PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 4 mai 2012

QU'EST DEVENU LUCIEN BOUCHARD?


À L'OCCASION DE LA GRÈVE ÉTUDIANTE CONTRE LA HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ, LUCIEN BOUCHARD SE PORTE À LA DÉFENSE DU GOUVERNEMENT CHAREST DANS LE BUT D'INFLÉCHIR LE COURS DES ÉVÈNEMENTS EN FAVEUR DE CE DERNIER. JE FORMULE ALORS UN BREF COMMENTAIRE QUE JE REPRODUIS ICI.



Dommage, mon cher Lucien ! Tu sais que la « crédibilité » est un bien précieux qui permet de faire beaucoup avec l’appui d’un peuple. Tu sais aussi que pour durer dans le temps il faut que celui qui en est gratifié fasse preuve de fidélité aux valeurs qui en ont été le fondement. Ton engagement au côté du Peuple québécois, ton peuple, en a fait rêver plusieurs. Ce Peuple est toujours là, mais tu n’y es plus comme celui qui croit en lui, en sa capacité de s’assumer et de tirer tout le profit possible des immenses ressources dont il est le propriétaire et le maître. Tu sais que ces ressources, exploitées et développées au profit de ce dernier, permettraient, entre autres, de financer des soins de santé de qualité, une éducation gratuite, accessible à tous et à toutes, des soins adaptés pour nos personnes âgées et des opportunités de travail à tous les niveaux du développement du Québec.

Mais voilà que tes revenus de pension, comme ancien ministre fédéral et ancien Premier ministre du Québec, n’auront pas été suffisants pour entretenir ta passion pour un Québec indépendant. Des offres, sans doute plus alléchantes, t’ont transformé en négociateur de premier plan pour soutirer le maximum des richesses de ce peuple, ton peuple, aux prix les plus bas, afin d’assurer à tes nouveaux employeurs les profits les plus élevés.

Voilà pourquoi, mon cher Lucien, ta crédibilité n’y est plus. Tu peux toujours t’adresser au peuple, en tant que lucide ou "brillant" ou encore en tant qu’ancien Premier ministre, mais le peuple n’y est plus, il ne croit plus en toi. Tu as choisi de servir les intérêts des grandes oligarchies, c’est ton droit, mais ne viens plus raconter des histoires que tu travailles pour les intérêts du peuple québécois et que ton souhait le plus cher est son bien. L’illusion a assez duré. Il te faut maintenant marcher à visage découvert et, comme nous disaient nos parents, t’assumer pleinement dans ce que tu es vraiment, sans le peuple." Oscar Fortin - commentaire - 3 m

Oscar Fortin
Québec, le 3 mai, 2012 

Aucun commentaire: