PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

vendredi 1 juillet 2016

OBAMA: L'HOMME QUI EUT PU CHANGER LE MONDE

OBAMA : L’HOMME QUI EUT PU CHANGER LE MONDE


MAIS HÉLAS !

Je me souviens du premier discours d’Obama au moment de son assermentation comme président des États-Unis. Ce fut un discours qui ouvrait toutes grandes les fenêtres sur un monde nouveau, sur une ère nouvelle. C’était comme si le «Yes, we can » (oui, nous pouvons) de la campagne électorale allait s’imposer pour donner suite aux changements fondamentaux exigés par un monde en quête de justice, de vérité, de respect des droits des peuples et des personnes. À ce moment, plusieurs se souviendront du pasteur Jackson qui en avait les larmes aux yeux, tout comme moi d’ailleurs, de mon lit d’hôpital, où je me trouvais au moment de cet événement.

« En ce jour, nous proclamons la fin des rancunes mesquines et des promesses non tenues, des récriminations et des dogmes éculés qui ont trop longtemps étranglé notre politique. »

Nous restons une nation jeune, mais pour citer les Écritures, il est temps de "faire disparaître ce qui était de l'enfant". Il est temps de réaffirmer notre force de caractère; de choisir une histoire meilleure; de porter ce cadeau précieux, cette noble idée transmise de génération en génération: la promesse obtenue de Dieu que nous sommes tous égaux, tous libres et méritons tous une chance d'aspirer à la plénitude du bonheur.

De fait, comment ne pas croire en ce jeune avocat brillant, sensibilisé aux problèmes sociaux par son vécu dans cette grande ville qu’est Chicago, là où il a fait carrière ? Comment ne pas être en admiration devant ce jeune noir qui a vaincu les forces raciales de son pays pour devenir le premier président noir des États-Unis ? Pour des millions de personnes, n’est-il pas devenu un véritable don du ciel, brisant les préjugés raciaux, déterminé à mettre fin aux guerres et à l’usage des tortures, à fermer cette prison injustifiable de Guantanamo où des centaines de personnes y sont détenues et torturées, souvent sans accusation et sans aucun droit réel de défense ? En somme, un Président décidé à s’attaquer, prioritairement, aux sérieux problèmes sociaux de son peuple pour lui assurer les soins de santé, l’éducation et les protections sociales nécessaires au mieux-être de tous et de toutes.

Le potentiel de cet homme, pouvant apporter une ère de paix, était si fort qu’on en a fait, par anticipation, le récipiendaire du prix Nobel de la paix 2009. C’est dire l’aura qu’il était parvenu à dégager et l’espoir qu’il avait suscité chez des millions de gens à l’effet que le monde allait changer.

« Aujourd'hui, je vous dis que les défis qui nous attendent sont réels. Ils sont graves et ils sont nombreux. Ils ne seront pas facilement ni rapidement relevés. Mais sachez-le, ô Amérique: ils seront relevés. »

Qu’en est-il au terme de son second mandat?  De toute évidence, l’homme de janvier 2009 est tout autre de celui que ces huit années de mandat nous en ont révélé. L’aura qui l’avait couronné Président, en janvier 2009,  s’est transformée en une véritable désillusion et humiliation pour tous ceux et celles qui avaient cru en lui. L’histoire de ces huit années nous le révèle, à l’égal de ses prédécesseurs, comme une marionnette de plus au service des grands pouvoirs financiers et militaires. Le «Yes we can » que le peuple s’appropriait spontanément, s’est révélé être le « Yes we can » dirigée non pas au peuple, mais à ces grands pouvoirs. Il n’est donc plus surprenant que les guerres se soient multipliées, que Guantanamo soit toujours une prison, que les programmes sociaux et de santé en soient au même point et que les politiques extérieures des États-Unis continuent de se moquer du droit international, intervenant là où ses intérêts les y poussent sans se soucier des morts, des blessés, de la misère et des désastres qu’ils y laissent sur leur passage. L’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie sont toujours des pays en guerre alors qu’on leur promettait la démocratie et la paix. Nous pourrions également y ajouter l’Ukraine, victime d’un coup d’État planifié de longue main par Washington.

Cet esprit de conquête et de domination qui se reflète dans ces guerres du M.O. se retrouve de plus en plus, également, en Amérique latine, où, ce même Obama cherche à y reconquérir les privilèges perdus lors de la conquête, par des voies démocratiques, de la seconde indépendance de plusieurs de ces pays. Au nombre de ces derniers, il faut mentionner le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, le Nicaragua, le Salvador. Quant au Brésil, au Paraguay et au Honduras, également sur la voie de la conquête de leur seconde indépendance, ils ont  été victimes de l’interventionnisme des États-Unis qui, conjointement avec les oligarchies locales, ont repris du terrain perdu. Ce fut surtout par des coups d’État techniques, à savoir l’usage de procédures parlementaires et sénatoriales. Pour ce qui a trait à l’Argentine, ce fut effectivement par une élection à laquelle le président actuel s’est présenté sous un faux message qu’il a d’ailleurs reconnu lui-même, tout récemment. 

« Si je vous avais dit, il y a une année, ce que j’allais faire et ce qui allait suivre, majoritairement, vous m’auriez enfermé dans une maison de fous. » (Traduction de l’auteur).

Voilà ce qu’est la démocratie pour cet allié de Washington. On se fait élire sous la bannière d’un programme qui est substitué, une fois l’élection acquise, par une autre bannière qu’aurait immanquablement rejeté le peuple. Dans tous ces pays, plus haut mentionnés, les changements de gouvernements se sont effectués en utilisant des millions de dollars pour alimenter la corruption, pour soutenir la désinformation de manière à diaboliser l’ennemi à abattre et à fermer les yeux sur les actions de violence, incluant les assassinats et les actes terroristes affectant directement le peuple.

Le président Obama est au fait de ces réalités et il sait qu’elles sont illégales et qu’elles vont à l’encontre du droit international ainsi que du droit des États concernés. Avec l’argent, on parvient à acheter même les juges, les parlementaires, les sénateurs et le parjure trouve toujours sa réponse dans la satisfaction de ses propres intérêts.

Si l’empire est parvenu à renverser et à infiltrer certains gouvernements, la résistance de certains autres  lui rend la vie plus difficile. C’est évidemment le cas du Venezuela,  de l’Équateur et de la Bolivie dont les richesses en mines et en pétrole ont de quoi faire l’envie de l’empire. Ce n’est pas pour rien que des millions de dollars, venant des diverses organisations gouvernementales et non gouvernementales étasuniennes, sont investis, année après année, pour appuyer les oligarchies locales dans leurs luttes politiques et pour créer par des actions de violence et des guerres économiques, les conditions de déstabilisation de ces gouvernements de manière à susciter la révolte de leurs peuples et à justifier ainsi des interventions militaires extérieures.

Le cas du Venezuela est particulièrement parlant quant à l’approche de l’empire visant le renversement du gouvernement, la prise de contrôle de l’État ainsi que des ressources énormes de pétrole dont dispose ce pays. Il s’agit d’une réserve des plus importantes au monde. De quoi susciter la cupidité et l’ambition de conquête. C’est ce que vise l’empire et c’est ce que ce jeune président qui devait changer le monde, en respectant les peuples, se propose de réaliser, à l’encontre du droit international et au détriment de la volonté et des intérêts du peuple vénézuélien. Il applique au Venezuela les mêmes principes qui ont donné lieu au blocus économique contre Cuba. Il est important de les rappeler dans le contexte de cette guerre économique dont est victime le peuple vénézuélien. Tiré du rapport du secrétaire d’État de l’époque, Lester Malory :

 « La majorité des Cubains appuient Castro (…) Il n’existe pas une opposition politique effective. (…) L’unique moyen possible pour lui faire perdre l’appui interne est de provoquer la désillusion et le mécontentement en provoquant l’insatisfaction économique (...) et la pénurie. (…) Il faut mettre rapidement en pratique tous les moyens possibles pour affaiblir la vie économique (…) refusant à Cuba argent et biens de toute nature de manière à réduire les salaires et l’emploi, provoquant ainsi la faim, le découragement et la chute du gouvernement. »


Si le président Obama s’est permis de reconnaître que ce blocus économique contre Cuba avait été une erreur, il n’en continu pas moins à imposer à Cuba cette médecine et à en faire autant avec le Venezuela à travers cette guerre économique dont il connaît très bien les avenants et aboutissants.

En dépit de toutes ces misères du Venezuela dont se nourrit la presse officielle, Barack Obama a émi un décret déclarant le Venezuela comme étant une menace à la sécurité nationale des États-Unis. On peut toujours se demander en quoi le Venezuela serait une menace de cette nature pour les États-Unis, mais ce décret répond avant tout à une procédure qui a pour effet d’autoriser le Président à intervenir militairement contre ce pays au moment qu’il jugera le plus pertinent. Il s’agit d’une épée de Damoclès placée sur la tête du Venezuela. C’est la manière pour ce Président de gérer ses relations internationales avec le Venezuela.

Que conclure ?

Barack Obama, ce président qui nous arrachait les larmes des yeux par ses discours pleins de promesses et d’avenir, ne peut évoquer l’ignorance de toutes ces manigances qui se jouent pour se défaire de gouvernements qui n’acceptent pas sa soumission à l’empire. Il sait très bien tout ce qui se passe d’illégal et de malhonnête pour renverser ces gouvernements. Loin de les blâmer, il les encourage et leur apporte son soutien. Ceci ne l’empêche pas de parler de démocratie, de non-interventionnisme, du respect des peuples à disposer d’eux-mêmes, etc.  Un discours, devenu sans âme et plein de contradictions. C’est pourtant lui qui avait dit, sans sourciller, lors d’une rencontre du G.20, en 2014, que les États-Unis avaient un principe duquel ils ne sauraient déroger, à savoir celui de la non-intervention dans les affaires intérieures d’un autre pays. Je pense que cette déclaration, à la lumière de tout ce qu’on peut reconnaître comme interventionnisme des États-Unis dans le monde, nous dit ce qu’est véritablement Obama : un enchanteur qui ensorcelle pour mieux tromper.

Bien d’autres sujets mériteraient d’être abordés dans le cadre de cet article. Je mentionnerai celui du terrorisme, alimenté et soutenu par Washington.  Il s’agit là d’un exemple. Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus, les documents ne manquent pas.

Encore une fois, les peuples sont victimes du mensonge, de la manipulation et de la tricherie qui servent si bien la cupidité et les ambitions des grands et puissants de ce monde. Barack Obama n’y échappe pas. Son art de la manipulation en aura fait un allié recherché par ces puissants.

Oscar Fortin
Le 1ier juillet 2016

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Bonjour Monsieur, en étant au 33eme de l ordre de "Prince Hall" il lui est IMPOSSIBLE de faire régner une Paix quelle qu elle soit puisque le but de cette maçonnerie black est détruire la race blanche....et c est ce qui commence à être fait en ce moment par les policiers afro-américains sur les ordres de "Prince Hall"