PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

samedi 12 mai 2012

LA FACE CACHÉE DE L’AMÉRIQUE





C’est le titre d’un documentaire de 45 minutes, présenté en trois parties, portant sur l’histoire de deux jeunes frères, retrouvés morts sur une voie ferrée.  Les parents, non satisfaits de la version officielle qui concluait à une mort accidentelle, voulurent en savoir davantage. C’est alors que se révèle la face cachée de leur Amérique, cette Amérique, les États-Unis, tant célébrée pour ses vertus, sa liberté et sa démocratie.

Je me suis demandé si cette face cachée ne se retrouvait pas également dans notre Amérique, ce beau et grand Canada, et dans ce Québec aux scandales toujours plus nombreux.

Que se cache-t-il derrière tous ces beaux visages de nos politiciens,  de nos sénateurs, de nos maires, de nos députés, de nos juges, de nos recteurs, de nos nobles et de nos lucides, toujours prêts à servir la cause de l’ordre établi et des puissants ?

Pour ceux et celles qui pensent que toute révélation de ces actions clandestines de nos nobles personnages ne sont que fabulations à classer comme théorie de complots, n’ont qu’à visionner ce  documentaire. Ce qui existe aux États-Unis a bien des chances d’exister également, sous d’autres formes, dans nos milieux. Les commissions d’enquête ne nous révèlent normalement que la pointe de l’iceberg.  Ce fut sans doute le cas de la commission d’enquête sur les commandites, de celle sur la nomination des juges et on verra bien pour celle sur la construction.


Aujourd’hui, nombreux sont ceux et celles qui demandent une commission d’enquête sur la violence utilisée lors de la manifestation des étudiants à Victoriaville. À la limite, il faudrait faire des commissions d’enquête un peu sur tout, tellement la méfiance est installée dans la demeure.

Puisse ce documentaire stimuler notre éveil et notre sens critique. Il ne suffit plus d’avoir un bon visage et un trémolo dans la voix pour gagner notre confiance. Il en va de même pour nos journalistes et éditorialistes qui ne jugent et n’analysent qu’à travers la lorgnette de leur employeur.

Oscar Fortin
Québec, le 12 mai 2012
http://humanisme.blogspot.com

Aucun commentaire: