPmVWdBU

Marius MORIN a dit...

Descendre un avion russe n’est pas une question de sécurité nationale, mais de vengeance de se voir couper les vives pétrolifères et d'être incapable de continuer à soutenir Daesh. Il y a de profondes divergences au sein de l’Otan, mais face à la Russie, l’Otan n’a pas le choix de soutenir la Turquie.